« Dans quel trou est tombé …Michael Fassbender ?  »

Résultat de recherche d'images pour "michael fassbender"

En cette période de confinement, le Blanc Lapin vous propose une nouvelle rubrique !

« Dans quel trou est tombé…tel acteur, actrice, metteur en scène ? »

On va s’intéresser à un artiste de talent qu’on voit beaucoup moins et comprendre déjà pourquoi il ou elle est important et si c’est vraiment mal barré pour sa carrière mais sur un ton optimiste !

Vous êtes prêts ? Passons donc par le terrier du Blanc Lapin pour voir ce qu’il y a de l’autre côté du silence radio de ces stars et artistes !!!

One millionRésultat de recherche d'images pour "le terrier du blanc lapin"

On commence avec Michael Fassbender !

A la fois allemand et irlandais, l’acteur charismatique a vécu en Irlande, s’est mis au théâtre à 16 ans et trouvera ses premiers rôles à la télévision dans une série de Tom Hanks et Steven Spielberg, Frères d’armes. Il enchaine des téléfilms jusqu’à ce ce que le public cinéphile le découvre il y a 12 ans, en 2008, dans l’excellent Hunger de Steve McQueen. Il jouait Bobby Sands, un membre de l’IRA mort en prison en 1981, après 66 jours de grève de la faim. C’était le début flamboyant de la carrière de l’acteur et de son réalisateur.

Il récidive en 2009 avec Fish Tank de Andrea Arnold, réalisatrice découverte également à cette période où une adolescente rebelle s’enferme dans le hip hop et va découvrir son nouveau beau père. Il est alors sur toutes les lèvres puisqu’il participe au bijou Inglorious basterds de Quentin Tarantino, où il excelle.

Résultat de recherche d'images pour "michael fassbender Inglourious Basterds"

Il ripe un peu sur Centurion, film guerrier romain de Neil Marshall un peu lisse et le bide absolu Jonah Hex, qui fut une catastrophe critique et publique où Josh Brolin et John Malkovich faisaient peine à voir.

Fort heureusement son agent et/ou lui ont du pif et dès l’année suivante il joue dans Jane Eyre de Cary Joji Fukunaga, le showrunner qui explosera quelques années plus tard avec la série True Detective et qui sera à la tête du dernier James Bond avec Daniel Craig, Mourir peut attendre.

Mais ce n’est pas un film mais quatre très bons fims qui sortiront en 2011 !

Résultat de recherche d'images pour "X Men, Le commencement magneto"

Fassbender incarne l’iconique Magneto, nemesis fascinant du professeur Xavier en version rajeunie dans le spin off X Men, Le commencement (cliquez sur le titre pour avoir la critique du blanc lapin). Le film de Matthew Vaughn est un carton critique et un succès au box office. A Dangerous Method (cliquez pour critique) lui permet de trouver un nouveau rôle d’une grande finesse en incarnant Carl Jung aux côtés de l’excellent Viggo Mortensen en Sigmund Freud devant la caméra d’un David Cronenberg hyper productif et inspiré en ce début des années 2010. Le film est assez méconnu, redécouvrez le !!!

Résultat de recherche d'images pour "shame"

Cette année 2011 encre Michael Fassbender comme un important acteur de sa génération et l’un des meilleurs avec un quatrième succès, Shame (cliquez pour critique) où il retrouve Steve McQueen en obsédé sexuel, le film est excellent.

Devenu un acteur qui compte, Hollywood fait appel à lui tout d’abord avec le prequel hyper attendu de Alien, où Ridley Scott reprend son bébé après l’avoir fait passer ente les mains de James Cameron, David Fincher et Jean-Pierre Jeunet. On attend beaucoup de ce Prometheus et forcément il déçoit. Pourtant, un acteur illumine le film (qui reste réussi) de sa présence, Fassbender. Il est David, robot humanoïde à la croisée de cet univers et de celui de Blade Runner, autre chef d’oeuvre de science fiction de Ridley Scott auquel une suite sera donnée quelques années plus tard par Denis Villeneuve, Blade Runner 2049.

Résultat de recherche d'images pour "Prometheus david"

12 Years a slave lui permet de retrouver une troisième fois Steve McQueen, dans un rôle d’immonde esclavagiste qui lui sied à merveille et qui va remporter l’Oscar du meilleur film en 2014. Cartel de Ridley Scott en 2013 lui permet de jouer aux côtés de Brad Pitt, Penelope Cruz, Cameron Diaz et Javier Bardem dans un film ultra sombre sur le traffic de drogue. C’est un film qui s’est fait descendre par la presse, difficile à regarder par sa violence psychologique, et pourtant pour moi une réussite de Scott, qui pourtant s’est beaucoup égaré ces 20 dernières années. X-Men: Days of Future Past confirme son statut de star dans l’épisode le meilleur de la nouvelle série de films, repris en main par Bryan Singer, qui avait initié la franchise au cinéma dans les années 2000. Le western Slow West est passé inaperçu et pourtant il est très réussi et original, aux côtés d’un jeune Kodi Smit-McPhee très touchant.

