« La ballade de Buster Scruggs » de Joel et Ethan Coen – Critique du Blanc Lapin

J’adore les frères Coen, de leurs chefs œuvres sombres comme « Sang pour sang« , Miller’s Crossing », « Fargo », « No Country for Old men« , « The Barber » à leurs comédies déjantées comme « Arizona Junior« , « The Big Lebowski« , « O’Brother« , ou « Burn After reading« .

Et puis ces dernières années, quelquechose s’est cassé. Je n’ai pas compris « A serious Man« , assez chiant, leur western « True grit » m’a laissé de marbre, et malgré la presse dithyrambique, j’ai trouvé « Inside Llewyn Davis » horriblement long et plat. « Avé César !« , film mineur dans leur filmographie, avait le mérite de les dérider un peu.

A 63 et 61 ans, Joel et Ethan reviennent donc en cédant aux sirènes de Netflix.

Au début le projet « La ballade de Buster Scruggs » était censé se déroulé en mini série de six épisodes. Puis la surprise fut grande de voir les plus célèbres frangins du cinéma être sélectionnés à Venise 2018 pour un film ! En effet non seulement Netflix accepta de compiler leurs épisodes dans un film à sketchs mais en plus de le sortir au cinéma dans les pays où la chronologie des médias ne pose pas de difficultés, ce qui relance l’impact du mastodonte du streaming sur l’industrie.

Et en plus ils sont repartis avec le prix du scénario !

Tim Blake Nelson, James Franco, Liam Neeson, Tom Waits, Zoe Kazan se succèdent donc dans des histoires totalement indépendantes et se situant toutes dans l’ouest américain des westerns bien connus.

la-ballade-de-buster-scruggs-netflix-bande-annonce-survoltee-pour-le-western-des-freres-coen-video James Franco dans Films - critiques perso

Et grande surprise, non seulement c’est très réussi mais en plus aucun des segments n’est en décalage qualitatif total, ce qui était souvent le cas des films à sketchs italiens auxquels les Coen veulent rendre hommage. Chaque histoire est emprunte d’une marque, tantôt un humour mordant comme on les connait tantôt la tragédie de destins assez terribles. Mais il y a toujours ce fil conducteur de la filmographie des frères Coen à savoir des losers magnifiques auxquels on s’attache forcément.

La grande qualité des récits est aussi rythmée par leur durée qu’on ne connait pas du tout, certaines histoires étant beaucoup plus courtes que d’autres et les Coen décidant de couper leur histoire au bon moment pour passer à la suivante et c’est grandement fluide. Le cynisme habituel est de retour et je retrouve enfin la vraie marque des Coen, celle qui leur avait fait défaut lors des derniers opus, à force d’étirer des concepts bons à l’origine sur des durées trop longues.

Le concept de « La ballade de Buster Scruggs » est de jouer sur la répétition avec dans chaque segment sauf les deux derniers, un va et vient qui va assurer au spectateur une surprise puisqu’on ne sait pas quand çà va couper et comment.

Bref cet hommage moqueur, nostalgique et tendre au western est à regarder, même pour ceux qui détestent le genre car ils en auront aussi pour leur compte.

La piste vaux Lapins:

3,75 lapins

Laisser un commentaire