Archive pour juillet, 2017

Jeanne Moreau, disparition d’une des plus grandes actrices françaises

31 juillet, 2017

Résultat de recherche d'images pour "jean moreau"

Décidément, l’été commence à s’avérer meurtrier pour les acteurs cultes. L’immense Jeanne Moreau nous a quittés et je voudrais juste lui rendre hommage parceque pour certains, elle était devenue une caricature de vieille à la voix rauque et bien d’autres ne la connaissent pas si bien, soit parcequ’ils sont trop jeunes, soit parcequ’ils n’étaient pas assez cinéphiles pour mesurer ce que cette grande actrice a apporté au septième art.

A 89 ans, Jeanne Moreau a tourné avec les plus grands et les a surtout inspirés, passant d’époque en époque tout en devenant au fil des années l’une des meilleurs actrices françaises de tous les temps.

Cette icône française, dont certains ne retiendront que cette ouverture du Festival de Cannes avec une Vanessa Paradis lui chantant la chanson de Jules et Jim, le Tourbillon de la vie, a marqué l’histoire du cinéma.

L’un de ses premiers rôles est dans Touchez pas au Grisbi de Jacques Becker, mais c’est le génial Ascenseur pour l’échafaud de Louis Malle et Les Amants de Louis Malle également qui en fera une star.

Dans les années 60, la Nouvelle Vague s’en empare avec Jules et Jim de François Truffaut, Une femme est une femme de Jean-Luc Godard. Elle illumine  en joueuse invétérée dans le superbe La Baie des anges de Jacques Demy. Elle enchaine avec deux autres chefs d’oeuvre, Le Feu follet de Louis Malle et La Mariée était en noir de François Truffaut.

A l’international, Michelangelo Antonioni lui offre La Nuit, Joseph Losey la fait tourner dans Eva et Orson Welles en tombera raide dingue en la faisant jouer dans Le Procès, Falstaff et Une histoire immortelle.

Elle joue ensuite dans Le Train de John Frankenheimer et Le Journal d’une femme de chambre de Luis Buñuel avant de remporter le prix d’interprétation féminine à Cannes pour Moderato cantabile de Peter Brook, en 1960 avec Jean-Paul Belmondo. Elia Kazan l’intègre à l’un de ses derniers opus, Le Dernier nabab, aux côtés de Robert de Niro.

Monsieur Klein de Joseph Losey termine cette époque alors que de nouveaux réalisateurs la sollicitent comme Bertrand Blier pour Les Valseuses, André Téchiné pour Souvenirs d’en France, 

Dans les années 80, Fassbinder la fait jouer dans son polémique Querelle, Henri Verneuil lui fait donner la réplique à Patrick Dewaere dans Mille milliards de dollars et Michel Deville lui donne un autre grand rôle dans Le Paltoquet.

Elle sait aussi faire dans la comédie populaire avec Le Miraculé de Jean-Pierre Mocky. Avec La Vieille qui marchait dans la mer de Laurent Heynemann, elle reçoit tardivement un César en en 1991, en citant du Frédéric Dard.

Luc Besson (Nikita), Wim Wenders (Jusqu’au bout du monde), Theo Angelopoulos (Le Pas suspendu de la cigogne) ou Agnès Varda (Les Cent et une nuits de Simon Cinéma) la feront tourner dans les années 90. On la verra dans L’amant de Jean-Jacques Annaud.

François Ozon la fait jouer la grand-mère de Melvil Poupaud dans Le Temps qui reste.

Sa beauté froide et sa voix si particulière nous bouleversaient de par la justesse de son jeu.

Ses prestations resteront quant à elles immortelles pour tous les amoureux du cinéma.

 

 

Ba de « Alpha », survival préhistorique

28 juillet, 2017

Ba de

Albert Hughes, à qui l’on doit (avec son frère) From Hell ou encore Le Livre d’Eli, revient avec Alpha, survival se situant il y a 20.000 ans où Zeta, jeune guerrier, se fait quasi tuer lors de la 1ère chasse au bison et se voit laissé pour mort.

