« Seule la terre » de Francis Lee – critique du Blanc Lapin

10 décembre, 2017

Pour cette histoire d’amour homosexuelle en plein Yorkshire, Francis Lee aurait pu tomber dans le méga cliché et nous pondre un « amour est dans le près » agaçant.

Il n’en n’est rien car son choix de mise en scène est âpre, filmant la rudesse de la vie rurale et d’un quotidien de labeur. Il donne aux personnages de cette famille une agressivité liée à la pauvreté qu’ils tirent de leur vie harassante, où il n’y a pas de place pour la tendresse et les sentiments. Ce côté autiste est assez surprenant mais compréhensible.

L’arrivée d’un travailleur roumain pour soulager leur quotidien va bouleverser la vie de Johnny, qui ne vivait son homosexualité que bestialement à de rares occasions. Il va découvrir pour la première fois le sentiment amoureux et la bienveillance.

Sa grand-mère et son père ne lui donnent que réprimandes et aucun amour. Il vit seul et reclus sur lui-même. Il se saoule dès qu’il peut afin d’oublier l’enfer d’un quotidien où il n’a aucun avenir et la responsabilité de faire survivre une exploitation agricole obsolète.

Francis Lee fait donc murir cette histoire comme un apprivoisement d’un animal farouche et blessé par un garçon lumineux. Ceci manque peut être de réalisme mais c’est une très belle histoire, émouvante à plus d’un titre. On pense évidemment au cinéma social britannique dans ce qu’il fait de meilleur, de façon simple et efficace.

Surtout, le réalisateur fait émerger un romantisme premier degré qui fait du bien. Son film va vers la luminosité avec une très belle fluidité.

Cette histoire d’éveil et de prise de conscience de soi, de l’autre, de la beauté de construire un couple est à la fois subtile et dénuée d’une quelconque niaiserie, ce qui rend le final d’autant plus émouvant.

La piste aux Lapins :

4 étoiles

 

Géniale Ba du nouveau Spielberg, « Ready player one » !

10 décembre, 2017

Résultat de recherche d'images pour "ready player one"

Après que Christopher Nolan ait repris le projet Interstellar, porté à l’origine par Steven Spielberg, c’est aujourd’hui l’inverse qui arrive.

« Ready player one » sera donc réalisé par le cultissime réalisateur, la Warner cherchant à travailler de nouveau avec lui depuis A.I. (le studio avait produit aussi La couleur pourpre et Empire du Soleil). American Sniper lui était réservé mais il a du laisser la main à Clint Eastwood faute de temps.

Voici le pitch : « 2044. La Terre est à l’agonie. Comme la majeure partie de l’humanité, Wade, 17 ans, passe son temps dans l’OASIS – un univers virtuel où chacun peut vivre et être ce qui lui chante. Mais lorsque le fondateur de l’OASIS meurt sans héritier, une formidable chasse au trésor est lancée : celui qui découvrira les trois clefs cachées dans l’OASIS par son créateur remportera 250 milliards de dollars ! Multinationales et geeks s’affrontent alors dans une quête épique, dont l’avenir du monde est l’enjeu. Que le meilleur gagne… » Tel est le pitch du roman « Player One » (publié sous le titre « Ready Player One » en VO) d’Ernest Cline, tel que livré par son éditeur français Pocket.

Le film jouera beaucoup sur la nostalgie des années 80, or Spielberg les a fortement marquées avec ses Indiana Jones, et autres blockbusters. Le projet est donc assez excitant sur le papier.

L’excellent et jeune Tye Sheridan (« Tree of life« , “X-Men : Apocalypse”, « Mud« , « Joe« ) !

Le film est prévu pour le 28 mars 2018.

Image de prévisualisation YouTube

Pedro Pascal (Kingsman 2, Narcos) chez le réal de « Moonlight »

10 décembre, 2017

Pedro Pascal (Kingsman 2, Narcos) chez le réal de

Barry Jenkins, oscarisé pour Moonlight, embauche Pedro Pascal (Games of Thrones, Kingsman Le cercle d’Or, Narcos), pour son prochain film, If Beale Street Could Talk.

Adapté du roman de James Baldwin, le film suivra Tish (jouée par Kiki Layne), habitante d’Harlem. Enceinte suite à ses fiançailles, elle se démène pour prouver que son futur mari (joué par Stephan James), est innocent du viol dont on l’accuse.

« Les Gardiennes » de Xavier Beauvois – critique du Blanc Lapin

9 décembre, 2017

Xavier Beauvois est l’un des réalisateurs français talentueux de « N’oublie pas que tu vas mourir » à « Des hommes et des Dieux« , en passant par « Selon Matthieu » et « Le petit Lieutenant« . En s’intéressant à la vie quotidienne de femmes à la campagne durant la 1ère guerre mondiale, il aborde un sujet rarement développé et donc intéressant.

On ressent non seulement la dureté du labeur de la terre et de l’exploitation de la ferme en l’absence des hommes mais aussi le fatalisme de ces femmes qui ne savent pas si leur fils ou leur mari reviendra vivant du combat ou si le maire tout habillé de noir viendra leur annoncer la terrible nouvelle comme il l’égraine indéfiniment.

