Archive pour le 5 décembre, 2021

Ba de « Spider-Man : Across The Spider-Verse », la suite du génial film d’animation « Spider-Man : New Generation »

5 décembre, 2021

CINEMA : Spider-Man: Across the Spider-Verse (Part One), un premier aperçu  renversant avec Miles Morales, Gwen Stacy et Miguel O'Hara ! - GAMERGEN.COM

Oscar du meilleur film d’animation en 2019, « Spider-Man : New Generation » a été probablement la meilleur adaptation de l’homme araignée au cinéma avec une richesse visuelle, scénaristique et un amour pour le personnage qui a conquis la presse et le public.

Sony Pictures sortira la suite Spider-Man : Across The Spider-Verse le 12 octobre 2022 et on apprend que ce sera une première partie et qu’il y a en réalité deux suites dans le pipe !

Bande-annonce n°1 :

Image de prévisualisation YouTube

« House of Gucci » de Ridley Scott

5 décembre, 2021

House of Gucci - film 2021 - AlloCiné

Le fameux « House of Gucci » sort enfin avec son casting 5 étoiles ultra hype et un réalisateur cultissime en la présence du stakhanoviste Ridley Scott qui sort deux films en deux mois après le génial « Le dernier Duel« .

Alors le film a divisé, certains le trouvant too much, caricatural des personnages ayant réellement existé. Je ne sais pas mais en terme de pur cinéma, c’est un excellent film sur une famille ultra célèbre, ultra riche et déchirée par une petite italienne de la classe moyenne, vorace et décidée à devenir riche et célèbre elle-même.

Le personnage de vamp de Lady Gaga est génial ! La chanteuse prouve qu’elle sait jouer. Sa partition s’oppose au génial Adam Driver qui poursuit sa carrière fulgurante, prouvant de film en film qu’il peut tout jouer et qu’il est LE nouvel acteur hype d’Hollywood, d’un physique particulier mais d’un charisme qui rappelle les Robert de Niro et les Al Pacino.

Cà tombe bien car Al Pacino est de retour dans un très grand rôle après son excellente prestation dans « The Irishman » de Martin Scorsese. Et c’est un immense plaisir de voir ce monstre sacré dans le rôle du pater familia manipulateur et égocentré qui va se faire faucher dans la tourmente des évènements. Jared Leto en fait un peu trop mais il est assez bon et méconnaissable dans le rôle de ce fils au destin raté, médiocre mais qui se croit avoir un talent alors qu’il est invisible vis à vis de son père.

Et puis il y a la classe incarnée qu’est Jérémy Irons en Rodolpho Gucci, il est juste génial dans chacune de ses scènes. Là aussi ceci fait immensément plaisir de savourer la prestation de cet immense acteur dans un très bon rôle écrit avec soin au sein d’un film réussi.

La réussite de « House of Gucci«   tient au mélange entre saga familiale qui rappelle Le Parrain et autres grandes fresques et le pur thriller avec un suspens bien dosé. Ridley Scott est en très grande forme à 84 ans ! Impressionnant l’animal.

La passion des personnages, leurs secrets et manipulations font froid dans le dos et aucun ne peut rattraper l’autre. Mais c’est prenant et fascinant et puis surtout, divertissant !

Ridley Scott est un maitre de la précision, de l’exigence et pour transposer cet univers du luxe, évidemment, ceci fait mouche.

Le film est élégant et tragique comme je m’attendais à ce qu’il le soit.

Une grande réussite.

