« Siegfried » de Alex Alice

La mythologie scandinave autour de l’anneau des Nibelungen a donné lieu à de nombreux écrits, films, pièces de théâtre et opéras. Siegfried, demi-dieu est poussé sans le savoir par Odin, le dieu des dieux, à affronter Fafnir, un terrible dragon qui menace la terre nourricière avec qui Odin a enfanté les dieux, dont la déesse Walkyrie.

Alex Alice (« le troisième testament ») est à la fois dessinateur et scénariste de cette bande-dessinée et maitrise l’ensemble de cette oeuvre, ce qui n’est pas commun.

Deux tomes sont à ce jour sortis. Alex Alice allie un dessin somptueux à une histoire très simple mais solide, ce qui est rare en matière de fantasy. Ici, il y’a très peu de personnages. La nature tient lieu de cadre à l’épopée de Siegfried et du Nibelungen qui l’accompagne mais elle est aussi un personnage proteiforme. Et tel le dieu marin grec Protée, elle se transforme en permanence et donne un regard cruel sur la fragilité de la vie et sa richesse. C’est assez troublant pour une bande dessinée. Arriver à un tel résultat sur 45 pages c’est tout de même assez fort.

Mais c’est surtout très fidèle à cette mythologie où Odin et ses frères, après avoir tué le premier des géants, Ymir, utilisèrent ses dents pour construire les falaises, ses os pour créer les massifs rocheux, son sang pour alimenter les océans, ses cheveux pour la végétation et son cerveau pour parsemer le ciel de nuages…Bien entendu, la beauté des couleurs et l’attachement immédiat que l’on a pour Siegfried aide beaucoup. Nous le voyons grandir du petit garçon au héros naif. Certaines scènes sont superbes comme celle où Odin libère l’aube de sa paume de main, du haut du royaume d’Asgard, entre la terre et les cieux. L’attente du tome 3 se fait assurément avec impatience…

siegfried_2_pl6 dans Qui se lit...

Laisser un commentaire