En sauvant un loup blessé, la bête sera apprivoisée et les deux êtres tenteront se survivre, en pleine hiver glaciaire.

On se souvient, ou pas, de « 10,000 BC » de Roland Emmerich en 2008, qui n’avait pas franchement marqué les esprits.

On verra donc si Alpha fait mieux.

L’excellent Kodi Smit-McPhee tient le rôle titre.

Le film sortira le 21 mars 2018 en France.

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

Nicole Kidman dans un film sur l’homophobie dans une communauté religieuse

28 juillet, 2017

Nicole Kidman dans un film sur l'homophobie dans une communauté religieuse dans Films series - News de tournage Nicole-Kidman-Photos08HEDGE2-superJumbo Lucas Hedges dans Films series - News de tournage

Lucas Hedges (Manchester by the Sea) jouera un fils d’un pasteur baptiste homosexuel dans une petite ville américaine.

Alors qu’il n’a que 19 ans, il va subir une thérapie pour le faire devenir hétérosexuel, sous peine d’être excommunié et rejeté de sa sa famille et ses amis.

C’est curieusement le très bon acteur Joel Edgerton qui se charge de la mise en scène de Boy Erased, sa seconde réalisation.

Mais le casting ne s’arrête pas là puisque Nicole Kidman, Russell Crowe et Joel Edgerton joueront dans le long métrage.

Le film est prévu pour une sortie en 2018.

 

Narcos saison 3 – teaser

28 juillet, 2017

Narcos saison 3 - teaser dans Bandes-annonces 199076

L’un des cartons critiques et publics de Netflix, l’excellente série sur Pablo Escobar revient pour une 3ème saison.

Disponible sur sa plateforme dès le 1 septembre 2017, ce sera désormais au cartel de Cali que les agents de la DEA auront à faire.
Teaser :
Image de prévisualisation YouTube

Les créateurs de Games of Thrones sur une uchronie où les esclavagistes ont gagné la guerre de Sécession

28 juillet, 2017

Les créateurs de Games of Thrones sur une uchronie où les esclavagistes ont gagné la guerre de Sécession dans Ce qui vous attend en séries Tv ! ob_2c3233bcecc4dc3d8b2c8157792a98df_187-2

Les Showrunners de Games of Thrones ne travailleront pas sur les 4 projets de Spin off en cours (voir news ici) mais ont été embauchés de nouveau par HBO pour développer une autre série pour succéder au succès de GOT après sa saison 8 qui sortira en 2019, HBO ayant déjà Westworld, peut être « The Deuce » avec James Franco et peut être l’adaptation des Watchmen, pour consolider son assise.

David Benioff et D.b. Weiss  développeront la série Confederate qui sera une uchronie dans laquelle la guerre de Sécession n’a pas été gagnée par Abraham Lincoln.

Une troisième guerre civile se prépare alors que l’esclavage est devenu légal et accepté de tous. « Le scénario suit plusieurs personnages de part et d’autres de la zone démilitarisée de Mason-Dixon, des combattants de la liberté, des chasseurs d’esclaves, des politiciens, des abolitionnistes, des journalistes et les cadres d’un conglomérat esclavagiste, ainsi que leurs familles. »

On imagine tout le potentiel explosif de décrire un tel monde, à la manière du succès de l’adaptation très réussue du « Maitre du Haut Château » de Philipp K. Dick où les Allemands et Japonnais ont gagné le 2ème guerre mondiale…

C’est un projet excitant !

Ba « LE BONHOMME DE NEIGE » adaptation de Jo Nesbø avec Michael Fassbender par le brillant Tomas Alfredson

25 juillet, 2017

Ba

L’adaptation du roman de John LeCarré, « La Taupe«   réalisé par Tomas Alfredson, a permis la plus belle adaptation de l’écrivain, louée par toutes les critiques en ce début d’année 2012. Le réalisateur suédois avait auparavant sorti l’excellent film de vampires Morse.