La piste aux Lapins :

4 lapins

« Bergman Island » de Mia Hansen-Løve – critique du Blanc Lapin

5 décembre, 2021

Bergman Island en DVD : Bergman Island DVD - AlloCiné

Le pitch : Un couple de cinéastes s’installe pour écrire, le temps d’un été, sur l’île suédoise de Fårö, où vécut Bergman. A mesure que leurs scénarios respectifs avancent, et au contact des paysages sauvages de l’île, la frontière entre fiction et réalité se brouille…  

« Dis moi Blanc Lapin, c’est quoi un film chiant ? »

Ben, là j’ai un super exemple. Une réalisatrice adulée par quelques critiques snobes cinéphiles parisiens, sélectionnée systématiquement en festivals, qui nous livre un film, sélectionné à Cannes pour la Palme d’Or, d’une ineptie assez confondante.

Déjà on se prend facile 50 minutes avant de voir apparaitre la moitié du casting, Mia Wasikowska et Anders Danilsen Lie n’arrivant que très tard, ce qui rend la bande-annonce ultra trompeuse. D’autant qu’elle est rythmée, à l’inverse du film. Alors certes, le film est imprégné du grand Ingmar Bergman de partout et le réalisateur suédois était réputé pour l’extrême lenteur de son cinéma.

Sauf que la réalisatrice n’a pas son talent et que pour donner envie à la jeune génération de se pencher sur l’œuvre du maitre, c’est mal barré avec ce film.

Pauvre Ingmar Bergman, qui se serait bien passé d’un hommage pareil, d’un poncif aussi plat, sans histoire, sans relief, sans la profondeur qui caractérisait et irriguait son œuvre.

Le film est long, pénible et sans aucun souffle. Il est en roue libre à l’image des personnages qui font du vélo dans de nombreuses scènes et pédalent dans la semoule, amenant le personnage vers une autre scène sans intérêt.

Le peu de fantaisie qu’elle essaie de créer tombe à plat et s’avère factice à tel point que je me demandais pendant tout le film si le scénario avait été écrit avant ou pendant le tournage voire après lors du montage.

On dirait un film réalisé en mode Bergman soit avec le rythme ultra lent mais sans les thématiques passionnantes qui faisaient tout l’intérêt du cinéma du maitre suédois. C’est donc du Canada drye de Bergman, où on ne garde que le coté le moins sympa, sa lenteur ! C’est balaise !

« Bergman Island » est un film paresseux et désincarné et heureusement que je l’ai vu en Vod payante et non au cinéma car çà m’aurait encore plus gonflé de faire le déplacement pour voir çà. Je mets un lapin pour les acteurs que j’aime bien.

La piste aux Lapins :

1 lapin

 

« The Suicide Squad » de James Gunn – critique du Blanc Lapin

5 décembre, 2021

The Suicide Squad - film 2021 - AlloCiné

Pitch : Bienvenue en enfer – aka Belle Reve, la prison dotée du taux de mortalité le plus élevé des États-Unis d’Amérique. Là où sont détenus les pires super-vilains, qui feront tout pour en sortir – y compris rejoindre la super secrète et la super louche Task Force X. La mission mortelle du jour ? Assemblez une belle collection d’escrocs, et notamment Bloodsport, Peacemaker, Captain Boomerang, Ratcatcher 2, Savant, King Shark, Blackguard, Javelin et la psychopathe préférée de tous : Harley Quinn. Armez-les lourdement et jetez-les (littéralement) sur l’île lointaine et bourrée d’ennemis de Corto Maltese. Traversant une jungle qui grouille d’adversaires et de guerilleros à chaque tournant, l’Escouade est lancée dans une mission de recherche et de destruction, avec le seul Colonel Rick Flag pour les encadrer sur le terrain… et la technologie du gouvernement dans leurs oreilles, afin qu’Amanda Waller puisse suivre le moindre de leurs mouvements. Comme toujours, un faux pas est synonyme de mort (que ce soit des mains de leurs opposants, d’un coéquipier ou de Waller elle-même). Si quelqu’un veut parier, mieux vaut miser contre eux – et contre eux tous.

L’ayant loupé cet été avec la tonne de films qui sortaient et s’embouteillaient, je peux enfin grâce à la sortie vidéo-Vod faire une séance de rattrapage pour la seconde adaptation et reboot de Suicide Squad, le film affreux et raté sorti en 2016.

