Ba du nouveau Albert Dupontel, « Au revoir là-haut » avec Laurent Lafitte, Niels Arestrup, Emilie Dequenne et Mélanie Thierry

Ba du nouveau Albert Dupontel,

Albert Dupontel est à part dans le cinéma hexagonal. C’est un excellent acteur chez les autres avec « La Maladie de Sachs« , « Le Convoyeur » de Nicolas Boukhrief, « Fauteuils d’orchestre » de Danièle Thompson, « Président » de Lionel Delplanque,  « L’Ennemi intime » de Florent Emilio Siri, « Le Bruit des glaçons » de Bertrand Blier,  « Le Grand Soir » de Gustave Kervern et Benoît Delépine, ou très récemment « Les Premiers, les Derniers » de Bouli Lanners.

Coté acteur-réalisateur, il affectionne des personnages en dehors des chemins balisés, souvent cruels et  un peu bêtes et il adore Terry Gilliam (mon Terry adoré :) )) comme Tex Avery. Et il n’a réalisé que des comédies, exercice au combien casse gueule. Son « Bernie » est devenu culte et reste bien trash, « Le Créateur » a quelques moments extraordinaires, « Enfermés dehors » était brouillon et râté, « Le Vilain » surfait sur l’excellente Catherine Frot mais était un peu trop gentil et « 9 mois ferme » fut un carton mérité en 2013 avec une Sandrine Kiberlain de retour en très grande forme.

Son sixième film en 20 ans de réalisateur, soit une belle cadence, réunira de supers acteurs aux antipodes, Laurent Lafitte, Niels Arestrup, Emilie Dequenne et Mélanie Thierry !

Il sera adapté du roman « Au revoir là-haut » de Pierre Lemaitre, prix Goncourt 2013. L’histoire suit deux vétérans de la première guerre mondiale Edouard Péricourt joué par Nahuel Pérez Biscayart (révélation de 120 battements par minute) qui sauve Albert Maillard d’une mort certaine à quelques jours de l’Armistice.

Les deux s’associent pour  monter une arnaque autour des monuments aux morts, leur point commun étant le lieutenant Pradelle (Laurent Lafitte) qui a brisé leur vie par un ordre d’assaut absurde.

Le style à l’air moins foutraque que les scenari barrés de Dupontel puisqu’adapté d’un roman mais on retrouve la beauté de l’imagination débordante du cinéaste. C’est poétique et digne d’un Terry  Gilliam, ami personnel de notre Dupontel national. J’ai hate !!!!

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

Sortie le 25 octobre 2017

Laisser un commentaire