Mais Alfredson a remplacé Martin Scorsese sur l’un de ses nombreux projets, dont on se doutait qu’il n’aurait pas le temps  nécessaire pour le réaliser.

« The snowman » sera donc l’adaptation du roman de Jo Nesbø, livre Norvégien qui se déroule à Oslo, en 2004. On y suit un tueur en série  qui signe ses meurtres et les annonce en construisant un bonhomme de neige face à la maison de la victime. Hollywood s’intéresse de plus en plus à la littérature venue d’Europe du Nord, après l’adaptation du premier « Millénium » par David Fincher. J’ai lu le livre, il est en effet excellent de suspens et de rebondissements.

L’immense Michael Fassbender prêtera ses traits à l’inspecteur Harry Hole, personnage hors norme et ultra attachant, et fil directeur de bien des romans de Nesbø.

Sortie le 29 novembre 2017

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

Enregistrer

Rami Malek (Mr Robot) jouera bien Freddy Mercury pour Bryan Singer

25 juillet, 2017

 

Rami Malek (Mr Robot) jouera bien Freddy Mercury pour Bryan Singer dans Films series - News de tournage 7823ccc990ed65bca59453bf79c042e3freddie-mercury dans Films series - News de tournage

Le biopic sur Freddie Mercury met des années à se concrétiser bien que les membres du groupe Queen aient donné leur accord, notamment pour l’utilisation de leurs tubes.

Sacha Baron Cohen (Borat, Bruno) qui devait interpréter le chanteur a lâché le projet. Stephen Frears, qui a déjà réalisé plusieurs biopics, était attaché au film l’an dernier. Mais plus maintenant. Tom Hooper, le réalisateur du raté  « Les misérables » et de « Le discours d’un roi« , fut aussi pressenti. On parla de Ben Whishaw dans le rôle titre puis plus rien depuis deux ans…

Sony Pictures n’abandonne pourtant pas et surprend aujourd’hui en annonçant un casting très alléchant.

Rami Malek, l’acteur de la série Mr Robot et qu’on verra dans le remake de Papillon, est confirmé pour jouer Mercury soit un rôle aux antipodes de son rôle introverti et associable de Mr Robot.

Mais mieux encore, le film, intitulé « Bohemian Rhapsody » sera réalisé par le talentueux Bryan Singer, réalisateur de quatre des films X-men dont les deux premiers et les deux derniers. Ceci lui permettrait d’enfin aborder un autre style, lui qu’on a découvert à l’origine avec « Usual suspects » et « Un élève doué« … »Walkyrie » est aussi au rang de ses réussites extra X-men.

Le film serait prêt pour 2018 puisqu’il s’agirait du prochain projet de Bryan Singer.

Ba du nouveau Guillermo Del Toro, « The Shape Of The Water » avec Michael Shannon

25 juillet, 2017


Ba du nouveau Guillermo Del Toro,

Sally Hawkins et Richard Jenkins donneront la réplique au grand Michael Shannon dans le prochain opus de Guillermo Del Toro.

L’un des réalisateurs de fantastique les plus adulés du moment changera d’époque après Crimson Peak, puisque The Shape Of The Water puisque son film reviendrait dans la veine du Labyrinthe de Pan.

Il s’agirait d’un conte de fées où une manutentionnaire muette travaillerait en 1963 dans un mystérieux laboratoire.

Un homme amphibien y ferait l’objet d’études, on pensera évidemment aux deux Hellboy de Del Toro…

Del Toro a comme d’habitude un univers visuel incroyable mais pêche toujours un peu par la facilité de ses scénari…le grand film est-il pour cette fois ? Je l’espère…

Sortie le 17 janvier 2018.

