« OSS 117: Alerte rouge en Afrique noire » de Nicolas Bedos – critique du Blanc Lapin

OSS 117: Alerte rouge en Afrique noire | Madiana

Il est compliqué de passer après deux premiers opus très réussis et un réalisateur oscarisé, Michel Hazanavicius. Donc autant le dire d’entrée, Nicolas Bedos n’a pas le talent de son prédécesseur et le film est moins bon. Moins drôle, plus de longueurs, moins de rythme.

Après dire que le film est raté serait être de très mauvaise fois car le scénariste Jean François Halin est toujours là et réussit à faire évoluer le personnage en le montrant tout aussi bête et con qu’avant mais en lui donnant une dimension presque attendrissante par moments.

Et puis surtout, on rigole, rassurez vous et pas qu’une fois. Les gags sont au rendez-vous, on se moque allégrement de la centre Afrique et du racisme d’Etat et en ce sens « OSS 117: Alerte rouge en Afrique noire«   fait le job. C’est juste qu’il ne surprend pas particulièrement.

Le personnage de Pierre Niney est bien trouvé et bien joué et permet d’apporter sa bonne dose d’opposition avec notre anti héros.

Jean Dujardin est juste énorme dans plusieurs scènes où il est confondant quand il joue le personnage dépassé par les évènements qui joue l’homme qui maitrise devant le jeune espion alors qu’on sent dans son regard qu’il ne comprend pas ce qu’il fait. Ce jeu dans le jeu est très bon et très drôle également.

Le film est donc sympathique et distrayant, ce qui est tout de même le but essentiel. Il est juste en dessous des attentes, ce qui ne gâche pas le plaisir de retrouver ce personnage iconique qui sait si bien renvoyer aux français la bêtise de leur suffisance historique.

La piste aux Lapins :

3,5 lapin

Laisser un commentaire