Festival de Venise 2010, que retenir à part ce lion d’or controversé ?

Le lion d’or à Sofia Coppola va en agacer plus d’un…mais quels films ont retenu l’attention ? Un petit bilan des courses après avoir inspecté la presse…

Car il y’ avait des favoris.

« Post Mortem« , de Pablo Larrain, s’intéresse au coup d’Etat au Chili du 11 septembre 1973 où Salvador Allende fut exécuté. Le film apporte un regard de biais via un employé de la morgue de Santiago qui va voire défiler l’horreur des massacres. La presse est quasi unanime sur ce film.

« Black Swan » de Darren Aronofsky avec Natalie Portman et Vincent Cassel a reçu un accueil unanimement excellent, le comparant à « the wrestler« , qui avait remporté le lion d’or il y a deux ans, mais dans le milieu du ballet, avec une touche fantastique. Natalie Portman est louée pour son interprétation.

Festival de Venise 2010, que retenir à part ce lion d'or controversé ? dans Dossiers

Le chinois Wang Bing présente « the ditch » qui raconte l’histoire d’opposants à Mao internés dans un camp dans le désert de Gobi dans les années 50. Le film a été très bien reçu.

Le « Potiche » de François Ozon a plutôt été bien reçu même si ses détracteurs sont toujours aussi vifs. Catherine Deneuve, Gérard Depardieu et Fabrice Luchini ont fait semble t-il un bon choix pour ce film qui a fait rigoler la Mostra.

photo_1283610283752-1-0 dans Films

Avec « Norwegian Wood« , Tran Anh Hung (A la vertivale de l’été, l’odeur de la papaye verte) revient dans un film sur un jeune japonais tiraillé entre deux femmes dans les années 60. Le film fut bien reçu.

Julian Schnabel et son « Miral » s’attaque lui au conflit israelo-palestinien. Si la belle Freida Pinto (Slumdog millionaire) est superbe, l’accueil critique est pour le coup assez froid. Casse gueule comme sujet et Schnabel n’est pas toujours super fin…

Avec « I’m still there« , Casey Affleck réalise son premier film, un faux documentaire où il filme les errances de Joaquin Phoenix, acteur phare du cinéma indépendant US et notamment de James Gray, qui a décidé il y a 18 mois d’arrêter le cinéma alors qu’il n’a même pas 40 ans…pour se consacrer au rap. Le film est accueilli de manière très tranchée entre « c’est un bijou de  provoque drôle et tintée de vérité » ou la presse qui reste de marbre et estime que c’est un délire de très mauvais goût. On n’est pas très avancés, il faudra donc…le voir !

stillhere_joaquim dans Films series - News de tournage

Sofia Coppola revient avec « Somewhere » qui s’intéresse à une rock-star à l’ouest, interprété par Stephen Dorff. Et bien ce n’est pas cette fois-ci que la réalisatrice obtiendra l’unanimité car l’accueil est 50/50. Ceux qui aiment et ont accroché sur « Marie-Antoinette » et les autres…les défauts qui lui sont reprochés à savoir filmer du vide sans scénario à la limite du très emmerdant, et bien ce sont les mêmes…Personnellement, j’ai du mal à me situer puisque j’ai aimé « lost in translation » mais pas ses autres films, dont le « virgin suicide » pour lequel je n’ai jamais compris l’engouement.

Et bien elle repart avec un lion d’or…un peu surdimensionné peut être l’ami Quentin ?

Vincent Gallo était lui deux fois en compétition. D’abord comme acteur dans « the essential of killing » où il joue un taliban. Le film s’est fait descendre et comparer à un Rambo en pas bon.

En revanche, son film en tant que réalisateur, « Promises written in the watter » divise de nouveau, impressionne par la mégalomanie de l’acteur-réalisateur, qui s’aime beaucoup , mais recueille des critiques soit excellentes soit très mauvaises, comme pour « the brown bunny », son précédent. Pas consensuel le Gallo, ça s’est sûr !

2.1271064553

Avec « Detective Dee and the mystery of the Phantom Flame« , le stakhanoviste Tsui Hark recueille une très bonne presse avec un film de divertissement semble t-il intelligent, une enquête dans un film médiéval asiatique, why not ?

detective-dee-2010-s

Takashi Miike et son « 13 assassins » a lui aussi réveillé tout le monde avec un bon gros film de baston et rend hommage au passage au film de sabre !

« La Vénus Noire« , du Français Abdellatif Kéchiche divise également fortement entre des critiques excellentes et d’autres très molles.


« The town » de Ben Affleck est bien accueilli mais moins bien que « Gone baby gone« , on sent un peu de déception dans la presse mais l’histoire de base est moins forte et « gone baby gone » était adapté du très bon bouquin de Dennis Lehane.

Sono Sion déboussole la Mostra avec « coldfish« , un thriller japonais qui a visiblement beaucoup plu…sur la base d’un fait divers des années 80.

ColdFishPoster

Enfin le réalisateur culte Monte Hellman revient après des décennies d’absence et se plante totalement avec son « Road to nowhere« , qui porte bien son nom.

Voilà, le cru 2010 fut de l’avis de tous très bon et le festival de Venise maintient plus que jamais sa place après Cannes.

Laisser un commentaire