« Minari » de Lee Isaac Chung – critique du Blanc Lapin

Minari - film 2020 - AlloCiné

Une famille américaine d’origine sud-coréenne s’installe dans l’Arkansas où le père de famille veut devenir fermier. Son petit garçon devra s’habituer à cette nouvelle vie et à la présence d’une grand-mère coréenne qu’il ne connaissait pas.

Film relativement délicat sur la communauté coréenne immigrée aux Etats-Unis, Minari est un voyage intéressant et rarement détaillé au cinéma. A travers les yeux d’u petit garçon au cœur qui s’emballe pour problèmes de santé, on suite cette famille pauvre qui tente le rêve américain avec trois bouts de ficelles, en vivant dans un mobile perdu au milieu des champs, dans une communauté reculée.

L’aveuglement du père et ses erreurs de choix, entrainant toute la famille vers un isolement et une remise en question permanente est vraiment intéressant à suivre. La grand-mère jouée par la star coréenne Youn Yuh-jung, qui a reçu l’Oscar du meilleur de second rôle pour ce personnage, donne du dynamisme et un côté décalé à l’ensemble qui sinon serait un peu chiant par moments.

Certes le film est tout en nuances et aborde le sujet du déracinement avec une certaine finesse et une tendresse touchante pour ses personnages. Mais bon çà dure près de 2h et je ne suis pas sûr que le film ne gave pas une partie du public. C’est le genre de film labellisé cinéma d’auteur indy américain qui peut faire emmerder le spectateur, même cinéphile comme moi.

Disons que le réalisateur prend tooooouuuuuuuuuuuut son temps pour décrire une histoire somme toute banale où il ne se passe pas des trucs de fou non plus. Et sans vouloir tout normer de manière frénétique les mises en scène et tomber dans l’épilepsie des séries et mises en scènes parfois trop rythmées, là franchement j’ai regardé mon montre. Pas bon signe.

Mais le film est pas mal. J’aurais juste coupé 1/2 heure…et jeté mémé dans les orties plus tôt. Parceque bon elle est marrante 5 minutes, mais çà cabotine un peu quand même.

Un film un peu surestimé mais à voir après Nomadland, La Nuée, Gagarine, 5ème Set, Sound of metal, Sans un bruit 2, Un homme en colère, Le discours, The Father, Teddy, Annette et Benedetta…mais bon si vous avez assez de temps why not.

La piste aux lapins :

3 lapins

Laisser un commentaire