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

« Baby Driver » d’Edgar Wright – critique du Blanc Lapin

25 juillet, 2017

Résultats de recherche d'images pour « baby driver affiche »

Edgar Wright est ce genre de réalisateur avec un public de fans qui a toujours un peu de mal à passer la vitesse supérieure…et pour le coup, il signe son meilleur long métrage avec ce « Baby driver » qui sent grave le film culte en puissance !

« Le dernier pub avant la fin du monde » était barré mais conventionnel dans sa rupture de ton, « Scott Pilgrim » avait une bonne dose d’humour et d’action mais s’enlisait dans le film pour ados faussement rebelle, « Hot Fuzz » et « Shaun of the dead » étaient des parodies drôles mais là aussi trop référencées.

Ce qui rend incroyablement fun ce Baby driver, c’est que son concept n’est jamais écrasé par un déséquilibre entre les personnages, une baisse de régime ou une faute de goût improbable. Tout est huilé à un rythme qui force le respect, avec le même humour et la même cool attitude que d’habitude chez Wright mais une maturité inédite. Le film d’autant plus référencé que son héro fonctionne à la musique et donc à une bande son qui guide chacun des casses auxquels il participe. Et pourtant çà fonctionne à merveille grâce au talent de mise en scène d’Edgar Wright  mais aussi à ses acteurs, dont un  Kevin Spacey aussi énigmatique que menaçant et un Ansel Elgort qui arrive à devenir attachant là où il aurait pu être une putain de tête à claque, ce qui aurait saccagé l’histoire. Et son rôle étant aussi casse gueule qu’un autre Baby, à savoir celui de Johnny Depp dans Cry Baby, c’est assez balaise.

Le film est un excellent divertissement Rock’n Roll dont la coolitude obsessionnelle du réalisateur fait un bien fou. L’action est menée avec soin, les courses poursuites, genre de scène qui m’a toujours gavé, sont rondement menées.

Le film est élégant, virtuose dans son montage et deviendra probablement un classique. Courrez y !

La piste aux lapins :

4 étoiles

 

Claude Rich, mort d’un acteur d’une classe folle

21 juillet, 2017

Claude Rich, mort d'un acteur d'une classe folle dans Films series - News de tournage

Claude Rich est décédé des suites d’un cancer, à 88 ans.

Triste disparition que ce grand acteur éclectique, d’une finesse et d’une drôlerie qui aura traversé le septième art pendant 60 ans…

Contemporain de promotion des Rochefort, Marielle et Belmondo, Claude Rich trouva son 1er rôle d’importance chez René Clair dans Les Grandes Manoeuvres en 1955 puis Tout l’or du monde encore chez René Clair en 1961.

Il tourne Le Caporal épinglé en 1961 de Jean Renoir, Claude Chabrol l’embauche pour Les Sept Péchés capitaux, mais il connait la grande célébrité dans le cultissime Les Tontons flingueurs de Georges Lautner  en 1963. On peut ensuite citer Paris brûle-t-il ? de René Clément, Les Compagnons de la marguerite de Jean-Pierre Mocky,  Oscar d’Édouard Molinaro aux côtés de De Funès, La Mariée était en noir de François Truffaut,  Je t’aime, je t’aime et Stavisky d’Alain Resnais, Adieu poulet de Pierre Granier-Deferre,  Le Crabe-tambour de Pierre Schoendoerffer.

En 1990 au théâtre puis en 1992 au cinéma il incarne un tortueux, cynique et jouissif  Talleyrand dans Le Souper d’Édouard Molinaro. Bertrand Tavernier lui offre un rôle génial dans un film hélas mineur dans La Fille de d’Artagnan et le réembauche dans l’excellent Capitaine Conan. En 1999, Valérie Lemercier lui donne le rôle de son père homosexuel dans Le Derrière où il excelle à nouveau et donne toute sa verve dans La Bûche de Danièle Thompson. Devenu acteur culte et monument national, il incarne Panoramix dans le Astérix & Obélix : Mission Cléopâtre d’Alain Chabat. Il tourne dans Le Mystère de la chambre jaune puis Le Parfum de la dame en noir de Bruno Podalydès. Dans le même style d’enquêtes décallées il joue dans Le crime est notre affaire de Pascal Thomas.

