Archive pour la catégorie 'Ce qui vous attend au cinéma (sélection du Blanc Lapin)'

69 films pour passer 2012…calendrier des attentes et des craintes du blanc lapin !

6 janvier, 2012

Après vous avoir détaillé les films que j’attends cette année en 2012 avec pitch, raison de l’attente et images / bandes-annonces, je me suis livré à un petit travail chronologique des sorties avec d’autant plus de lapins que j’attends positivement la sortie, et d’autant plus de guns que le projet ne me plait pas…

…en cliquant sur les tableaux, ils s’agrandissent miraculeusement !

Allez après cela, j’arrête les prévisions et je vais au ciné !

Yvan

69 films pour passer 2012...calendrier des attentes et des craintes du blanc lapin ! dans Ce qui vous attend au cinéma (sélection du Blanc Lapin) 1-%C3%A0-121

13-%C3%A0-22 dans Dossiers

23-%C3%A0-33 dans Films

34-%C3%A0-42 dans Films - critiques perso

43-%C3%A0-52 dans Films series - News de tournage

53-%C3%A0-60

61-%C3%A0-69

 

Ce qui vous attend au cinéma en 2012, Partie 2 : le cinéma indépendant

6 janvier, 2012

Comme tous les ans, je me suis livré à un travail assez lourd de recherche des films qui à ce stade, pourraient faire selon moi parler d’eux en 2012…

Pas toujours facile car les sites web et magazines ne se cassent pas autant que moi en général. Votre lapin préféré s’est donc plongé dans ses multiples news quotidiennes de tournage pour voir ce qui sortira très probablement en 2012.

A chaque fois vous avez la date de sortie, le pitch, mon avis sur le projet et une photo…parfois une bande-annonce…

Après les blockbusters, films de SF / fantasy et films comiques…

…voici les films d’auteurs…

 

« Take Shelter » de Jeff Nichols avec Michael Shannon et Jessica Chastain

Sortie le 4 janvier 2012

Ce qui vous attend au cinéma en 2012, Partie 2 : le cinéma indépendant dans Bandes-annonces Ectac.Take-Shelter-Film-de-Jeff-Nichols.031

Un homme est pris de visions cauchemardesques de fin du monde et devient terrorisé au point de provoquer l’incompréhension totale de ses proches.

Grand prix du festival de Sundance 2011 et de la semaine de la critique à Cannes, le film sort auréolé d’une presse élogieuse mais avec un an de décalage. Michael Shannon est soit disant prodigieux et acquiert ses galons d’acteur ultra sollicité par le ciné indépendant US. L’un des évènements du mois de janvier.

Image de prévisualisation YouTube

 

« J. Edgar » de Clint Eastwood avec Léonardo DiCaprio et Naomi Watts

Sortie le 11 janvier 2012

J.-Edgar-Poster-Ban-iTunes dans Ce qui vous attend au cinéma (sélection du Blanc Lapin)

Clint Eastwood s’attaque à un monument du l’histoire politique des Etats-Unis, la vie de John Edgar Hoover, créateur et patron du F.B.I des années 20 aux années 70, inamovible sous 5 présidents des Etats-Unis, qui détenait des dossiers sur tout le monde, négociait avec la mafia, s’implica dans la chasse aux sorcières et fut un républicain dur, raciste mais profondément patriote. L’association de Léonardo DiCaprio, l’un des meilleurs acteurs du moment au grand Clint sur un sujet pareil, c’est du tonnerre ! Surtout quand l’homosexualité de Hoover est au centre du long métrage.

Seul hic, la presse est tiède et estime que Clint n’est hélas, pas en grande forme. Vu le sujet, le casting, et le fait que Clint n’a plus beaucoup d’années pour tourner, c’est dommage. J’irai quand même le voir !

Image de prévisualisation YouTube

 

« The descendants » de Alexander Payne avec Georges Clooney

Sortie le 25 janvier 2012

affiche-the-descendants-224x300 dans Dossiers

Un riche propriétaire foncier recherche, avec ses deux filles, l’amant de sa femme dans l’espoir de garder sa famille unie.

Le réal de « Sideways » et « Monsieur schmidt » est l’un des chouchous des critiques US et part en bonne position pour les oscars avec ce film décalé mais calibré pour gagner des prix.

Image de prévisualisation YouTube

 

« De rouille et d’os » de Jacques Audiard avec Marion Cotillard et Matthias Schoenaerts, Bouli Lanners

matthias-schoenaerts-11-reporters-300x192 dans Filmsmarion-cotillard-smoking-3a119-300x199 dans Films - critiques perso

Le pitch : Un boxeur réalisant des combats clandestins, un publiciste fan de combats de pitbulls, un magicien qui disparaît, un père qui martyrise son fils… Quatre destins en proie à leur démon intérieur…

Après l’immense succès public et critique de « un prophète », le fils de Michel Audiard est devenu un maitre, un grand, puisque ce film suivait quatre bijoux, « regardes les hommes tomber », « un héros très discret », « sur mes lèvres » et « de battre mon cœur s’est arrêté ».

Audiard a un talent incroyable et change de sujet à chaque film, dirige et choisit ses acteurs à la perfection et ne se lance dans un projet que quand le scénario est en béton.

Il fera donc tourner l’actrice française qui a explosé ses dernières années des deux côtés de l’Atlantique, Marion Cotillard et il donnera à un quasi inconnu, Matthias Schoenaerts, la chance de sa vie, après nous avoir fait découvrir Tahar Rahim avec « un prophète ».

Un sérieux candidat pour Cannes 2012, après avoir loupé la palme en 2009 et s’être « contenté » du grand prix du jury (le second prix) puis raflé tous les Césars.