Le film de David Ayer avait cartonné au box office, dépassant les 800 M$ au box office mondial avec des critiques accablantes.

James Gunn a donc fait une infidélité à Marvel suite aux dissensions avec la firme (l’histoire des vieux tweets qui lui étaient reprochés) bavant de revenir pour Les Gardiens de la Galaxie 3 dans le giron de Disney.

Pour cette insertion chez les concurrents de Warner et DC Comics, le réalisateur signe un long métrage assez surprenant. Et c’est dommage qu’il ait fait un four au box-office et recueilli des critiques de malade soit l’inverse total du film qu’il reboote.

D’abord le film surprend dès les 10 premières minutes avec un retournement de situation inattendu et hyper surprenant. C’est gonflé et très drôle.

The Suicide Squad est foncièrement débile et délirant mais c’est totalement assumé et la liberté donnée au réalisateur a été totale.

Le résultat est donc gore et irrévérent à tous les niveaux, bourré d’action et de blagues potaches qui font mouche.

C’est coloré et surprenant, stupide de par son scénario mais on s’en fout totalement tant on se prend au jeu de savoir jusqu’où le réalisateur ira. Et en fait il se comporte comme un sale gosse qui dit sans cesse « pas cap ? moi ? attends ! ».

Le jeu de massacre est total avec des morts à la pelle et de l’hémoglobine de partout en mode cartoonesque irrévérencieux. C’est jouissif et rock’n'roll, multivitaminé voire sous mélange coke ecstasy, et ultra critique de la bien bienpensance américaine. Les services secrets sont de véritables connards cyniques et entre les bons et les méchants, il n’y a en gros aucune différence notable. Les héros sont souvent décérébrés et stupides donc il les sacrifie sans se poser de question quand çà justifie la blague.

Bref, rafraichissant mais à ne pas montrer aux enfants car c’est trash.

La piste aux Lapins :

3,75 lapins

« Ibrahim » de Samir Guesmi – critique du Blanc Lapin

5 décembre, 2021

Ibrahim en DVD : Ibrahim - AlloCiné

Face à Netflix et Disney, UniversCiné se lance dans la SVOD - Born to Watch

La vie du jeune Ibrahim se partage entre son père, Ahmed, écailler à la brasserie du Royal Opéra, sérieux et réservé, et son ami du lycée technique, Achille, plus âgé que lui et spécialiste des mauvais coups. C’est précisément à cause de l’un d’eux que le rêve d’Ahmed de retrouver une dignité se brise lorsqu’il doit régler la note d’un vol commis par son fils et qui a mal tourné. Les rapports se tendent mais Ibrahim décide alors de prendre tous les risques pour réparer sa faute…

L’acteur Samir Guesmi signe un très bon premier long métrage avec cette chronique d’un adolescent de quartiers populaires de Paris qui se cherche.

Abdel Bendaher dans le rôle du fils, Samir Guesmi incarnant le père, est une véritable révélation.

Le cadre erré sur les personnages et la grande délicatesse de la caméra donnent au film un charme très particulier.

Le réalisateur s’attache plus aux regards qu’aux dialogues et c’est loin d’être évident. Il arrive à capter cet amour d’un fils pour son père et réciproquement et ce mélange de honte sociale et de volonté de s’en sortir, de sauver ce père qui vraiment merdé par le passé. Et ce père intransigeant mais protecteur, aimant mais incapable de l’exprimer, absent par son travail, et son incapacité à communiquer est un très beau personnage. Il a peur que son fils sombre comme lui mais ne peut non plus donner des leçons étant donné son passé.

Ce film sorti en plein été 2021 est désormais disponible en VOD, regardez le, c’est une réussite.

