« First man » de Damien Chazelle – critique du Blanc Lapin

Après ses excellents « Whiplash » et « LalaLand« , le franco-américain Damien Chazelle revient avec un film totalement différent de par son style. Il s’intéresse à Neil Armstrong et à sa préparation qui lui permit de devenir le premier homme à marcher sur la lune le 21 juillet 1969.

La thématique du film aurait dû m’ennuyer profondément tant le thème a été traité de nombreuses fois en documentaires ou au cinéma. Pourtant, Chazelle réussit a raconter ce presque huit clos entre Armstrong et lui-même. On le suit pas à pas du décès de sa petite fille qu’il va intérioriser, durant huit ans d’essais, et accidents jusqu’à l’exploit.

Le film n’est pas hagiographique et montre un personnage qui se renferme à en devenir quasiment autiste vis à vis de son épouse et ses enfants. Ryan Gosling, en grand taiseux est parfait pour le rôle. La concentration sur son but et les épreuves vécues lui créeront des barrières et un isolement certain.

Là où le film est très fort, c’est qu’il entre dans un luxe de détails sur les boutons, la mécanique comme pour montrer l’extrême complexité du métier de ces ingénieurs sportifs tout comme la fragilité des avancées technologiques. Un tâtonnement et des malchances qui couteront de nombreuses vies, ce que la performance historique a souvent tendance à obstruer.

Surtout, Damien Chazelle réussit à faire émerger l’émotion par petites touches, de façon subtile et sans utiliser la truelle et c’est d’autant plus efficace bien évidemment. Et bien sûr, il fuit tout patriotisme naïf. Son côté français probablement…

La grande intelligence du film est de donner une dimension humaine et des failles à cette aventure incroyable tout en ne rendant pas le propos ennuyeux et technique. Cet hyperréalisme est vraiment au service de l’histoire et replace l’épopée dans son contexte, avec un réel suspens.

L’épique vient de cette confrontation entre l’intime et l’infiniment grand, avec simplicité, tout en laissant le spectaculaire s’imposer comme une évidence.

Un réussite indéniable.

La piste aux Lapins :

4 étoiles

Laisser un commentaire