 

« My week with Marrilyn » de Simon Curtis

Sortie le 7 mars 2012

0886443211971_600 dans Films series - News de tournage

Michelle Williams endossera le rôle difficile de Marilyn Monroe dans ce film suivant le tournage de « Le prince et la danseuse » aux côtés de Laurence Olivier, interprété par Kenneth Branagh acteur tout aussi sakespearien que Sir Olivier. Le personnage principal sera Colin Clark, jeune homme de 23 ans, cinéaste en herbe et assistant de plateau, qui va vivre six mois passionnants dont une dernière semaine avec Marilyn herself. Le film est tiré du livre qu’a écrit Clark et permettra à Michelle Williams de confirmer son statut de star montante après Brokeback mountain, Shutter Island, blue valentine, avant de la retrouver fin 2012 ou en 2013 dans le prequel du Magicien d’Oz par Sam Raimi, aux côtés de James Franco.

Image de prévisualisation YouTube

 

« Amour » de Michael Haneke avec Isabelle Huppert, Jean-Louis Trintignant

Sortie le 23/05/2012

Le pitch : Georges et Anne sont octogénaires, ce sont des gens cultivés, professeurs de musique à la retraite. Leur fille, également musicienne, vit à l’étranger avec sa famille. Un jour, Anne est victime d’une petite attaque cérébrale. Lorsqu’elle sort de l’hôpital et revient chez elle, elle est paralysée d’un côté. L’amour qui unit ce vieux couple va être mis à rude épreuve.

haneke

Candidat idéal pour Cannes après la palme d’or assez chiante reçue pour « le ruban blanc », Haneke revient avec son actrice et amie, Isabelle Huppert, qu’il avait fait tourner dans l’excellent « La pianiste ». Et surtout, l’immense Jean-Louis Trintignant sort de sa retraite de 15 ans pour un vrai rôle. Or, moi je suis fan de Jean-Louis et ses rôles à venir seront limités puisqu’il est très âgé. Et puis j’aime Haneke d’habitude (sauf son ruban blanc).

 

« Django Unchained » de Quentin Tarantino avec Léonardo DiCaprio, Jamie Foxx, Chritopher Waltz, Samuel L. Jackson, Kurt Russell, Joseph Gordon-Levitt, Sacha BaronCohen, Don Johnson

Leonardo-DiCaprio-Esquire-2JamieFoxxsamuel_jackson600full-joseph-gordon-levitt-238x300Sacha+Baron+Cohen+Isla+Fisher+dating+AQbNDQlsLKBl187597781-200x300

C’est l’un des films les plus attendus de l’année, annoncé pour noel mais qui peut être décalé en 2012. Le réalisateur cinéphage fou qu’est Quentin Tarantino va rendre à nouveau hommage à un cinéma de genre, le western spaghetti, avec le casting de stars masculines le plus classe qu’il ait jamais composé et ça excite d’autant plus qu’on voit très bien Tarantino dans ce style.

L’excellent Léonardo Di Caprio, après le “Hoover” de Clint Eastwood, ajoute un grand nom à sa carrière après ses collaborations fructueuses avec Spielberg, James Cameron, Martin Scorsese, Baz Luhrmann, Woody Allen, Sam Mendes et Christopher Nolan. Impressionnant.

Mon impatience est à son comble !

 

« Twixt » de Francis-Ford Coppola avec Elle Fanning et Val Kilmer

Sortie le 11 avril 2012

twixt-poster-202x300

Le pitch : Twixt raconte l’histoire d’un écrivain hanté par des visions fantômes et qui va enquêter sur la mort d’une jeune fille…

Après son retour artistique avec « Tetro », sublime réussite qui balayait 20 ans d’errements et d’absence du maitre, ce dernier revient avec un petit film horrifique. La presse a été polie mais pas plus enthousiaste que cela à Venise. Mais attention, l’accueil de « Tetro » avait été froid à Cannes et enthousiaste 8 mois plus tard…

 

« Savages » de Oliver Stone avec Benicio Del Toro, Salma Hayek, Aaron Johnson, Taylor Kitsch, Blake Lively et Uma Thurman

tumblr_ktmtfwrr3o1qa1iiqo1_500-200x300taylor-kitsch-taylor-kitsch-6322707-416-625-199x30015-220x300superbe-salma-hayek-225x300

Le pitch : Deux jeunes dealers de marijuana doivent secourir leur petite amie commune, le jour où celle-ci est enlevée par un cartel mexicain

Après plusieurs fours sur des films aux sujets provoques ou ultra consensuels dont « W » sur Bush junior ou « World trade center », d’une qualité artistique qui laissait à désirer, Oliver Stone a retrouvé succès critique et public avec la suite de « Wall street ». Son prochain projet donne en revanche beaucoup plus envie car en tant que connaisseur de la cocaine, il va peut être nous pondre un bon thriller teinté de réflexions politiques comme il a pu le faire dans son brillant passé. Pour ceci il convoque l’un des meilleurs acteurs au monde, Benicio Del Toro et de jeunes acteurs qui commencent tout juste à montrer leurs mimines, Aaron Johnson de « kick ass » et Taylor Kitsch des futurs « bataille navale » et »John Carter ». A suivre…

 

« Cosmopolis » de David Cronenberg avec Robert Pattinson, Juliette Binoche, Mathieu Amalric, Paul Giamatti

cosmopolis-first-look-300x199Robert-Pattinson-Cosmopolis

Le pitch : la chutte d’un jeune multimillionnaire à Manhattan sur l’espace de 48 heures

Cronenberg est devenu définitivement un maitre avec ses deux brillants « les promesse de l’ombre » et « A history of violence », qui marquaient son retour artistique et la confirmation que son immense talent était de nouveau inspiré. Après « A dangerous method », sorti il y a quinze jours, il revient avec un vieux projet, tourné dans la foulée de son film sur Carl Jung et Sigmund Freud. Mais il change radicalement de style et choisit l’acteur endive de « Twilight », Robert Pattinson, et vante partout ses talents d’acteurs. On ne demande qu’à voir et être surpris. Peut être faut-il un bon projet et une pointure comme Cronenberg pour faire démarrer Pattinson. Après tout, Tom Cruise est devenu bon, et ce n’était pas gagné. A ceci s’ajoutent deux français qui ont la côte à l’international, Juliette Binoche et Mathieu Amalric. Une présence à Cannes serait logique.