La piste aux Lapins :

3,75 lapins

Nicolas Cage jouera lui-même dans un film méta totalement délirant

5 décembre, 2021

The Unbearable Weight of Massive Talent Shows New CinemaCon Poster

Nicolas Cage tourne certes plein de bouses depuis 20 ans de façon boulimique, éloigné des studios, mais il adore jouer et parfois ses projets donnent de très bon films comme « Mandy« , dans PIG ou dans JOE.

C’est surtout un incroyable acteur sous-estimé de part sa filmographie hiératique.

« Un talent en or Massif » pourrait être l’un de ces films barrés totalement génial.

Nicolas Cage y jouera Nicolas Cage, un acteur endetté mené par le bout du nez par une version alternative de lui-même dans les années 90 qui le vilipende car il ne tourne que des films ineptes.

Pour rembourser une partie de ses dettes, Cage se rend à l’anniversaire d’un milliardaire mexicain. Lorsqu’il est recruté par la CIA pour enquêter sur les activités criminelles du milliardaire, il va devoir jouer le rôle… de sa vie.

Évidemment avec un pitch pareil où l’acteur se moque de lui-même avec un dixième degré et un recul qui force le respect, on ne peut qu’être excité à l’idée que le film soit réussi.

Tom Gormican qui réalise, n’a rien fait de notable avant. Pedro Pascal et Neil Patrick Harris complètent le casting.

Le film sort le 20 avril 2022.

 

 

Nicolas Cage va jouer Dracula face à Nicholas Hoult en laquais du prince des ténèbres

5 décembre, 2021

 

Nicholas Hoult Will Star in Universal's Renfield MovieNicolas Cage sera le prochain Dracula: Renfield fait revenir l'acteur une  décennie plus tard dans une grande production - Bayl.eu - Bayl

Nicholas Hoult est un excellent acteur mais pas encore de premier plan. Il a été découvert dans la série Skins, A Single Man de Tom Ford, le fauve dans les X-men, le génial Mad Max Fury Road, Young Ones, Kill Your Friends et dans La Favorite de Yorgos Lanthimos (The Lobster, Mise à Mort du Cerf Sacré).

Il était flippant en second rôle dans « Le Gang Kelly«  de Justin Kurzel avec Russell Crowe et Charlie Hunnam et a joué un empereur russe stupide et cruel mais très drôle dans la série The Great l’an dernier.

Universal souhaite faire des films de monstres originaux. Après s’être vautrés avec leur momie et Tom Cruise, le studio a réussi INVISIBLE MAN en 2020 avec Elisabeth Moss (The handmaid’s tale).Ici il s’agira d’un film dérivé de l’univers de Bram Stoker et de Dracula en s’intéressant à son fidèle serviteur, Renfield. Le film se focalisera sur le laquais du plus célèbre vampire, passé par un asile psychiatrique alors qu’en fait il n’est pas fou, il a juste des visions…de Dracula.

Et Nicholas Hoult sera donc ledit valet !

L’excellent Nicolas Cage jouera donc Dracula et c’est un super casting. Car Cage est certes très loin des studios depuis 15 ans et tourne beaucoup de séries B mais il est totalement libre et parfois joue dans de très bon films car il ose, il est sans filtres. On l’a vu ces dix dernières annés dans le délirant et excellent « Mandy« , dans PIG ou dans JOE;

Il sera dans l’adaptation en fiction de la série Tiger King de Netflix dans le rôle de Joe Exotic qu’on Le veoit très bien incarner et surtout il se jouera lui-même dans un film méta, Un talent en Or Massif, qui s’annonce super perché et sortira en avril 2022.

Renfield se veut comme un mélange d’humour et d’action, le projet peut faire peur par son réalisateur. Chris McKay a en effet livré le catastrophique Tomorrow War pour Amazon mais avait réussi The Lego Batman Movie. Disons que c’st un faiseur et que son gros film SF pour Amazon était surtout très mauvais à cause de son scénario à chier.

