Archive pour le 13 juin, 2021

Benjamin Voisin soldat amnésique pour André Téchiné

13 juin, 2021

Trailer du film Portrait de la jeune fille en feu - Portrait de la jeune  fille en feu Bande-annonce VF - AlloCinéAlexis aime David, mais celui-ci l'aime-t-il de la même façon ? Regardez  Été 85 un film romantique de François Ozon - Femboy

A 78 ans, André Téchiné est l’un des grands réalisateurs français de sa génération encore en activité. Si il nous avait cueillis d’émotion avec le superbe « Quand on a 17 ans » il y a trois ans, son film suivant « Nos années folles » était un ratage complet et super agaçant. L’Adieu à la nuit lui permettait en 2018 de retrouver la grande Catherine Deneuve sur un film sur l’endoctrinement djihadiste.

Son 24ème film , intitulé Les Pieds sur Terre, suivra le retour d’un lieutenant après une grave blessure au Mali, suite à l’explosion de son véhicule. Le jeune homme souffre d’amnésie en sortant de son coma et la convalescence sera longue dans les Alpes, auprès de sa famille et de sa soeur.

Noémie Merlant, qui a impressionné dans le superbe Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma, jouera la soeur bienveillante tandis que le soldat sera joué par Benjamin Voisin.

Benjamin Voisin est la révélation de l’année 2020, vu dans Un vrai bonhomme, La dernière vie de Simon ou Eté 85, et sera à l’affiche de deux films très attendus en 2021, Illusions perdues de Xavier Giannoli où il jouera le rôle principal face à Gérard Depardieu, Cécile de France, Vincent Lacoste, Xavier Dolan ou Jeanne Balibar et le nouveau film réalisé par Mélanie Laurent, Le Bal des folles.

 

Christian Bale s’associe à Edgar Allan Poe pour un polar de Scott Cooper (Hostiles, Strictly Criminals)

13 juin, 2021

Pin on Mundo cineDudley a bien changé !

« Hostiles » était un superbe western crépusculaire mis en scène par le non moins brillant Scott Cooper. Il a tourné les très réussis Hostiles,  Strictly Criminals ainsi que Les Brasiers de la colère.

Hostile était l’un des plus beaux films de 2018.

Alors qu’il sort le film d’horreur Antlers en 2021, produit par le nouveau studio que la Fox a créé pour Guillermo Del Toro (voir news ici), il annonce ses retrouvailles avec Christian Bale qu’il a dirigé dans Les Brasiers de la colère et Hostiles.

« The Pale Blue Eye » sera l’adaptation d’un best-seller de Louis Bayard.

Il s’agira d’un polar suivant , un détective privé, Augustus Landor, en 1830, au sein de la célèbre académie militaire de West Point.

Il cherche à résoudre une série de meurtres, aidé par un jeune homme, un certain Edgar Allan Poe !

Harry Melling, connudans Harry Potter, La Ballade de Buster Scruggs, Le Diable tout le temps et la série Le Jeu de la Dame, jouera l’écrivain.

Pour le réalisateur ce sera » un grand « whodunit », avec un tueur en série en son centre. »

Le tournage aura lieu à l’automne 2021 pour une sortie en 2022.

EIFFEL, bande-annonce avec Romain Duris

13 juin, 2021

Eiffel - film 2020 - AlloCiné

Romain Duris, Emma Mackey et Pierre Deladonchamps joueront dans EIFFEL de Martin Bourboulon. Prévu pour une sortie le 21 février 2021, le film suivra Gustave Eiffel, interprété par Duris, au sommet de sa carrière, juste après sa collaboration sur la Statue de la Liberté.

Le gouvernement français l’approche alors pour qu’il créé un monument exceptionnel pour l’Exposition Universelle de 1889 à Paris.

Au début il est réticent et préfère le projet autour du métropolitain. Mais tout va changer pour des raisons de cœur …tadaaaaaaaaaaaaaaaa!!!!!!!!!!!!

Le film sort le 25 août au cinéma.

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

André Dussollier sera Clémenceau et Jacques Gamblin Paul Deschanel

13 juin, 2021

https://www.toulouseblog.fr/wp-content/uploads/2021/04/113740.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

« Le tigre et le président » sera le 1er film de Jean-Marc Peyrefitte et métra en vedette le grand André Dussollier en Georges Clémenceau. Trop rare au cinéma ces dernières années, Dussolier nous fait un retour puisq’on le verra dans le prochain François Ozon, Tout s’est bien passé avec Sophie Marceau.

La rivalité entre Georges Clémenceau et Paul Deschanel, interprété par Jacques Gamblin, sera au cœur de ce biopic.

Paul Deschanel fut Président de la République de février à septembre 1920 avant de démissionner pour raisons de santé. L’histoire retient de lui qu’il tomba d’un train de nuit le 23 mai 1920 et fut retrouvé en pyjama par un cheminot.