 

« Captured » de Brillante Mendoza avec Isabelle Huppert

dans-la-jungle-avec-les-otages-de-brillante-mendozaM49639

Le pitch : Une missionnaire française se retrouve au cœur d’une prise d’otages de ressortissants étrangers, menée par le groupe Abu Sayyaf aux Philippines.

Le réalisateur philippin,  chouchou des festivals, reviendra probablement à Cannes avec l’actrice française Isabelle Huppert, qui décidément tente le maximum d’expériences avec des metteurs en scène de tous horizons. On ne peut que louer son exigence. « Kinatay » avait choqué, « Lola » avait provoqué un quasi consensus, Brillante Mendoza est donc très attendu.

 

« Himizu » de Sono Sion

himizu_450

Le pitch : Deux adolescents tourmentés dans le Japon post-tsunami s’embarquent dans une spirale de violence…

Sono Sion est un réalisateur japonnais qui monte en puissance au fil des festivals. J’avoue n’avoir vu aucun de ses films mais sa réputation le précède et la thématique a de quoi retenir l’attention.

L’inviter à Cannes pour lui donner une plus forte résonance serait pertinent, si le film est bon.

 

« The end » de Abbas Kiarostami

Le pitch : L’histoire d’une jeune et jolie étudiante, Akiko, qui vend ses charmes pour payer ses études et rencontre un singulier client: un vieil universitaire très érudit, qui se montre d’une grande bienveillance avec elle. Entre Akiko et le vieil homme se noue une relation hors du commun.

Le réalisateur iranien réussira t il à décrocher une palme d’or? Après tant de tentatives ? Personnellement je ne suis pas friant de son cinéma. Mais il y a des fans.

 

« The burial » de Terrence Malick avec Ben Affleck, Rachel McAdams, Racheil Weisz, Javier Bardem, Jessica Chastain

The-Burial-2012

Après la palme d’or pour « Tree of life » et malgré une sortie partagée des critiques, un bon bilan pour son film, Terrence Malick, qui tourne si peu, et a mis 20 ans entre son deuxième et son troisième film, est décidé à rattraper le temps ! Il tourne actuellement deux films coup sur coup avec Christian Bale, qu’il retrouve après « le nouveau monde » mais aussi avec l’acteur qui a explosé cette année, Ryan Gosling !

Mais avant cela, il avait mis en boite « the burial » avec Ben Affleck, de retour en grâce à Hollywood mais aussi l’immense Javier Bardem, qui complète de façon très classe sa filmo. Côté féminin, Rachel Weisz, Jessica Chastain et Rachel McAdams vont rivaliser de talent, les trois étant brillantes. L’histoire est celle d’un coureur de jupons …

Son film sera forcément prêt cette année vu qu’il a déjà enchainé le suivant. Cannes 2012 n’a qu’à bien se tenir !

 

« La taupe » de Tomas Alfredson avec Colin Firth, Tom Hardy, Gary Oldman, John Hurt

Sortie le 8 février 2012

Affiche-la-taupe

Le pitch : George Smiley est l’un des meilleurs agents du « Cirque », quartier général des services secrets britanniques. Alors qu’il vient à peine de prendre sa retraite, le cabinet du Premier Ministre fait de nouveau appel à lui. Le centre de Moscou, leur ennemi juré, aurait un agent double, infiltré au sein du Cirque. Smiley est chargé de démasquer la taupe parmi ses anciens collègues.

Le réalisateur suédois de l’excellent film de vampires « Morse », revient avec cette adaptation de John LeCarré et un casting qui fait pâlir puisqu’il réunit l’oscar du « discours d’un roi », Colin Firth, Gary Oldman, qui fait feu de tous bois ces dernières années, ou encore Tom Hardy qui va probablement exploser cette année avec son rôle de méchant du troisième Batman puis son rôle de Mad max qui suivra. Le film a fait sensation à Venise et les critiques sont dithyrambiques. C’est l’un des évènements ciné de ce début d’année.

Image de prévisualisation YouTube

 

« Holly Motors«  de Leos Carax avec Michel Piccoli, Kylie Minogue, Edith Scob, Eva Mendes, Denis Lavant

Sortie décembre 2012

Leos Carax est resté l’auteur maudit que la presse a fait de lui. Il faut dire que de son chef d’œuvre « mauvais sang » avec Denis Lavant et Juliette Binoche à son film hors normes et hors de prix qui fit scandale « les amants du Pont neuf », avec le même casting, Carax défraya la chronique et les critiques. Hélas, depuis 20 ans, c’est la misère et sa seule réalisation « Pola X », en 1999, a bien déçu. Il serait sur le point de revenir sur le devant de la scène après son court métrage inséré dans le triptique « Tokyo », co-réalisé avec Michel Gondry et Bong Joon-ho.

Denis Lavant sera donc le rôle ou plutôt les rôles principaux de « Holly motors ». Il jouera dix rôles dans dix styles différents, film noir, comédie musicale, comédie tout court, etc…Il s’agira d’un film futuriste se déroulant à Paris. Le budget est visiblement assez modeste…heureusement peut être, il vaut mieux cadrer Carax…

  mob2959_1211053915

 

« We bought a zoo » de Cameron Crowe avec Matt Damon, Scarlett Johansson, Elle Flanning et Thomas Heden Church

Sortie le 18 avril 2012

We-Bought-a-Zoo

Cameron Crowe avait réussi « Presque célèbre« en 2000 où l’on suivait un ado des années 70 suivant, en tant que journaliste en herbe pour Rolling stone, la tournée de son groupe de rock préféré. La bande-son était excellente. Puis son « rencontre à Elisabeth Town » cinq plus tard fut un four critique et public, malgré la présence de Kirsten Dunst (Spider man) et Orlando Bloom (le Legolas du seigneur des anneaux). La facilité sentimentale du scénario qui fleurait déjà dans « Jerry Maguire » fit sombrer le projet dans un film assez emmerdant.