Pour la télévision citons Le Grand Secret, Le Rouge et le Noir, Balzac, Les Rois maudits, Galilée ou l’Amour de Dieu.

Un grand acteur nous quitte mais son sourire et son flegme resteront immortels.

Enregistrer

Enregistrer

Géniale Ba de « Kingsman, The Golden Circle » de Matthew Vaughn

21 juillet, 2017

Géniale Ba de

Colin Firth, excellent dans le premier opus de « Kingsman« , n’était pas susceptible de revenir.

Pourtant cette affiche sème le doute…Matthew Vaughn nous a livré un excellent divertissement, drôle, intelligent et nouveau !

Pour celles et ceux n’ayant pas vu le 1er film, ne lisez pas la suite…

Le film a rapporté 414 millions de dollars niveau monde pour un budget de 81 millions !

Matthew Vaughn a accepté de réaliser la suite de son bébé , dénommée « Kingsman 2, The Golden Circle« .

Taron Egerton reviendra bien entendu. Colin Firth reviendrait mais on ne sait pas sous quelle forme ni si son rôle sera important. Une affiche annonçait avec humour son retour : “Les nouvelles sur ma mort ont été grandement exagérées”.

La géniale Julianne Moore sera la grande méchante du film. Et pour féminiser encore davantage, Halle Berry tiendra le rôle de chef de la CIA.

Jeff Bridges, Channing Tatum et Elton John complètent le casting 5 étoiles.

Voici la 2ème bande-annonce, excellente !

Image de prévisualisation YouTube

Sortie le 11 octobre 2017

kingsman-le-cercle-d-or-photo-julianne-moore-993619 dans Films series - News de tournage

kingsman-le-cercle-d-or-photo-pedro-pascal-993620

kingsman-le-cercle-d-or-photo-colin-firth-993621

kingsman-le-cercle-d-or-photo-channing-tatum-993617

kingsman-le-cercle-d-or-photo-jeff-bridges-993618

 

Enregistrer

« On the Milky Road » d’Emir Kusturica – critique du Blanc Lapin

17 juillet, 2017

Après 10 ans d’absence et presque 20 ans après son dernier chef d’oeuvre, « Chat noir, chat blanc« , le maitre serbe revient enfin ! Si la presse est divisée et que Kustu a perdu sa place de chouchou des critiques, il n’a rien perdu de son univers, bien au contraire.

C’est vrai qu’un réalisateur à l’univers fort et reconnaissable immédiatement, c’est non seulement assez rare (Terry Gilliam, Guillermo Del Toro, Tim Burton, Wes Anderson, David Lynch, Wong Kar Wai, Pedro Almodovar…) mais surtout, çà ne vieillit pas toujours très bien.

« On the Milky Road » n’est pas au sommet de la carrière de Kusturica mais il convoque un imaginaire débordant et oh combien salvateur dans une époque si normée. Ses délires sont peut être moins jouissifs mais tout autant désespérés, autour de personnages hauts en couleurs qui boivent et font la teuf en plein milieu des bombardements.

C’est surtout que son film est plus tendre, plus porté sur une belle histoire d’amour impossible que la folie suicidaire d’ « Underground » ou la contemplation et les délires du « Temps des gitans ». Mais l’esprit est le même.

J’ai adoré replonger dans cet univers où le fantastique s’immisce dans la nature, permet aux mariées de voler et aux héros de jouer à saute moutons avec des explosifs.

C’est délirant sans l’être trop, d’une créativité jouissive, souvent très poétique et c’est déjà beaucoup.

Non, Kusturica vit encore et il en a sous la pédale et c’est sans doute l’une des excellentes nouvelles de cette année ciné.

La piste aux Lapins :

4 étoiles

Enregistrer

12