« Les Animaux fantastiques – Les crimes de Grindelwald » – critique du Blanc Lapin

David Yates est certes un faiseur et un gentil monsieur qui sait faire de belles images avec des effets spéciaux et un énorme budget mais là franchement, il faut bien le dire, cet épisode est à chier ! Excusez pour la vulgarité mais c’est clairement ce qui a éclaté dans ma tête en sortant.

Bon c’est vrai que la série Harry Potter m’a toujours gonflée car avec le pognon qu’ils ont, et les très beaux effets spéciaux aussi, on se tape quand même des histoires avec des personnages super inintéressants. Un peu comme le Seigneur des Anneaux (oui je veux me faire haïr aujourd’hui). C’est l’héroic fantasy avec plein de jolies images, déversées dans les yeux des spectateurs pour les faire rêver. Mais bon les personnages sont unidimensionnels, ils n’ont pas de vraies aspérités et c’est super relou et pauvre scénaristiquement.

C’est un nivellement intellectuel par le bas qui me rend dingue. Mais bon cet épisode c’est le summum. On nous montre des scènes totalement inutiles pour que les petits nenfants voient des grosses bébêtes…ok…mais il n’y a pas d’histoire. Puis on nous déroule cette opposition entre Dumbledore et son ancien mec, Grindelwald mais chut on ne le montre pas parceque bon, c’est pour les enfants aussi. Et on ne comprend rien du tout. Qui est la sœur du fils de la cousine de bidule et en fait on s’en fout un peu au final. A tel point que la révélation de la fin sonne non comme une grosse claque mais une libération de 2h14 de grand n’importe quoi.

Non je suis content pour Johnny Depp parceque même si sa carrière est un naufrage depuis 20 ans, j’espère toujours qu’il retrouve de bons rôles car il reste un super acteur. Là son rôle est bien et il a un job bien payé pour encore quatre films après s’être fait virer de la franchise Pirates des Caraibes. Donc Johnny, tient le bon bout, quatre films à s’emmerder c’est long mais peut être qu’enfin tu auras l’idée, saugrenue certes, de jouer par ailleurs dans des projets moins nases que ceux de ton copain Tim Burton.

Bon, ceux qui aiment Harry Potter vont de toute façon y aller et trouver que je suis un gros con car on n’a pas le droit de ne pas être charmé par cet univers si féérique. On est forcément aigri. En fait j’ai aimé certains Harry Potter fort heureusement, sinon je serais vraiment stupide d’y retourner. C’est juste que c’est du cinéma qui gave son public en vendant de l’imaginaire alors qu’il y en a si peu. Je suis très sensible à cela car j’adore justement ce style de cinéma. Si je suis fan de Terry Gilliam c’est parceque lui a le respect de son public et lui demande un effort. Il n’explique pas tout, il demande de faire un effort d’imagination et nous guide pour cela. Et l’effet, quand il est réussi, est autrement plus ambitieux que cette orgie numérique qui manque cruellement de poésie.

La piste aux Lapins :

Mauvais

Laisser un commentaire