Aujourd’hui il revient, cinq ans après, on ne peut pas dire qu’il soit très productif. Matt Damon jouera un journaliste anglais qui arrête son activité professionnelle pour retaper un Zoo avec toute sa petite famille dans « We bought a Zoo« . Le casting est très classe puisque Scarlett Johansson, Elle Flanning et Thomas Heden Church entourent Damon.

Cette fois-ci il semble que Pearl Jam et Neil Young aient inspiré le réalisateur durant son travail de pré-production. Espérons qu’il revienne à son meilleur de « presque célèbre ». Le film devrait sortir en fin d’année.


« Sur la route » de Walter Salles avec Kristen Stewart, Sam Riley, Garrett Hedlund

19660033.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20110203_014923

Le célèbre roman de Jack Kerouac, symbole de la « Beat Generation », fera l’objet d’une adaptation cinématographique avec le réalisateur de « carnets de voyage », le brésilien Walter Salles. Au-delà de sa cinéphilie très approfondie et de son amour pour la France, Walter Salles a réussi à me bluffer une fois avec son méconnu « Avril Brisé ». Son « carnets de voyage » et « Central do Brasil » étaient également des réussites. C’est donc plutôt une bonne nouvelle.

Le jeune Sam Riley, excellent dans « Control » et « Franklyn » tiendra le rôle principal. Le personnage féminin sera interprété par l’héroine de « Twilight », Kristen Stewart. Surprenant comme casting. Si en commençant par « Twilight », on peut difficilement partir de plus bas niveau partenaires de jeu et de dialogues…n’oublions pas que la petite Kristen avait fait des étincelles dans un petit rôle certes mais un rôle essentiel dans le « Into the Wild » de Sean Penn. Souhaitons lui donc de refaire du cinéma !


« Haywire » de Steven Soderbergh avec Michael Douglas, Michael Fassbender, Ewan Mcgregor, Antonio Banderas, Channing Tatum

Sortie le 29 février 2012

HAYWIRE-AFFICHE-300x225

Image de prévisualisation YouTube

« Magik mike » de Steven Soderbergh avec Channing Tatum, Matthew McConaughey, Joe Manganiello, Matt Boner et Alex Pettyfer

Doublé pour Steven Soderbergh qui annonce depuis des années qu’il veut arrêter le cinéma. Sauf qu’il continue à tourner plus vite que son ombre et à sortir un film par an là où les autres mettent deux, trois ou quatre ans…

Et encore, l’inégal cinéaste de « sexe, mensonges et vidéos« , « Ché« , « Ocean’s eleven, twelve, 13« , »traffic » ou « l’anglais« , va nous sortir deux films en un an, « Contagion » (Matt Damon, Marion Cotillard, Jude Law, Kate Winslet) et « Haywire » (Michael Douglas, Michael Fassbender, Ewan Mcgregor, Antonio Banderas, Channing Tatum). Bref, un film catastrophe d’épidémie et un film d’espionnage avec des castings hallucinants.

Il enchainera frénétiquement avec « Magic mike« , sur une idée de l’acteur Channing Tatum, ex mannequin et ex stripteaseur. Et pour ramener du spectateur et incarner tous pleins de stripteaseurs, il s’attelle les services de gros thons, ben entendu. Channing Tatum donc, qui a de beaux restes, Matthew McConaughey (pareil), Joe Manganiello (vu en loup garou dans True blood), Matt Boner (série chuck), et Alex Pettyfer (numéro 4).

« Magik mike » sentira donc la testostérone et la caisse enregistreuse !

magic-mike-cast

 

« Lincoln » de Steven Spielberg avec Daniel-Day Lewis, Joseph Gordon-Levitt, Tommy Lee Jones et James Spader

Enfin ! Steven Spielberg tourne enfin son « Lincoln« , sur la vie du 16ème Président des Etats-Unis, abolitionniste de l’esclavage.

Dix ans de gestation, Harrison Ford puis Liam Neeson envisagés pour déboucher sur l’un des meilleurs acteurs au monde dans le rôle d’Abraham Lincoln, à savoir l’excellent Daniel-Day Lewis.

Joseph Gordon-Levitt, Tommy Lee Jones et James Spader viennent s’ajouter au casting ultra classe, Tommy Lee Jones étant un vétéran respecté de tous et Gordon-Levitt l’un des jeunes acteurs qui explose à Hollywood (vu dans Inception et dans le prochain Batman). Joseph Gordon-Levitt prêterait ses traits au fils de Lincoln.

LINCOLN ciblera les conflits au sein de la majorité au sujet des idées abolitionnistes puis le dérapage vers la guerre de Sécession.

Espérons que Spielberg évite le mélo sirupeux auquel il a cédé dans son pire film, sur l’abolition justement, « Amistad« , un long pensum indigeste.

En tout cas question ressemblance, vous constaterez que Day-Lewis est de nouveau au top, photographié ici lors d’une pause…

newsimg309250419

 

« The grandmasters » de Won Kar-Wai avec Tony Leung et Zhang Ziyi

4220xtylntony

Le réalisateur hong-kongais, devenu culte au niveau mondial pour ses fresques poétiques d’une lenteur envoutante va revenir avec un projet totalement incongru dans sa filmographie. En effet, il s’agirait d’un film centré sur la vie de l’un des pionniers du kung fu et qui fut maitre de Bruce Lee. « The grand master » réunirait son fidèle Tony Leung et l’excellente Zhang Ziyi. Le casting est tout sauf original mais deux questions se posent.

Verrons-nous des combats au ralenti et surtout, verrons nous la fin d’une prise ? 2 heures c’est court quand même…Et Wong Kar Wai terminera t-il son film la veille de sa présentation au festival de Cannes 2012 ? Comme à sa grande habitude légendaire ?

