« Logan » de James Mangold – critique du Blanc Lapin

Wolverine revient pour sa troisième et dernière aventure solo et pour la dernière fois que Hugh Jackman interprète le rôle.

Et l’acteur a du être ravi de voir le résultat et de pouvoir partir sous les honneurs critiques et un succès au box-office déjà très important et mérité. Car oui, tous les fans attendaient de voir un Wolverine vraiment violent, sombre et une histoire qui ne soit pas sans saveur comme l’a été le premier film, nullissime. Le second, déjà réalisé par James Mangold, avait les défauts de son scénario que Mangold n’a pas pu entièrement remanier, il se regardait mais bon, le niveau était très en dessous de la plupart des films X-men.

Et bien là, « Logan » est non seulement un adieu en grande pompes mais c’est l’un des meilleurs films X-men. Les scénaristes ont choisi un monde où tous les mutants ont disparu sauf le professeur Xavier perdant la tête et géré par un vieux Logan et Caliban. Et dans ce monde entre Mad Max et un bon vieux western, il n’y a pas franchement d’espoir, juste celui de survivre, d’autant que Logan perd ses pouvoirs, moins efficaces et souffre. Ses griffes repoussent poins vite, ses blessures sont douloureuses et se referment moins, il est malade et se sait sur le chemin de la fin.

Et là débarque une fille qu’il n’a pas choisie, une gamine trafiquée par les mêmes salopards qui ont transformé son corps. Elle a besoin de lui et il va comprendre avec Xavier qu’ils forment une famille. Mais rassurez vous, ce n’est ni gnangnan ni cliché. Le réalisateur évite les blablas inutiles, la fillette étant muette la plupart du temps.

Le long métrage est R-rated donc ultra violent par moment puisque çà découpe, on voit du sang, des membres découpés et putain, çà fait du bien ! Enfin un film de supers héros adulte avec l’un des héros le plus badass et violents qui existe. Et c’est très très réussi.

Le scénario est simple, c’est une course poursuite, mais un certain Mad Max Fury Road a montré qu’aussi con que çà puisse paraitre sur le papier, le résultat peut faire preuve d’une haute tenue.

La grande force du film est qu’il est très sombre, crépusculaire et  humain voire émouvant aussi. L’humour à la con des films de supers-héros est absent et c’est tant mieux !

Le film est mélancolique, sans issue, radical et tout simplement le film Wolverine qu’il nous fallait !

La piste aux Lapins :

4 étoiles

 

 

Laisser un commentaire