Nathalie Baye est comme toujours parfaite et une mention spéciale peut être donnée à Cyrille Descours, à la présence à fleur de peau très touchante en fils revenu du front et de la mort qui renait par amour. On ne voit pas assez cet acteur et c’est bien dommage.

Hélas le film est d’un tel classicisme et d’une telle aridité que sa durée joue contre lui. Le luxe de détails du quotidien finit par s’avérer un peu long d’autant plus que certaines scènes n’apportent rien. Un montage plus court d’une demi-heure aurait été plus pertinent. Mais ceci reste un bon film.

La piste aux Lapins :

3 étoiles

Ba de « Alita : Battle Angel », adaptation du manga culte Gunnm

9 décembre, 2017
« Alita : Battle Angel » de Robert Rodriguez
Ba de
Attendu depuis une vingtaine d’années, l’adaptation du manga culte Gunnm est dans les cartons de James Cameron.
Ce dernier n’ayant pas eu le temps de réaliser le projet avec les 4 suites d’Avatar en cours de tournage, il a laissé donner vie au projet par son ami Robert Rodriguez (Sin City, Une Nuit en Enfer, Machete).

Renommé « Alita : Battle Angel » le film suit ne jeune cyborg inerte abandonnée dans une décharge et sauvée par un  scientifique (Chritoph Waltz).

Le film sortira le 25 juillet 2018.

Image de prévisualisation YouTube

Valérie Lemercier sera Céline Dion ! Gros délire en perspective ?

7 décembre, 2017

Valérie Lemercier sera Céline Dion ! Gros délire en perspective ? dans Films series - News de tournage 35th-cesar-film-awards-ceremony-the-show_788589

Pour sa prochaine mise en scène, Valérie Lemercier  souhaite interpréter Céline Dion !

« J’écris le scénario d’un biopic sur Céline Dion. Je ressens une vraie fascination pour son destin ».

« Je réaliserai ce film et j’incarnerai l’héroïne de 5 à 50 ans ».

On peut s’attendre à une vision toute personnelle et décalée, en espérant qu’elle réussisse mieux que ses deux précédents films de réalisatrice, qui n’étaient pas au niveau de son talent.

Peter Farrelly (Mary À Tout Prix) immerge Viggo Mortensen et Mahershala Ali dans le sud des Usa des seventies

4 décembre, 2017

Peter Farrelly (Mary À Tout Prix) immerge Viggo Mortensen et Mahershala Ali dans le sud des Usa des seventies dans Films series - News de tournage viggo_mortensenmahershala-ali-in-talks-for-triple-frontier-696x464 dans Films series - News de tournage

Le trop rare Viggo Mortensen tournera pour Peter Farrelly, l’un des célèbres frangins derrière Mary À Tout Prix et Dumb Et Dumber.

L’acteur du Seigneur des Anneaux, jouerait Tony Lip,  l’un des meilleurs videurs de la ville de New-York en 1962 dont la vie a connu un tournant majeur après la fermeture du Copacabana, club dans lequel il travaillait. Devenu chauffeur, cet homme a rencontré un grand joueur de piano souhaitant l’emmener avec lui dans une tournée dans . Alors qu’au départ, les deux hommes s’entendent très mal, leur relation va évoluer et gagner en profondeur au fil de leur voyage dans cette région marqué par un fort back-ground « racial ».

Mahershala Ali (Moonlight, House of Cards) jouera le pianiste.

« Carbone Modifié », la nouvelle série SF de Netflix

4 décembre, 2017

Netflix poursuit ses ambitions en matière de production avec une série de science-fiction adaptée de « Carbone Modifié« , roman de Richard Morgan publié en 2002.
Cette série de 10 épisodes se situera au 25ème siècle, dans un futur où « vous pouvez sauvegarder votre conscience et vos souvenirs et les réimplanter dans un nouveau corps ».

Takeshi Kavocs (Joel Kinnaman) a été tué plusieurs fois. Il travaille dans les Corps diplomatiques, troupes d’élite du Protectorat des Nations unies expédiées à travers la galaxie.

La mort est en revanche curieuse lorsqu’une personne ne se souvient pas s’être suicidé. Le héros est ramené sur Terre pour enquêter sur la mort d’un riche magnat, revenu à la vie depuis. La police a conclu au suicide mais pourquoi se suicider quand on sauvegarde son esprit tous les jours, certain de revenir parmi les vivants ?

Le livre a remporté le prix Philip K. Dick, qui récompense les meilleurs livres de SF en format poche.

La série sera disponible le 2 février 2018.

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

« Thelma » de Joachim Trier – critique du Blanc Lapin

4 décembre, 2017

Le réalisateur norvégien Joachim Trier, remarqué avec son « Oslo, 31 août », est de retour avec un film très réussi.

