« Colour out of space » de Richard Stanley – critique du Blanc Lapin

Color Out of Space - film 2019 - AlloCiné

Le pitch : Les Gardner ont à peine le temps de s’habituer à la vie de la campagne qu’une météorite explose dans leur jardin en pleine nuit, dans un halo d’une lumière qui n’existe pas. Peu à peu, la propriété familiale semble contaminée par un mal indicible, qui affecte la flore, la faune… et les Gardner.

Cette adaptation de La Couleur tombée du ciel de HP Lovecraft, roman publié en 1927 est vraiment sympathique. C’est une série B bien régressive aux choix visuels kitch à souhait à regarder avec du second degré mais sans condescendance.

Car le réalisateur respecte vraiment l’œuvre de ce génie de la SF et de l’horreur qu’est Lovecraft.

Il le fait avec peu de budget et un Nicolas Cage qui impose le respect. L’acteur joue dans des tas de bouses depuis 25 ans mais de temps en temps un bon film apparait car il ose se mettre en danger. On se rappelle il y a deux ans l’excellent et perché Mandy qui avait en point commun cette couleur rose qui envahit le film.

Le bizarroïde côtoie donc le mauvais goût. Le surnaturel amène progressivement à la folie et à un gros délire horrifique plutôt bien mené. Le film est suffisamment anxiogène pour tenir la durée et le suspens.

Les effets spéciaux sont complètement datés et c’est ce qui donne au film un certain cachet assez curieusement. Un film étrange que certains trouverons très mauvais.

Moi çà m’a bien plu.

La piste aux Lapins :

3 étoiles

 

Laisser un commentaire