« Enola Holmes » de Harry Bradbeer – critique du blanc lapin

https://www.ecranlarge.com/media/cache/resolve/637x637/uploads/image/001/351/enola-holmes-affiche-us-1351336.jpg

Le pitch : Enola, la jeune sœur de Sherlock Holmes, met ses talents de détective à l’épreuve pour tenter de retrouver sa mère disparue et déjouer une dangereuse conspiration.

Millie Bobby Brown, la star de Stranger Things a co-produit cette adaptation d’un bouquin pour ados suivant la petite soeur de Sherlock Holmes, joué ici par Henry Cavill.

Et le film, a trois problèmes.

Le premier c’est son actrice, qui en fait des caisses en s’adressant à la caméra avec ses petits clins d’œils et mimiques. C’est insupportable et vraiment ultra relou car c’est en permanence durant le film, pour souligner  qu’elle est pas con la gamine…mouais. Deux fois on a compris, toutes les deux minutes c’est chiant.

Le second problème est que le film est adressé aux ados, avec les codes d’aujourd’hui à savoir un montage trop clipé, amis épileptiques, s’abstenir !!! Ou appeler le 15 pas trop longtemps avant de lancer le film sur Netflix.

Le troisième problème est que j’ai décroché au bout de cinq minutes, tentant sincèrement et sérieusement de revenir pour re-dérocher à phases répétitives. Incroyable ce montage et super mauvaise idée. Cà va très vite et en plus c’est monté comme l’excellente série Pushing Daisies, avec des couleurs très flashy et un univers très marqué, des dessins et illustrations, bref un style qui pourrait prendre mais pas sur la durée et surtout, pas pour ce type d’histoire d’enquête.

Car si vous larguez le spectateur par le montage, compliqué de l’accrocher sur le scénario et l’enquête du personnage principal.

Ce « Enola Holmes » est très stigmatique de 2020 et des produits télévisuels adressés aux ados mais le film ne s’adresse qu’à eux. Et franchement, çà fait flipper vu le résultat qui n’a pas grand chose de cinématographique et se contente de cocher des codes avec une mini star imblairable.

Ne vous fiez pas à certaines bonnes critiques.

A éviter, c’est franchement mauvais.

La piste aux Lapins :

Mauvais

 

Laisser un commentaire