Et c’est là que le projet a une chance d’être bon. Le scénario mélera horreur grâce à Robert Kirkman, scénariste sur la série The Walking Dead, mais bénéficiera de l’humour d’un autre scénariste très connu, Ryan Ridley qui n’est autre que celui de la série animée multi récompensée Rick et Morty. Bref, à suivre…

Après « Ad Astra » et Brad Pitt, James Gray embauche Anne Hathaway et Anthony Hopkins pour son Armageddon Time !

5 décembre, 2021

Anne Hathaway et Anthony Hopkins très 70's sur le tournage d'"Armageddon  Time"

James Gray est le maitre derrière ses drames New-Yorkais « little odessa« , « la nuit nous appartient« , « two lovers« . Puis il s’est éloigné de New-York pour la grande aventure avec le très beau « The Lost City of Z« , qu’il mis 10 ans à réussir à produire.Son film de science-fiction Ad Astra, permettait à Brad Pitt d’ajouter en 2019 un nouveau grand rôle après celui obtenu chez Tarantino deux mois avant (Once Upon a Time in Hollywood). Le film était l’une des grandes réussites de l’année alors qu’il était pourtant très attendu et sera l’un des nouveaux étalons de la science-fiction moderne grâce à la beauté de ses images et la richesse des thématiques brassées.Après ses trois incursions dans des genres non contemporains (film en costume pour The Immigrant, aventures pour « The Lost City of Z » et Science-Fiction pour « Ad Astra »), James Gray reviendra à New York avec Armageddon Time. Il s’agira d’un film en partie un film autobiographique qui suivra l’éducation du réalisateur dans le quartier du Queens des années 80.

Il y parlera de la Kew-Forest School où il est passé étudiant et dont le propriétaire était Fred Trump, le père de Donald Trump. On a donc hâte de voir le traitement qu’il réservera au père du pire président que les Etats-Unis aient subis.

Anne Hathaway sera tête d’affiche. Elle est rejointe par des pointures à savoir Anthony Hopkins ou le génial Jeremy Strong (Succession).

Wes Anderson reviendra dès 2022 avec « Asteroid City » et un nouveau casting de fou (Tilda Swinton, Scarlett Johansson, Tom Hanks, Bill Murray, Margot Robbie, Adrien Brody, Bryan Cranston, Matt Dillon etc…)

5 décembre, 2021

Best Wes Anderson Movies — His Entire Filmography RankedThe French Dispatch: Près des yeux , loin du coeur ! | VH Magazine

Wes Anderson tournera son prochain film en Espagne mais les décors ressembleraient plus à du western puisque dans la région désertique de Chinchón, vers Madrid. L’intrigue est top secrète et il ne s’agirait pas forcément d’un western.

La géniale Tilda Swinton tournera avec le réalisateur pour la 5ème fois et c’est évidemment une excellente nouvelle.

Elle sera entourée d’un casting de nouveau 5 étoiles et avec de nouvelles têtes pour certain(e)s : Scarlett Johansson, Tom Hanks, Bill Murray, Margot Robbie, Adrien Brody, Jeff Goldblum, Bryan Cranston, Jason Schwartzman, Matt Dillon, Rupert Friend !

Après « The French Dispatch« , nous n’aurons donc pas à attendre…

Anderson fait partie de mes chouchous car il a un univers unique, un style unique, mélancolique, drôle et perché. Ses invitations à visiter ses univers sur mesure d’une précision d’horloger ont donné de grands films parmi lesquels La Famille Tenenbaum, La Vie aquatique, À bord du Darjeeling Limited,  Fantastic Mr. Fox, Moonrise Kingdom, The Grand Budapest Hôtel, L’Île aux chiens.