 

« The master » de Paul Thomas Anderson avec Joaquin Phoenix et Philip Seymour Hoffman

the-master

Joaquin Phoenix, l’acteur préféré de James Gray (la nuit nous appartient, the Yards, Two lovers) et petit frère de feu River, est l’un des très bons acteurs du ciné indépendant US. Il a hélas pété les plombs il y a deux ans pour cesser sa carrière, jouer dans un faux documentaire sur lui tourné par son beau-frère Casey Affleck (I’m still there) puis a été annoncé dans divers projets comme revenant sur sa décision.

Et il va jouer pour Paul Thomas Anderson, l’un de mes grands chouchous, réalisateur de « there will be blood », « boogie nights », «magnolia ». Ce projet avait été mis en veilleuse pour cause de financement et de fortes réticences des studios. En effet, le film  n’est autre qu’un brûlot sur l’église de scientologie et plus particulièrement sur son fondateur, Ron Hubbard, qui sera joué par le caméléon Philip Seymour Hoffman.

L’acteur Tom Cruise, l’un des pontes de la secte, aurait tout fait pour empêcher l’un des plus brillants réalisateurs de sa génération d’aller jusqu’au bout. En revanche ce qui est drôle, c’est que Tom Cruise connait très bien Paul Thomas Anderson.  En effet, Tom Cruise avait reçu des louanges pour son petit rôle dans « Magnolia » où il interprétait un télé-évangéliste complétement barré, très mâle.  Mais monsieur Cruise, vous n’aurez pas le dernier mot !

 

« Moonrise kingdom » de Wes Anderson avec Jason Schwartzman, Bruce Willis, Frances Mc Dormand, Bill Murray, Edward Norton, Tilda Swinton 

Sortie le 16 mai 2012

« La famille Tenenbaum« , « la vie aquatique » et « A bord du Darjeeling limited » sont tous trois extrêmement brillants. Ils sont drôles, émouvants et traduisent si bien l’univers très personnel de Wes Anderson, teinté de nostalgie, de farfelu et de rires.

« Moonrise kingdom » suivra deux adolescents amoureux décidant de fuguer. Les habitants de leur cité partent à leur recherche et parmi eux nous retrouverons Bruce Willis en shérif, la géniale Frances Mc Dormand (Madame Coen, « Fargo ») en mère, Bill Murray (fidèle du réalisateur), ou Edward Norton, excellent acteur qui gère hélas moyennement sa carrière depuis quelques années, j’en suis donc ravi pour lui, Tilda Swinton (toujours parfaite) et Jason Schwartzman, fidèle depuis le début de carrière de Wes Anderson.

Le nouveau film de Wes Anderson présente un casting hallucinant et pourrait être l’un des bijoux de cette année et un très bon candidat pour Cannes puisqu’il sort comme par hasard en plein festival !

bruce-willis jason-schwartzman-20060607-135366tumblr_kxbpauGK7g1qb153go1_400frances-mcdormand-pictureedward-norton-10993tilda+swinton+oscar+face

 

  »Stoker » de Park Chan-Wook avec Nicole Kidman, Mia Wasikowska, Matthew Goode, Jacki Weaver, Lucas Till, et Alden Ehrenreich

MatthewGoodeLeapYear-1 Nicole-Kidman-image

L’un des projets les plus sympas du moment est le premier film en langue anglaise de Park Chan-Wook, auteur coréen culte de « Old boy », « sympathy for Mister Vengeance », « sympathy for Lady Vengeance » et « Thirst ».

Le casting donne déjà très envie puisque l’immense Nicole Kidman et Mia Wasikowska (« Alice au pays des Merveilles« ) joueront une mère et sa fille qui reçoivent la visite d’un oncle, dans le quartier où elles viennent de s’installer.

Mais de nombreux voisins disparaissent. L’oncle mystérieux sera campé par Matthew Goode, qui s’est fait connaître dans « matchpoint », « Watchmen » en Ozymandias mais aussi dans « A single Man », excellent premier film du couturier Tom Ford.  Le casting compte de très beaux seconds rôles avec Jacki Weaver, la glaçante mère dans « Animal kingdom« , Lucas Till, vu en Havock dans « X-men first class » et Alden Ehrenreich, personnage principal du magnifique « Tetro » de Francis Ford Coppola.

Wentworth Miller, de la série Prison break, est le scénariste du film. Son scénario était considéré comme l’un des 10 meilleurs de 2010…

Tout ceci sent super bon !! L’un des évènements de l’année ciné.

jacki-weaver-animal-kingdom1244902419920_fnews_3965_user_19768

 

« Inside Llewyn Davis » de Joel et Ethan Coen avec Oscar Isaac, Carey Mulligan, Justin Timberlake et John Goodman

John Goodman, inoubliable dans « Barton Fink », « the big lebowski » ou « Arizona junior » retrouvera ses réalisateurs fétiches dans leur projet sur Dave Van Ronk, pygmalion de la scène folk new-yorkaise des années 60. Ce dernier lança notamment Bob Dylan.

On savait déjà que  les rôles titres seraient tenus par un acteur qui monte, Oscar Isaac, que l’on verrait bien en Bob Dylan, et Carey Mulligan, qui serait une Joan Baez parfaite. La jeune actrice enchaine les bons projets après le brillant « Drive », et le prochain « shame » de Steve McQueen aux côtés de Michael Fassbender, qui sort le 7 décembre prochain, précédé d’une critique élogieuse.

Mais pour renouveler les têtes d’affiches habituelles, les Coen osent proposer Justin Timberlake dans un second rôle. La pop star négocie bien son virage cinématographique après « Alpha dog », l’excellent « the social Network » de David Fincher et le premier rôle du nouveau film SF d’Andrew Nicol (« bienvenu à gattaca»), à savoir « time out », qui sort le 23 novembre.

