« Dans quel trou est tombé Edward Norton ? »

Nobody plays intense, intelligent & convincing a psycho as Ed ...

Cette nouvelle rubrique du Blanc Lapin, « Dans quel trou est tombé…tel acteur, actrice, metteur en scène ? » est destinée à couvrir cette période de confinement et l’absence de news de tournage tout comme l’absence de sorties cinéma pour une période indéterminée. Le monde entier s’arrête pour la première fois de l’histoire, dans une parenthèse qui on l’espère annoncera des jours meilleurs. C’est dans cette logique que s’inscrit ces articles, dans une période où on nous parle de morts, de danger, où tout le monde a peur de l’inconnu, de la récession économique et d’avenir compliqué…le Blanc Lapin vous propose justement l’inverse, à savoir de parler de stars qui ont passé un passage compliqué et sur lesquels l’espoir n’est pas mort.

On va s’intéresser à un artiste de talent qu’on voit beaucoup moins et comprendre déjà pourquoi il ou elle est important et si c’est vraiment mal barré pour sa carrière mais sur un ton optimiste !

Après Michael Fassbender et Johnny Depp, intéressons nous à l’excellent Edward Norton

Vous êtes prêts ? Passons donc par le terrier du Blanc Lapin pour voir ce qu’il y a de l’autre côté de la déchéance de ce dernier !!!

One millionRésultat de recherche d'images pour "le terrier du blanc lapin"

Né le 18 août 1969 à Boston, l’acteur de 51 ans est découvert en 1996 dans le film « Peur primale « où son rôle de jeune schizophrène défendu par un avocat joué par Richard Gere lui vaut d’entrée une nomination à l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle. Il est repéré par Woody Allen qui l’intègre à sa comédie musicale « Tout le monde dit I love you« . Puis il joue dans l’excellent « Larry Flynt » de Milos Forman dans un second rôle et dans « Les joueurs » de Rohn Dahl aux côtés d’un autre nouveau venu, Matt Damon.

American History X - film 1998 - AlloCiné

En 1998, son rôle de néonazi repenti dans « American History X » montre qu’il est capable de se transformer pour un rôle et il est nommé à l’Oscar du meilleur acteur.

Fight Club 2 : la suite au cinéma par David Fincher ? Edward ...

Edward Norton est donc reconnu après seulement trois ans de carrière comme un très bon et c’est la raison pour laquelle David Fincher le choisit comme duo avec Brad Pitt pour son adaptation de Chuck Palahniuk, le controversé « Fight Club ». Le film est un chef d’œuvre nihiliste qui marqua toute une génération de part le brio de sa mise en scène, de son sujet borderline, d’un scénario excellent et de son duo d’interprètes au sommet. Cà y’est, Norton est une star. Il devient très ami avec Brad.

Il réalise et joue dans son 1er film, « Au nom d’Anna« , en 2000 mais la presse est moyenne.

« The Score » lui permet de côtoyer deux monstres sacrés, Marlon Brando et Robert de Niro mais le film est raté.

Il a un petit rôle dans l’excellent Frida de Julie Taymor où Salma Hayek interprète Frida Kahlo. Puis il joue dans le prequel du Silence des Agneaux, « Dragon Rouge », aux côtés d’Anthony Hopkins, film pas très mémorable.

le Grand Action | Cinéma Paris - La 25e heure (25th hour)

Cette même année&e 2002, il se reprend avec le très bon « La 25ème heure » de Spike Lee où il joue un trafiquant de drogue qui vit sa dernière nuit de liberté avant de purger sept ans de prison. Le regretté et brillantissime Philip Seymour Hoffman forme avec lui un duo mémorable. « Braquage à l’italienne » est un film d’action assez insipide avec Mark Wahlberg.

Puis à partir de 2005, ses choix sont moins régulièrement pertinents. « Down in the Valley » est médiocre. « L’illusionniste » trouve son public mais ne fait pas le poids en terme de qualité face au film « Le Prestige » de Christopher Nolan.

Cineahora: Crítica: "El ilusionista"

« Le voile des illusions » avec Naomi Watts lui permet de jouer dans une belle romance des années 20 se situant à Shanghai. Mais c’est sa volonté d’absolument être tête d’affiche de blockbuster qui va le plomber. « L’incroyable Hulk » de Louis Leterrier  vient quelques années à peine après la version de Ang Lee. Et c’est un échec cuisant au box office avec une presse très moyenne. Par ailleurs, sa réputation d’être peu gérable sur le plateau ne lui fait pas particulièrement de publicité à Hollywood. « Le prix de la loyauté » de Gavin O’Connor déçoit également et peu à peu les réalisateurs ne sollicitent plus Edward Norton.

Il ne fait plus rêver et sa carrière en haut de l’affiche a duré une dizaine d’années. Il n’a que 40 ans quand sa carrière marque un très sérieux ralentissement.

Et puis c’est par des seconds rôles qu’il va revenir nous rappeler qu’il est excellent.

Moonrise Kingdom de Wes Anderson en ouverture du 65e Festival de ...

D’abord en 2012 en chef scoot dans le génial « Moonrise kingdom » de Wes Anderson. Ce film choral est teinté d’humour, de nostalgie et de l’univers si particulier d’Anderson. Edward Norton y partage certes la vedette avec Bruce Willis, Bill Murray Frances McDormand et Tilda Swinton mais il y est très bon. Il joue ensuite dans « Jason Bourne l’héritage », un film inutile pour la saga mais qui le remet au devant de la scène.

Photo de Michael Keaton - Birdman : Photo Edward Norton, Michael ...edward-norton-the-grand-budapest-hotel - Clyne - Blog lifestyle ...

Puis en 2014 il revient de nouveau avec deux seconds rôles marquants dans deux des meilleurs films de cette année, « Birdman » de Alejandro G. Iñárritu et « The grand budapest hôtel » de Wes Anderson qu’il retrouve.

Puis en 2016 « Beauté cachée » avec Will Smith ne marque pas vraiment.

Bref, Edward Norton a joué dans dix très bons films dont quatre où il avait des seconds rôles et au final les années 2010 ont été de vaches maigres mais il nous a envoyé de belles cartes postales grâce à de grands auteurs comme Iñárritu ou Wes Anderson.

Alors faut-il espérer le revoir au top ?

Brooklyn Affairs d'Edward Norton - la critique

Oui tout d’abord car en 2020, Wes Anderson lui donnera de nouveau un petit rôle qui compte parmi la galerie de personnages de son nouveau délire « The French dispatch » (bande annonce ici). Ensuite parceque son second film de réalisateur sorti fin 2019, dans lequel il tenait le 1er rôle, « Brooklyn Affairs« , était très réussi et lui juste excellent.

Son talent est donc intact et il n’a « que » 51 ans cette année. Donc oui bien sûr, le Blanc Lapin compte sur le retour au premier plan d’Edward Norton et sur le fait que les propositions reviendront et si la dizaine passée fut plus compliquée, rien ne dit que la prochaine ne sera pas bien meilleure !

Laisser un commentaire