Georges Clémenceau, figure majeure de la 1ère guerre et de la 3ème république, fut surnommé le Tigre.

On espère que le film sera réussi car ces personnages ont été rarement abordés au cinéma.

L’immense Park-Chan Wook (Old boy, Mademoiselle) de nouveau sur une série d’espionnage

13 juin, 2021

10 Best Park Chan-wook Movies - ComingSoon.netExclusive: Watch Nicole Kidman Discuss Working With Park Chan-wook in  'Stoker' DVD Extra | IndieWire

Alors que le maitre Park-Chan Wook , derrière « Sympathy for Mr Vengeance », « Lady Vengeance », « Old Boy », « Thirst » , « Stoker » et « Mademoiselle » tourne son nouveau thriller manipulateur avec Decision To Leave, ce dernier annonce une nouvelle série.

Il a signé fin 2018 une très bonne série que je vous recommande, « Little Drummer girl » adaptée de John Le Carré.

Il s’agirait à nouveau d’un récit d’espionnage adapté du Prix Pulitzer de la fiction 2016, The Sympathizer de Viet Thanh Nguye.

On y suivra une ex-taupe taupe nord-vietnamienne qui s’est infiltrée dans l’armée sud-vietnamienne et vit en exil aux Etats-Unis depuis que les nord coréen ont pris Saïgon en 1975.

Le film à venir, Decision To Leave suivra un officier de police, joué par Park Hae-il (The Host) qui enquête sur un meurtre dans un village en pleine montagneuse. Son suspect n’est autre que la femme de la victime.

On s’attend forcément à un film retord, au scénario à rebondissements, malin et à tiroirs.

Ba de « The Eyes of Tammy Faye » : Andrew Garfield et Jessica Chastain méconnaissables en télévangélistes

13 juin, 2021

https://www.cinechronicle.com/wp-content/uploads/2021/06/Jessica-Chastain-et-Andrew-Garfield-The-Eyes-of-Tammy-Faye.png

« The Eyes of Tammy Faye » suivra le parcours d’un couple de la télévision américaine formé par Tammy Faye et Jim Bakker.

Le couple gérait un show évangéliste dans les années 70 et 80 qui cartonnait auprès du public. Le couple soutenait la communauté LGBT et les victimes du VIH.

Mais en 1987, Jim Bakker est accusé d’avoir acheté le silence d’une victime de viol. Le présentateur est condamné à 45 ans d’emprisonnement. Son épouse demande le divorce en 1993 et décédera d’un cancer en 2007. Quant à lui, il sorti de prison au bout de 8 ans après des remises de peines.

Michael Showalter réalisera le film porté par Andrew Garfield et Jessica Chastain.

Prévu au cinéma pour le 29 septembre 2021, le film verra donc les deux acteurs se métamorphoser sur des décennies et le moins qu’on puisse dire est que Jessica Chastain est méconnaissable dans la bande-annonce !

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

Wes Anderson tournera son prochain film en Espagne !

13 juin, 2021

The Unique Style of Wes Anderson - Big Picture Film Club

The French Dispatch” w kinach dopiero w październiku - mobiRANK.pl

 

Wes Anderson était attendu en 2020 pour son dixième long métrage, « The French Dispatch« .

Hélas la pandémie a entrainé le report de la sortie fin 2021, après un passage à Cannes en juillet, en compétition officielle pour la Palme d’Or.

Anderson fait partie de mes chouchous car il a un univers unique, un style unique, mélancolique, drôle et perché. Ses invitations à visiter ses univers sur mesure d’une précision d’horloger ont donné de grands films parmi lesquels La Famille Tenenbaum, La Vie aquatique, À bord du Darjeeling Limited,  Fantastic Mr. Fox, Moonrise Kingdom, The Grand Budapest Hôtel, L’Île aux chiens.

« The French Dispatch« , tourné en France à Angoulême réunit un casting hallucinant avec ses fidèles Bill Murray, Tilda Swinton, Owen Wilson, Adrien Brody ou Edward Norton et des « petits nouveaux » avec Timothée Chalamet,  Frances McDormand, , Benicio Del Toro, Mathieu Amalric, Léa Seydoux, Jeffrey Wright, Elisabeth Moss, Willem Dafoe, Saoirse Ronan, Cécile de France, Christoph Waltz, Guillaume Gallienne. Bref tout le cinéma indépendant débarque chez le maitre pour cette histoire qui se situera juste après la Seconde Guerre Mondiale et qui serait une lettre d’amour aux journalistes via trois intrigues suivant des correspondants américains à Paris.

La bande-annonce est juste géniale et l’excitation est à son comble !!!!

Image de prévisualisation YouTube

Mais le réalisateur serait prêt à tourner de nouveau en Europe, à Chinchón, dans le sud-est de Madrid. Un temps, il avait été annoncé à Rome mais visiblement ce n’est plus le cas.

Wes Anderson aurait bouclé son casting et souhaiterait tourner rapidement, les décors étant déjà en cours de construction.