« Inside Llewyn Davis » devient donc de plus en plus excitant, les Coen changeant à nouveau de style. J’avais trouvé leur hommage au western raté avec le surestimé « true grit », sorti en février 2011, film manquant cruellement d’originalité, ce qui est un comble pour les deux frangins. Espérons donc qu’avec un casting pareil, ils retrouvent le meilleur de leur inspiration.

justin-timberlake-march-2009-gq-3roseanne-john-goodman-290x4oscar-isaac-01carey-mulligan-picture_323x383

 

« Angels’ Share » de Ken Loach

Ken loach reviendra comme chaque année l’an prochain avec un nouveau long métrage sauf qu’il aura des chances d’être à Cannes, ce qui lui arrive quand même quatre fois sur cinq. « The ange’s Share » sera écrit par son fidèle scénariste Paul Laverty (le vent se lève, it’s a free world, sweet sixteen) et racontera les déboires d’un jeune père vivant à Glasgow, qui, suite à des problèmes judiciaires, décide de monter sa propre distillerie de whisky. Le film est annoncé comme une comédie, sociale forcément.

ken-loach

 

« Vous n’avez encore rien vu » d’Alain Resnais avec Mathieu Amalric, Lambert Wilson, Hippolyte Girardot, Pierre Arditi, Sabine Azema, Anne Consigni, Jean-Noel Brouté, Anny Duperey, Michel Piccoli, Denis Podalydès

alain-resnais

Sortie le 25 avril 2012

Le pitch : Dans un petit village du centre de la France, dans la riche et vieille demeure d’un auteur dramatique, le majordome accueille dans le grand salon les amis que l’auteur, décédé, a fait convoquer pour l’ouverture de son testament. Ces personnes sont 13 comédiens qui ont autrefois interprété ses pièces, dont une en particulier considérée comme exceptionnelle à son époque. Mais l’est-elle encore ?

Après plusieurs opus un peu chiants à mon goût (les herbes folles, Coeurs), le maitre Resnais revient avec un casting impressionnant (mais sans son pote Dussolier).  A 89 ans, le rythme de ses réalisations est toujours aussi vif et c’est tant mieux pour nous, bien que certains de ses films comme « pas sur la bouche », sentaient un peu le vieux quand même…

 

« Foxfire : confessions d’un gang de filles » de Laurent Cantet

laurent-cantet-cann_673863c

Le pitch : Dans une petite ville ouvrière , dans les années cinquante, cinq lycéennes forment la bande Foxfire, vouée à l’orgueil, au pouvoir, et à la vengeance dans un monde que ces filles n’ont jamais intégré, un monde qui leur semble fait pour les mépriser et les détruire.

Après la palme d’or de « Entre les murs », Laurent Cantet est attendu, très attendu. Mais je ne fais aucun souci pour le résultat car Cantet n’a jamais planté un seul film, « Vers le sud », « l’emploi du temps » et « Ressources humaines » sont tous d’un très haurt niveau.

 

« Dans la maison » de François Ozon avec Juliette Binoche, Emmanuelle Seigner, Fabrice Luchini, Kristin Scott Thomas

600full-francois-ozon

Le pitch : Dans la maison raconte la relation qu’entretient un enseignant avec ses élèves.

François Ozon tourne toujours aussi vite et change de style après le drame intime « le refuge », la comédie « potiche », qui fut un carton, comme son « 8 femmes ». Ozon est très doué, « le temps qui reste », « 5×2″, « sous le sable », « gouttes d’eau sur pierres brûlantes », « 8 femmes », « potiche » et « le refuge » sont tous très différents, parfois intimisrees, parfois grand public, mais toujours réussis. Ozon acquiert une maturité au fil des films et se trouve être ce qu’on appelle un auteur populaire à la manière d’un Tavernier, d’un Chabrol, d’un François Truffaut…il y a pire comme statut. Et son casting est très bon.

 

« Tyrannosaur » de Paddy Considine avec Petter Mullan, Olivia Colman

tyrannosaur-2011-21559-2077883578

Le pitch : L’histoire de Joseph, un homme tourmenté par la violence et une colère qui le conduit à l’autodestruction. Alors que la vie de Joseph tombe dans une spirale de troubles, une chance de rédemption apparaît sous la forme d’Hannah, travaillant pour une œuvre de charité chrétienne. Leur relation se développe et il s’avère qu’Hannah cache un secret personnel qui aura un impact dévastateur sur leurs deux vies.

Tyrannosaur a visiblement parcouru les festivals en 2011 en recueillant des critiques élogieuses, un très bon film en perspective, lorsqu’il sera distribué…

 

« The We and the I » de Michel Gondry

936full-michel-gondry

Le réalisateur français à l’imaginaire débridé et à la carrière internationale fait suivre son gros budget « le frelon vert » d’un tout petit film sur un bus qui transporte des lycéens américains après leur dernier jour de classe de l’année.

Il s’attaquera ensuite à « l’écume des jours » de Boris Vian avec Audrey Tautou et Romain Duris. On a du mal à imaginer Gondry derrière ce projet et surtout le doute est permis sur la possible adaptation du roman. Gondry ne m’a toujours pas convaincu sur sa capacité à tenir la longueur sur tout un film. Il se laisse souvent aller comme dans »the green hornet » ou « rembobinez soyez sympas« . Mais j’avais adoré « la science des rêves » et « eternal sunshine of the spotless mind ».

Puis Gondry doit s’attaquer à l’un de mes chefs d’oeuvre préférés de la SF, le « Ubik » de Philipp K. Dick, dont les filles de l’écrivain décédé ont choisi Gondry comme réal.

Bref, Gondry nous sort un petit film avant le grand huit. On espère qu’il y définira enfin une histoire qui se tient de A à Z car c’est quand même son gros défaut, la baisse de régime en fin de film.

 

« Après mai » de Olivier Assayas

190411

Le pitch : Lycéen parisien du début des années 70, Gilles est pris dans l’effervescence politique de ces années-là. Il aspire pourtant surtout à peindre et à apprendre le cinéma,

Après le succès critique de « Carlos » mais son bide au box-office, l’auteur français change à nouveau de style et s’intéresse à 1968. Une sélection à Cannes n’aurait rien de surprenant.

 

« La maladie du sommeil » de Ulrich Kôhler

KOHLER_Ulrich_2011_Lamaladiedusommeiil_00-210x300

Le pitch : Un médecin vit depuis 20 ans en Afrique avec sa femme. Dirigeant un projet de lutte contre la maladie du sommeil, sa femme souhaite retourner en Allemagne rejoindre leur fille. Lui se sent avant tout africain.

