Archive pour le 10 juin, 2017

Ba de la série très attendue « The Deuce » de HBO avec James Franco en frères jumeaux du porno

10 juin, 2017

Ba de la série très attendue

 Maggie Gyllenhaal et James Franco joueront dans la série sur le porno des années 70 que HBO prépare.

« The Deuce » s’intéressera à la pornographie à New-York dans les années 1970 et 1980, après la légalisation du porno (1968).

James Franco jouera un magnat de l’industrie du sexe ainsi que son frère jumeau.

Le showrunner, David Simon, explique  »On parle simplement d’un produit et des êtres humains qui l’ont créé, vendu, en ont profité et souffert« .

 Maggie Gyllenhaal jouera Eileen Merrell, prostituée se reconvertissant en actrice porno.

Quand on connaît l’exigence d’HBO, on peut s’attendre à quelquechose d’original.

Paul-Thomas Anderson et son « Boogie nights » avaient réussi fin des années 90 à dresser un portrait tout en nuances. Espérons que ceci soit le cas pour ce projet HBO.

Image de prévisualisation YouTube

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Pierre Deladonchamps en couple avec Vincent Lacoste pour Christophe Honoré

10 juin, 2017

Pierre Deladonchamps en couple avec Vincent Lacoste pour Christophe Honoré  dans Films series - News de tournage abaca_520186_035-1Stranger+Lake+Portraits+2013+Toronto+International+w_VUSE4OTQCx L'Inconnu du lac dans Films series - News de tournage

L’excellent Pierre Deladonchamps retrouvera un rôle d’homo après le film qui l’a révélé (L’Inconnu du lac).

Il jouera dans  »Plaire, baiser et courir vite » de Christophe Honoré, dans une histoire d’amour dans les années 90.

Il y interprétera Jacques, écrivain et auteur de théâtre parisien qui croise un étudiant, Arthur, joué par Vincent Lacoste.

Denis Podalydès complète le casting.

J’espère qu’Honoré retrouvera l’inspiration de son superbe « Les chansons d’amour« , il y a 10 ans déjà !


Enregistrer

Enregistrer

« Les Chevaliers du Zodiaque » adaptés en film live ! Ouille !

10 juin, 2017

Le célèbre manga a connu un dernier long métrage animé affligeant il y a 2 ans avec « La Légende du Sanctuaire« .

Même les fans ultra, trentenaires ou quarantenaires, ont du avoir du mal à regarder le film en entier.

C’est donc avec autant d’effroi que l’on apprend qu’un film en live action avec de vrais acteurs sera tourné par le polonais Tomasz Baginski, inconnu au bataillon.

La Toei Animation co-produira bien sûr le film. Quand on se souvient de DragonBall Evolution, qui n’était même pas drôle, on peut craindre le pire, le kitch étant forcément facile à créer avec un tel matériau de base. Aura ton droit à un nouveau film bien pourri genre « Les maitres de l’univers« , avec la technologie d’aujourd’hui ? A moins qu’ils n’optent pour une vision homo-érotique qui irait à merveille à Pégaze et ses copains. Et cette conne d’Athéna sera t elle plus cruche que dans le dessin animé ? Avec des cheveux roses ?

En tout cas, on voit mal comment un film potable peut sortir de cet univers culte certes mais bon…

Les chevaliers d’Or n’ont qu’à bien se tenir !

Enregistrer

Enregistrer

Benedict Cumberbatch et Jake Gyllenhaal enfin réunis

10 juin, 2017

Benedict Cumberbatch et Jake Gyllenhaal enfin réunis dans Films series - News de tournage jake-gyllenhaal-benedict-cumberbatch

Les excellents Benedict Cumberbatch et Jake Gyllenhaal devraient jouer ensemble dans Rio, après s’être loupés sur The Current War.

L’histoire suivra deux amis, un journaliste financier (Gyllenhaal) et un homme fortnué vivant à Rio de Janeiro (Cumberbatch).

Après s’être retrouvés au Brésil, le journaliste va être impliqué dans un complot ayant pour but de simuler l’a mort de son ami.

Lucas Guadagnino réalisera le film après s’être planté sur le remake de La Piscine avec A Bigger Splash mais ce dernier avait réalisé avant l’excellent Amore avec Tilda Swinton.

