« Juste la fin du monde » de Xavier Dolan – critique du Blanc Lapin

Le nouveau Xavier Dolan est l’adaptation de la pièce de Jean-Luc Lagarce, où l’on suit Louis, qui, après 12 ans d’absence, retourne dans sa famille pour annoncer sa mort prochaine.

Avec « Juste la fin du monde« , Xavier Dolan va diviser probablement critique et public là où pour l’instant ses films étaient accueillis avec bienveillance. La raison est assez simple et elle est double. Ce que certains n’aimaient pas dans le côté hystérique de ses personnages, parfois théâtraux, est encore plus affirmé. Il s’agit d’une adaptation de pièce comme Tom à la ferme mais ça se voit davantage car Dolan ne cherche pas à s’éloigner du huit clos familial. Ensuite, les effets de style, la musique et l’aspect clipesque de certaines scènes sont là, toujours là. Et ce style Xavier Dolan agace certains et comme c’est encore plus affirmé, ça va donc saigner.

Au premier abord, je trouve que ces effets de style se voient un peu trop et que les acteurs se voient un peu trop jouer. C’est la raison pour laquelle je n’ai pas été cueilli par la même émotion que sur Mommy par exemple. Ce n’était pas immédiat. La scène finale de Vincent Cassel est trop bigger than life, trop « je suis acteur et je vous fait une démonstration« .

En revanche Marion Cotillard est tout en nuances, d’autant que son personnage finit rarement ses phrases. Le regard transmet alors toute sa soumission par rapport à son mari, son manque de confiance en elle et le fait qu’elle comprend, elle qui est une pièce rapportée à ce petit théâtre familial.

Léa Seydoux assure en petite sœur enfermée dans une petite vie paumée à la campagne et qui rêve d’éclore. D’autant qu’elle a un frère célèbre, frère fantôme qu’elle fantasme en sauveur, en figure paternelle et à qui elle en veut aussi car elle ne comprend pas pourquoi. D’ailleurs l’histoire n’explique jamais la raison principale de cette distance prise par Louis avec sa famille. Qu’est ce qui a déclenché tout cela ? Rien de particulier sans doute et on le comprend au fil de ces retrouvailles chaotiques. Il a tout simplement fui pour vivre sa propre vie, fui parcequ’il avait l’ascendant, le talent, la beauté et qu’il ne voulait pas assumer ce rôle, pas être au centre de leur vie mais de la sienne.

La scène entre Nathalie Baye, qui joue une mère un peu folle, irresponsable en apparence et son fils joué par Gaspard Ulliel, est pour le coup très émouvante. On comprend tout de l’excès de cette mère ogre qui a tenté de combler le vide, d’abord celui du père décédé, et celui de sa jeunesse perdue, puis celui de son fils chéri qui l’a mise à l’écart pour mieux s’épanouir. L’étouffement qu’elle provoque est touchant car on comprend que tous ces personnages comblent un vide et continuent à vivre dans leur village, dans une vie totalement décalée de celle de l’enfant prodige qui n’avait d’autre choix que de partir, pour lui.

Gaspard Ulliel trouve probablement son meilleur rôle avec le Saint Laurent de Bonello. Sa diction, son regard amusé, désabusé, tendre, triste, font du personnage de Louis un quasi fantôme qui revient une dernière fois hanter ses proches. La nuance de son jeu combinée à la manière dont Dolan capte ses moindres réactions font de sa prestation une des réussites majeures du film. Il était important qu’on s’attache à Louis, qu’on comprenne la raison de son départ alors qu’il ne l’explique jamais, lui, l’auteur économe de mots. Chaque phrase est ainsi pesée, et prononcée de telle sorte qu’on scrute le visage filmé en plein cadre, afin de distinguer tout ce qu’il ne dit pas.
« Juste la fin du monde » n’est donc pas un film aussi évident et aimable que les autres films de Xavier Dolan. L’émotion se cherche et peut se heurter à la théâtralité des situations ou le jeu d’un Cassel en surjeu justement. Mais ce décalage et cette cacophonie est volontaire par rapport au personnage central de Louis. La panique s’éprend de cette famille qui n’a jamais compris le départ et pas plus ce retour inopiné. Elle sent que quelquechose de grave est en train d’arriver. Et pour mieux se protéger, tous préfèrent surjouer leurs propres personnages, avec les étiquettes immuables qu’ils se sont distribuées.

« Juste la fin du monde » n’est donc pas un film dont il faut sortir avec un avis tranché. Il se décante, se réfléchit et au final apparait comme un film très ambitieux sur la construction/ déconstruction des rapports familiaux, où la place de chacun est telle que l’absence du plus silencieux mais du plus charismatique peut créer un vide déstructurant. Faites l’effort de ne pas juger le film sur ses apparences car il parle justement de cela, de la théâtralité d’une vie et de la difficile communication d’êtres qui ne se sont pas choisis puisqu’ils sont de la même famille. Et pour le coup, c’est la première fois que Xavier Dolan livre un film à double détente, un film plus mature, auquel on pense plusieurs jours après.

La piste aux Lapins :

4 étoiles

Laisser un commentaire