Il choisit en effet un récit de science fiction pour conter l’émoi amoureux et les premières pulsions sexuelles. Mais non seulement il fait de son héroïne une jeune lesbienne que toute son éducation catholique culpabilisent, mais en plus cette dernière a un super-pouvoir qu’elle découvre.

Trier choisit une mise en scène méthodique pour instaurer une curiosité palpitante pour ce que va devenir son héroïne et surtout nous faire craindre ce que l’on va découvrir.

En ces temps de blockbusters Marvel et DC Comics, c’est une excellente idée que d’en prendre le contrepied par un sujet multiple utilisant la coquille souvent vide des grosses productions américaines.

Le refoulement et le poids de cette éducation étouffante sont bien entendu au cœur du récit mais le récit est forcément émaillé de scènes fortes visuellement, faisant la part belle à l’onirisme.

Et pourtant l’humain est au cœur de ce drame alternant terreur et émotions pour cette jeune femme tiraillée entre son désir et le carcan idéologique qu’on lui a inculqué. Le tout est illustré par des métaphores et par une quête fantastique menée avec un excellent rythme.

Ce mélange des genres, du thriller au drame, donne à l’ensemble un rendu assez captivant, souvent surprenant et malin.

Le refoulement est un thème souvent traité au cinéma mais cette approche a le mérite d’être originale et rigoureuse dans son déroulé et sa mise en image.

Un très bon film.

La piste vaux Lapins :

4 étoiles

 

Blanc Lapin, le huitième passager !

2 décembre, 2017

FC81A0CE-933E-42F3-BDC1-BDECFF6EBE98

Cela fait 8 ans que sans prévenir, un cinéphile compulsif vous assène des giclées d’infos sur le cinéma en cours de tournage, sur ce qui va sortir et pourquoi çà lui semble soit complètement affligeant soit excitant au plus au point. Et bon, vous pouvez vous dire, « il est gentil mais on s’en fout de son avis« . De même, vous pouvez légitimement vous dire que mes critiques n’ont pas non plus à surgir chaque semaine car on s’en fout un peu de l’avis de machin là.

Pourtant il y a quand même des lecteurs et lectrices, ce qui me surprend toujours autant et donc m’incite à poursuivre, malgré mon travail fatigant et prenant car oui, je ne regarde pas que des films en fait… Le fait de se projeter dans le futur du ciné et de commenter son état est une façon comme une autre de tisser un lien entre présent et avenir.

« De l’autre côté, perché avec le Blanc Lapin » c’est donc 1 552 000 visites…2 700 000 Clics, 459 critiques rédigées par mes seules patounes et 4 398 articles publiés.

Donc merci à ceux qui passent et picorent de justifier de cet échappatoire salvateur, ce prolongement de ma passion. L’art et la passion pour un art sont à mon avis faits pour être partagés et Le Blanc Lapin est mon hygiaphone sans le son, qu’il soit lu par 20 ou 15 000 personnes par mois.

Je vous remet les classements des meilleurs films des dernières années que vous pouvez retrouver avec les listes complètes agrémentées des critiques ici, dans une catégorie du blog lorsque vous ne savez pas quoi voir comme film…

Yvan

2009

 

2010

2011

2012

2013

Image1

2015

best 2016

Jean Dujardin chez le très perché Quentin Dupieux

2 décembre, 2017

Résultat de recherche d'images pour "jean dujardin"

Quentin Dupieux, a ses aficionados mais aussi ses détracteurs tant son cinéma ne cherche absolument pas à faire grand public et joue toujours la carte de l’absurde à 2000%, tutoyant Lynch dans ses meilleurs moments (Réalité) et le sombre film prétentieux et fier de lui.

Votre blanc lapin dévoué attend quant à lui le bon film de Dupieux et je suis persuadé qu’un jour il va nous pondre un excellent film.

Il est donc fort intéressant de voir Jean Dujardin intégrer cet univers et on voit très bien l’animal dans le décors.

Il s’agira d’une « comédie noire, réflexion moderne sur le mythe de Narcisse ».

« Georges quitte sa banlieue pavillonnaire et plaque tout du jour au lendemain pour s’acheter le blouson 100 % daim de ses rêves. Un achat qui lui coûte toutes ses économies et vire à l’obsession. Cette relation de possessivité et de jalousie finira par plonger Georges dans un délire criminel…« .

 

Matthew Vaughn (Kingsman) sur un film entre Inception et Edge of Tomorrow

2 décembre, 2017

Résultat de recherche d'images pour "kingsman"

Alors que son « Kingsman, Le Cercle d’Or » a moins bien marché que le premier, le talentueux britannique Matthew Vaughn, a un nouveau projet sympathique en vue qui se situerait entre Inception et Edge of Tomorrow.

Le film serait dans un univers SF / Fantasy comme son sous estimé « Stardust, le Mystère de l’étoile« .

Le script de Courage a été écrit par Karl Gaidusek, producteur de la série Stranger Things pour Netflix.

On ne sait pas si le réalisateur fera passer ce projet avant ou après le thriller I am Pilgrim (pour plus d’infos voir news ici).

 

12345...367