Résultat de recherche d'images pour "Steve Jobs fassbender"

Cette année 2015, il joue dans Macbeth de Justin Kurzel et son choix de pièce de Shakespeare et de réalisateur (Les crimes de Snowtown) est intelligent d’autant qu’il joue parfaitement. Le seul problème c’est que le film est raté, prétentieux mais il n’y est pour rien. En 2016, c’est la même prise de risque avec Steve Jobs de l’excellent et éclectique Danny Boyle. Le film est écrit par le scénariste Aaron Sorkin (The social Network) et c’est une grande réussite critique mais hélas pas publique.

Michael Fassbender a enchainé 12 bons ou très bons films en 7 ans seulement, tournant comme un malade et là…c’est le drame…ou la perte du modjo.

X-Men: Apocalypse, le troisième volet des aventures super héroïques sorti en 2016, est une catastrophe critique et un film boursoufflé qui se confirmera en 2019 avec X-Men: Dark Phoenix, le film de trop.

Il enchaine avec un réalisateur super en vogue, Derek Cianfrance, qui a signé Blue Valentine et The Place Beyond the Pines…mais Une vie entre deux océans est carrément raté et passe inaperçu en festivals. Le film À ceux qui nous ont offensés est aussi un échec critique sévère. Et l’adaptation du jeu vidéo Assassin’s Creed par Justin Kurzel qu’il retrouve, est un bide abolu au box-office et se fait laminer par la presse.

Pas de bol…quatre mauvais choix d’affilée en un an ! Les projets étaient bons sur le papier mais çà ne suffit pas.

Je me dis alors qu’en jouant pour Terrence Malick dans Song to Song aux cotés d’un casting de fou (Ryan Gosling, Natalie Portman, Rooney Mara), ce n’est qu’une mauvaise passe. Re-pas de bol, c’est le pire film du maitre, au fond de sa période conceptuelle où il n’y a aucun dialogue et aucune histoire. Je ne l’ai même pas critiqué tellement c’était mauvais. En 2017, il retrouve l’univers Alien et Ridley Scott pour Alien Covenant et la mouise lui colle à la peau car si lui reste excellent dans son rôle, le film fait moins bien que Prometheus niveau scénaristique et enterre la licence pour un moment compte tenu des résultats au box office.

Pour terminer cette série bien pourrave, il tourne dans Le bonhomme de neige, adaptation d’un excellent best seller de l’écrivain du Norvégien Jo Nesbo. Je vous recommande le livre, très très bon. Par contre le film de Tomas Alfredson est horrible et on ne comprend pas ce qui s’est passé. Le réalisateur a signé les excellents Morse (remaké en Laisse moi entrer) et La Taupe et là il s’est ramassé de façon incompréhensible.

Et voilà comment une carrière partie en trombe se ralentit d’un coup d’un seul et que depuis trois ans on n’a pas eu du tout de nouvelles de l’acteur à part le dernier X men que personne n’a vu.

Alors y a t-il de l’espoir pour la suite ?

La réponse est oui. Tout d’abord Michael Fassbender a terminé le tournage de Next Goal Wins, le nouveau film de Taika Waititi. Le réalisateur est à la mode puisqu’il a signé, le film de vampires comiques What We Do in the Shadows, puis a fait rigoler tout le monde et décrassé Marvel avec le très bon Thor Ragnarok, et vient enfin d’émouvoir avec sa comédie perchée Jojo Rabbit, où un enfant allemand évolue dans l’Allemagne nazie avec Adolf Hitler comme ami imaginaire. Il réalisera d’ailleurs le suivant Thor, Thor: Love and Thunder. Ceci peut réactiver sa carrière d’autant qu’il jouera aux côtés d’Elisabeth Moss (The handmaids tale). Le film est inspiré d’une histoire vraie, celle des exploits de Thomas Rongens au sein de l’équipe de football des Samoa américaines.

Second projet donnant de l’espoir, le remake du western culte de Sam Peckinpah, La Horde Sauvage. Il y partagerait l’affiche avec Peter Dinklage (Tyrion de Game of Thrones), et Jamie Foxx dans une version modernisée mise en scène par Mel Gibson ! Et donc çà peut donner envie !

Michael Fassbender est un immense acteur, très doué, animal, à la masculinité brute mais aux expressions d’une palette très diversifiée. Je n’ai aucun doute sur son retour au 1er plan mais il commence gravement à manquer aux cinéphiles !!!

Allez j’arrête, à bientôt dans cette nouvelle rubrique « Dans quel trou est tombé …xxxx ?« 

Laisser un commentaire