Christian Bale, Gillian Anderson, Robert Duvall et Charlotte Gainsbourg dans un polar autour d’Edgar Allan Poe pour l’excellent Scott Cooper (Hostiles, Strictly Criminals)

5 décembre, 2021

Pin on Mundo cineDudley a bien changé !Joseph Cedar va réunir Charlotte Gainsbourg et Richard Gere - Challenges

« Hostiles » était un superbe western crépusculaire mis en scène par le non moins brillant Scott Cooper. Il a tourné les très réussis Hostiles,  Strictly Criminals ainsi que Les Brasiers de la colère.

Hostile était l’un des plus beaux films de 2018.

Alors qu’il a sorti le film d’horreur Affamés en 2021, produit par le nouveau studio que la Fox a créé pour Guillermo Del Toro (voir news ici), il annonce ses retrouvailles avec Christian Bale qu’il a dirigé dans Les Brasiers de la colère et Hostiles.

« The Pale Blue Eye » sera l’adaptation d’un best-seller de Louis Bayard.

Il s’agira d’un polar suivant , un détective privé, Augustus Landor, en 1830, au sein de la célèbre académie militaire de West Point.

Il cherche à résoudre une série de meurtres, aidé par un jeune homme, un certain Edgar Allan Poe !

Harry Melling, connu dans Harry Potter, La Ballade de Buster Scruggs, Le Diable tout le temps et la série Le Jeu de la Dame, jouera l’écrivain. On le retrouve d’ailleurs début 2022 dans The Tragedy of Macbeth de Joel Coen.

Gillian Anderson (la culte Scully de X-Files, Le Dernier Roi d’Écosse et les séries The Fall, The CrownHannibal, ou encore Sex Education) sera aussi du casting.

La géniale Charlotte Gainsbourg sera également de la partie, la fille de Serge ajoutant un nouveau potentiel film de poid à sa carrière déjà excellente (L’Effrontée et La Petite Voleuse de Claude Miller, La Bûche de Danièle Thompson, 21 Grammes d’Alejandro González Iñárritu, La Science des rêves de Michel Gondry,Prête-moi ta main d’Éric Lartigau, Samba d’Éric Toledano et Olivier Nakache,  I’m Not There de Todd Haynes, Melancholia de Lars von Trier, Jacky au royaume des filles de Riad Sattouf, Mon chien stupide et Les Choses humaines  d’Yvan Attal).

Le cultissime Robert Duvall (M*A*S*H , THX 1138, Le Parrain, Network , Conversation secrète, Apocalypse Now, Le Prédicateur, La Nuit nous appartient, La Route, Les Veuves), Timothy Spall (Mr. TurnerHarry Potter et le Prisonnier d’Azkaban) et Toby Jones (Captain America : First Avenger, First Cow, Happy End, Jurassic World: Fallen KingdomHunger Games: L’Embrasement) complètent le casting.

Pour le réalisateur ce sera » un grand « whodunit », avec un tueur en série en son centre. »

Netflix a mis la main sur le film qui devrait très probablement illuminer la saison des prix et des grosses sorties d’auteur à l’automne 2022 sur la plateforme.

Alfonso Cuarón fait de Cate Blanchett une journaliste menacée dans une série Apple TV

5 décembre, 2021

Mrs America»: la série aussi instructive que scotchante avec Cate Blanchett  en tête d'affiche débarque sur Disney+

Alfonso Cuarón a signé un accord de production avec Apple TV en 2019. Le réalisateur multirécompensé de Y tu mamá también, Les Fils de l’homme, Roma, Gravity, produira une série dont le 1er rôle sera tenu par l’immense Cate Blanchett.

Il s’agira de l’adaptation du roman « Disclaimer » publié en 2015. On y suivra Catherine Ravenscroft, journaliste redoutée pour les scandales qu’elle révèle sur les transgressions opérées par de grandes institutions et entreprises.

Mais un jour elle reçoit un roman dont le personnage central est elle-même et qui s’intéresse à son secret le plus enfoui.

Kevin Kline jouera l’auteur du roman. A