« My Beautifull boy » de Felix Van Groeningen – Critique du Blanc Lapin

Résultat de recherche d'images pour "My Beautiful boy Felix Van Groeningen"

Felix van Groeningen est un excellent réalisateur, derrière de grands films que sont « La Merditude des choses« , « Alabama Monroe » et « Belgica« ‘.

C’est avec « My Beautifull boy » que le belge passe à Hollywood version indépendant, avec cette histoire de père divorcé, dont le fils ainé est une jeune homme sportif, intelligent mais totalement addict à tout type de drogue.

Steve Carell prouve à nouveau qu’il a délaissé depuis longtemps ses rôles comiques pour des prestations plus profondes dans lesquelles il est particulièrement crédible et juste. La nouvelle coqueluche d’Hollywood depuis « Call me by your name« , et future star du « Dune » version Denis Velleneuve, démontre quant à lui qu’il est en effet un très bon acteur, insolent de par son naturel et son aisance. Timothée Chalamet est parfait en héroïnomane qui s’avère un garçon bien sous tous rapports qui cache son addiction avec des subterfuges de haute volée.

L’émotion vient d’ailleurs de ce jeu de dupes qui constitue une prison pour son initiateur autant qu’un enfermement mental pour ce père démuni, impuissant malgré tous ses efforts.

On est tant fascinés qu’effrayés par ces mensonges d’un fils pour son père, consumé par ses démons et pour lequel le cercle vicieux semble attirer toute l’histoire vers le désastre.

Le film est très réussi car il n’opte pas pour le pathos ou les idées faciles et ne sombre pas dans les nombreux pièges que ce type de récit peut provoquer.

On suit donc la chute de cet Icare avec effroi et c’est le plus réussi de ce passage sans faute de l’autre côté de l’atlantique pour Felix Van Groeningen.

La piste aux Lapins :

3,5 lapins

Laisser un commentaire