JOIE !!!

« Le discours » de Laurent Tirard – critique du Blanc Lapin

13 juin, 2021

Le Discours - film 2020 - AlloCiné

Laurent Tirard avait surpris en 2018 avec le très bon Le Retour du Héros, comédie très enlevée avec Jean Dujardin et Mélanie Laurent, usant de stratagèmes théâtraux de portes qui claques avec des dialogues et un jeu d’acteurs de très bon niveau. Il faut dire que le réalisateur du Petit Nicolas ou Astérix et Obélix au Service de sa Majesté, n’était pas franchement connu pour être un artiste disruptif. Force est de constater qu’en adaptant au cinéma le livre du dessinateur de BD Fabcaro, le réalisateur a trouvé le matériau idéal pour poursuivre la démarche de son précédent film.

On y suit Adrien, attablé à un repas de famille, famille qu’il connait sur le bout des doigts et qui l’exaspère, alors qu’il attend un sms de sa copine, enfin sa peut être futur ex copine avec qui il est en pause, contre son grès.

Et alors que le repas s’éternise, son beau frère lui demande de faire un discours pour son mariage avec sa sœur. L’angoisse totale car quoi dire à part des banalités, surtout pour un mec timide et réservé.

L’une des grandes réussites du film est sa mise en scène hyper bien rythmée qui joue à fond la théâtralité en revenant toujours à l’unité de lieu de cette salle à manger familiale tout en rentrant dans la tête du héros pour des flashsbacks ou des illustrations vraiment drôles. Dès le début le coté théâtral est hyper assumé avec la présentation des acteurs et du metteur en scène par l’acteur principal, debout sur scène, tordant le cou à une habitude bien ancrée de présentation des équipes au début de chaque film depuis que le cinéma existe.

Les trouvailles et astuces visuelles sont vraiment réussies. Le fait de faire des arrêts sur image avec le héros face caméra qui exprime ses sentiments et ressentis tandis que sa famille est immobile comme sur pause, aurait pu virer au gadget fatiguant et vite lassant. C’est tout l’inverse, puisque le procédé donne du rythme à un scénario qui va chercher par ci par là des moments de vie.

Et le second tour de force de cette comédie est d’être drôle, très drôle, or c’est hyper rare de tomber sur un film intelligemment écrit, avec un scénario ne tombant pas dans le pathos lorsque les messages sont profonds et simples et arrivant à déclencher l’hilarité, oui ! L’hilarité ! Balaise !

Le film a ce coté universel en parlant des petits moments chiants du quotidien et de l’agacement des petits défauts de son conjoint, de ses frères et sœurs et parents. On y voit l’absence d’écoute des un et des autres et l’isolement lié aux habitudes, où chacun raconte sa propre histoire sans toujours parler de l’essentiel parceque c’est rassurant et plus confortable.

L’histoire est tout simplement bien écrite, avec finesse.

Évidemment, ce qui fait que le film décolle c’est son casting. Sara Giraudeau est émouvante et craquante. Kyan Khojandi, Julia Piaton, François Morel et Guilaine Londez sont excellents.

Mais la star, la star qui nait devant nos yeux c’est Benjamin Lavernhe, évidemment !

Bien que sociétaire de la comédie française, il a été découvert du grand public dans Le sens de la fête où il interprétait face à Jean-Pierre Bacri un marié exécrable mais tellement drôle. Puis il enchainait un super second rôle de meilleur copain de François Civil dans Mon inconnue. Et enfin vous l’avez peut-être vu en amant veule dans Antoinette dans les Cévennes l’an dernier.

Benjamin Lavernhe décroche ici son premier premier rôle dans un film suffisamment grand public pour qu’il se fasse un nom. Et sa carrière ne fait que commencer.

A 37 ans, il me fait penser à des acteurs comme Philippe Noiret, Jean Rochefort, Jean Pierre Marielle, Jean Pierre Bacri…des acteurs qui ont explosé sur le tard car ils n’étaient ni des jeunes premiers ni des monsieur tout le monde. Leur visage ou leur dégaine les rendaient atypiques et leur phrasé ou leur façon de jouer les rendait identifiables tant dans la comédie que dans le drame, avec toujours une sensibilité qui renversait le spectateur. Benjamin Lavernhe est exactement de cette veine là d’acteurs. Dans Le Discours, il alterne les émotions avec grâce et humour et porte le film sur ses épaules avec un talent évident. Je suis très content pour lui du succès probable du film et de la réussite artistique du long métrage. Il lui fallait un accélérateur de carrière ciné pour le plus grand bonheur des spectateurs (encore une fois en tant que sociétaire, il a du taf à vie). J’ai hâte de le voir déployer son talent dans plein d’autres rôles divers et variés. Rien que pour lui, le film vaut le coup d’être vu.

Le discours est très réussi et subtil, ce qui est rare sur de la comédie, genre complexe à tenir de bout en bout en équilibre.

La piste aux Lapins :

4,25 lapins