 

 

Enregistrer

Enregistrer

« Compte tes blessures » de Morgan Simon – critique « rattrapage » du Blanc Lapin

10 juin, 2017

Résultat de recherche d'images pour "compte tes blessures affiche"

Ce premier film a hélas été très peu distribué dans les cinémas en janvier d’où le temps long pour enfin le voir. L’histoire suit un jeune chanteur charismatique de hard rock, qui s’est tatoué de partout et vit encore chez son père, poissonnier.

Il est jeune, beau, son groupe cartonne mais il est aussi très seul. Au lieu de profiter de la vie, il se heurte à son père insensible et froid. Et surtout, il voit arriver la nouvelle copine de ce dernier qui vient bouleverser son monde et le silence causé par la mort de sa mère quelques mois auparavant.

« Compte tes blessures » n’est pas dénué de défauts mais il est tellement généreux par sa belle humanité, par la délicatesse de l’expression des sentiments des protagonistes, qu’on lui pardonne toute le reste. Morgan Simon réalise déjà un film ultra court, 1H20 seulement et c’est probablement une très bonne idée car il évite les scènes inutiles qui auraient dilué le message.

Kévin Azaïs, qu’on avait découvert dans « Les combattants » en 2014, est brillant dans ce rôle de jeune homme qui n’est pas totalement sorti de l’adolescence, dont le regard cherche en permanence l’amour de son père. Il est perdu, blessé car son monde s’est effondré à moitié par la mort de sa mère adorée. Et il se cherche, il provoque, il doit « tuer le père » pour grandir et c’est douloureux. La partition de l’acteur est vraiment émouvante tout en étant brusque et animale. Nathan Willcocks joue lui ce père rugueux et aux propos violents et livre lui aussi une très belle prestation.

Le film traite donc de l’après-deuil et de la reconstruction entre un père et un fils qui s’aiment mais ne savent plus se parler et se sentent étrangers.

« Compte tes blessures » est un film intelligent, fin et dont le final est surprenant.

La piste aux lapins :

3,5 lapins

« A cure for life » de Gore Verbinski – critique « rattrapage » du Blanc Lapin

10 juin, 2017

Résultat de recherche d'images pour "A cure for life affiche"

Le réalisateur des premiers Pirates des Caraïbes et du remake Us de « Le Cercle », Gore Verbinski, à la carrière pour le moins inégale, se lance  dans la SF d’épouvante…

Le pitch : Lockhart, jeune cadre ambitieux, est lancé sur la trace de son patron disparu dans un mystérieux centre de bien-être en Suisse.Pris au piège de l’Institut et de son énigmatique corps médical, il découvre peu à peu la sinistre nature des soins proposés aux patients.

La première bonne idée du film est d’avoir choisi Dane DeHaan comme anti héros. Il est excellent pour incarner un petit con tête à claque dont on sent qu’un évènement a brisé l’enfance. Ensuite Verbinski y va certes à la truelle pour poser son décors paranoïaque et reclus du monde, mais ceci a le mérite d’être efficace et prenant rapidement. Les personnages sont tous curieux et on ne sait qui ment et qui est manipulé, ce qui est assez réussi.

Les mouvements de caméra, les découvertes du personnage, les doutes sur la réalité, l’hypnose arrivent à bien embrouiller une histoire que l’on croit au début trop vite racontée. Verbinski joue sur ce jeu de montrer par accélération-décélération les réponses aux mystères du château. Et c’est une réussite. L’ambiance est glauque, malsaine, d’un vert qui rappelle de loin La Cité des enfants perdus ou d’autres longs métrages à la limite du cauchemar et de la SF. Le film est ultra référencé de codes du genre mais il arrive à se distinguer par un style propre, un charme et ceci est assez rare.

Et puis le film saborde ce qui aurait pu en faire un très bon long métrage à cause d’un scénario qui n’apporte pas des explications très claires, c’est le moins que l’on puisse dire. Il est quand même problématique de ressortir du film et de ne pas avoir compris pourquoi l’antagoniste faisait tout ceci…ou tout du moins de ne pas être sur d’avoir compris à quoi servaient les bébètes. Autant chez Lynch on pardonne, autant chez Gilliam on sait que l’explication peut tomber plus tard en repensant au film…mais sur ce type d’objet plutôt réussi mais de facture moins ambitieuse, on reste sur sa faim. Et c’est dommage. Je suis preneur donc de l’explication de la fin et de à quoi servent précisément les bébètes et l’eau. Lapincompris.

La piste aux Lapins :

3,5 lapins