Je ne connais pas grand chose du film si ce n’est que sa présentation dans plusieurs festivals a fait sensation.

 

« Nero Fiddled » de Woody Allen avec Alec Baldwin, Roberto Benigni, Penélope Cruz, Judy Davis, Jesse Eisenberg, Greta Gerwig, Ornella Muti et Ellen Page

19763866.jpg-r_450_x-f_jpg-q_x-20110621_105242-300x120

Woody poursuit sa tournée européenne après Londres trois fois, Barcelone et Paris. Il s’implante ici à Rome et endossera un rôle, lui qui n’a plus joué depuis Scoop, il y a déjà 6 ans.

 

« Big house » de Matteo Garrone

Le réalisateur de Gomorra s’intéresse cette fois-ci à la téléréalité et aux illusions de cette dernière, d’autant plus exacerbée en Italie.

 

« Extêmement fort et incroyablement près » de Stephen Daldry

Sortie le 29/02/2012

Extremely+Loud+and+incredibly+close-300x173

Stephen Daldry est doué mais peut sombrer dans certains travers pompiers. Son « Billy Elliot » laissait présager les limites de « the reader » auxquelles il avait su tordre le cou dans son sublime « the hours », restant toujours sur le fil du rasoir, entre mélo mièvre et sensibilité à fleur de peau. Du cinéma émotif et casse gueule qu’il retrouvera avec l’adaptation de ce best seller.

 

« 360 » de Fernando Mereilles avec Rachel Weisz, Jude Law, Anthony Hopkins, Ben Foster, Jamel Debbouze

360-movie-image-jude-law-rachel-weisz-02-600x3021

Le réalisateur brésilien de « La cité de dieu » m’avait séduit avec « Blindness », film de contamination injustement boudé par la critique il y a 3 ans. Cette fois-ci il revient avec un beau casting dont notre Jamel national pour parler de sexe au sein de différentes classes sociales et entre ces classes sociales, à différents âges…

 

« Cogan’s trade » de Andrew Dominic avec Brad Pitt, Ray Liotta, James Gandofini, Richard Jenkins

Brad-Pitt-in-Cogans-Trade1

Le pitch : Jackie Cogan, homme de main du crime organisé, enquête sur un braquage ayant eu lieu lors d’une partie de poker illégale protégée par la Mafia.

C’est l’un des films très attendus de la sphère ciné indépendant de l’année et qui serait très classe en compétition à Cannes ou Venise. En effet, Brad Pitt, à la carrière irréprochable et impressionante depuis 10 ans, retrouve son réalisateur du somptueux « l’assinat de Jesse James par le lâche robert ford », qui lui avait valu le prix d’interprétation à Venise en 2007. Impatience !

 

« Howl » de Jeffrey Friedman,Rob Epstein avec James Franco, Mary-Louise Parker

Sortie le 1er février 2012

Le pitch : En 1957, l´éditeur du poète américain Allen Ginsberg est poursuivi en justice à la suite de la publication du poème Howl considéré comme obscène. Peu connu à l´époque, l´auteur devient rapidement un des personnages marquants de la contre-culture américaine.

Howl-Aaron-Tveit-James-F-007-300x180

 

 

 

Les meilleurs films de l’année 2011 du blanc lapin ! – Partie 1 : N°15 à N°8

22 décembre, 2011

 Après « les pires films de l’année » du blanc lapin, voici ceux qui m’ont le plus marqués en 2011. Je vous laisse une critique raccourcie écrite par mes soins pour ces numéros 15 à N°8.

Les premiers feront l’objet d’une seconde publication.

N°15 – « Fighter » de David O.Russel

Les meilleurs films de l'année 2011 du blanc lapin ! - Partie 1 : N°15 à N°8 dans Ce qui vous attend au cinéma (sélection du Blanc Lapin) fighter-david-o-russel-avec-mark-wahlberg-chr-L-TsCmw3-224x300

Avec « Fighter », David O.Russel, réalisateur « des rois du désert », reprend un projet avorté de Darren Aronofsky, et sauvé par Mark Wahlberg, croyant dur comme fer au scénario. L’acteur doit être fier de sa persévérance. Le résultat s’avère brillant. La qualité fondamentale du film repose sur la prestation de Christian Bale, qui nous rappelle qu’avant d’être Batman, il est surtout un acteur caméléon incroyable. Le film est donc un récit du lutte acharnée de deux frères, l’un ex-petite star ayant raté sa carrière à cause de la drogue et son cadet étant l’espoir de la famille, en passe de devenir une étoile terne et éteinte avant son apogée. Le premier voit dans son petit frère une seconde chance de rattraper sa fierté, de réparer son passé, mais la drogue est plus forte. Tout l’entourage familial, lourd car accroché au héros de la famille, permet de dresser un état des lieux de l’Amérique profonde des quartiers pauvres, une Amérique de gens gros et obèses, sans travail et sans talents, le contraire de l’image véhiculée par les médias américains. Et la peinture n’a rien de l’apitoiement puisque la plupart des personnages dont la mère et les sœurs sont soit intéressées et dans une relation malsaine à leur frère soit dans un rapport exclusif d’adoration castratrice. L’argent ne fait pas le bonheur mais quand on n’en n’a pas, on se raccroche au seul espoir, l’individu de la famille qui peut en gagner. Il représente l’espoir de faire manger tout le monde mais aussi un rêve, une ascension sociale impossible aux autres. Une fierté comme bouclier contre les misères du quotidien.

Les combats sont filmés sans ralentis inutiles et avec un réalisme des plus froids, à l’unisson, du reste du long métrage, cru. La sueur ça pue, David O.Russel la montre. Et c’est tant mieux. On ressort donc du film grogui et ému, en ayant vu l’un des meilleurs films du genre depuis longtemps, bien longtemps.

 

N°14 – « Même la pluie » de Iciar Bollain

pluie-iciar-bollain-L-EQGgya-225x300 dans Dossiers

En 2000, une équipe de production vient en Bolivie tourner un film sur la conquête espagnole par Christophe Colomb. Le réalisateur est jeune et souhaite montrer l’horreur du génocide espagnol. Mais dans cette période antérieure à l’arrivée au pouvoir d’Evo Morales, la situation sociale sur place est tendue. Les indiens qu’ils engagent pour devenir figurants sont préocupés par un autre problème, la privatisation par le pouvoir du système de gestion de l’eau dans la ville de Cochabamba. Et très vite, ces derniers désertent le plateau de tournage pour aller manifester.

Paul Laverty est le scénariste attitré de nombre de films de Ken Loach et on retrouve bien sa pâte dans cette histoire de combat social auquel Iciar Bollain apporte un talent de mise en scène indéniable, moins documentariste que celui qu’aurait adopté Loach.

Le film montre à quel point la bonne conscience des occidentaux présente ses limites face au colonialisme et aux traces qu’il a laissé dans l’histoire. Les intellectuels et défenseurs des droits de l’homme s’indignent du sort des Quechuas et autres peuples mayas ou incas massacrés par Pizzaro, Cortez ou Colomb. Mais quand il s’agit s’assumer ce passé, de se confronter à la pratique, à la réalité d’un peuple qui subit toujours l’exploitation des blancs, le discours reste théorique. Les individus se réfugient derrière la non-ingérence, derrière le fait que la mondialisation est un fait et que donc payer 2 $ par jour un figurant c’est normal et c’est tant mieux. Un gouvernement corrompu qui vend à la découpe les sociétés de gestion de l’eau à des multinationales, c’est certes le prolongement d’un long pillage et d’une longue exploitation des terres et d’un peuple d’amérique latine. Mais que peut on y faire ? C’est l’histoire…oui, mais l’histoire ne s’arrête pas aujourd’hui. On préfère fuir et se pencher sur les erreurs d’il y a plusieurs siècles, c’est plus confortable. Mais rassurez-vous, le film n’a rien de moralisateur, il fait juste un constat, pas très glorieux pour nous, certes. Iciar Bollain montre avec une grande finesse cette culpabilité qui s’exprime dans l’art mais pas dans les gestes car les vrais acteurs de leur vie, ce sont ceux qui crèvent de cette exploitation sur place, ceux qui se révoltent pour virer leurs dirigeants usurpateurs. Les personnages sont tous très bien interprétés de Gael Garcia Bernal à Luis Tosar, dont le visage buriné impose une force et un regard particulièrement à propos pour son personnage.

Le sujet du film comme son déroulé et sa mise en scène sont donc une excellente surprise, une bouffée d’émotion et d’humanité, une grande claque à notre hypocrisie et notre vision nombriliste du bien être de l’humanité.

 

N°13 – Animal kingdom de David Michôd

kingdom-210x300 dans Les meilleurs films du Blanc Lapin

David Michôd signe pour son premier long métrage un coup d’éclat, incisif et froid, comme la mentalité des individus qui composent cette famille de criminels, un long métrage récompensé par le 1er prix du festival de Sundance 2010, à juste titre.

En nous plongeant dans la vie quotidienne de ces fauves ni mafieux irlandais ni italiens, mais qui fonctionnent en clan, il nous montre à quel point le crime pour l’argent peut détruire ce lien familial justement et l’ériger en simple chaine qui lie des êtres seuls et perdus dans les tréfonds de leurs crimes. Car il n est pas question de sentiments fraternels ici, les hommes du clan ne s’aiment pas, ils chassent ensemble et se protègent car les forts ont besoin des faibles et inversement. L’humanité disparait pour laisser place au règne animal, le titre du film étant parfaitement choisi.

Et entre animaux, on sacrifie le plus faible pour sauver la meute en danger, sans regrets aucun. A ce titre le scénario fait froid dans le dos. Il n’y a pas d’honneur, de culpabilité et d’amour, juste un lien, l’argent, et une règle, survivre pour soit, ce qui nécessite l’unité.

Animal kingdom est un film choral porté par d’excellents comédiens aux caractères bien identifiés, centré sur une cellule familiale pervertie par l’intérêt commun, l’absence d’acte délibérément désintéressé vis à vis des siens et le poids des origines. Doit on les renier lorsque l’on sent qu’elles sont mauvaises et néfastes pour soit et pour les autres ? Dans les deux cas il s’agit du parcours d’indépendance d’un être que tout condamne à plonger dans la même marée que ses ainés. Un film sur l’identité, un excellent premier film australien, à ne pas manquer.

 

 N°12- « 127 heures » de Danny Boyle

127-heures-_affiche-202x300

Avec « 127 heures » Danny Boyle prouve de nouveau qu’il est un touche à tout brillant puisqu’après l’adaptation de roman culte (« trainspotting »), le petit film noir très british (« petits meurtres entre amis »), le film de SF référencé (« Sunshine »), le film à oscars united colors of Bennetton (« slumdog millionaire ») ou le film de zombies décalé (« 28 jours plus tard »), il revient en très grande forme cette année et prouve de nouveau son éclectisme.

Ses détracteurs lui reprochent de privilégier la forme au fond. Il est vrai que question mise en scène, il atteint des niveaux de très haute facture. En utilisant tous les procédés, le split screen, le zoom à fond les vélos et toujours une caractéristique commune à tous ses longs métrages, une bande-originale décapante, au service de son histoire et du ressenti émotionnel du personnage.

Or au niveau de cet acteur quasi unique à l’écran, Boyle a fait la bonne pioche. James franco est tout simplement brillant. On ne voit que lui, on a très très peur de s’ennuyer durant son calvaire de 127 heures mais au final, l’animal dispose d’une palette de jeu riche et variée.

Boyle met en image l’immensité des paysages et la petitesse de l’homme de façon extrêmement simple, opposant sans cesse la bulle consumériste et technologique dans laquelle nous vivons aujourd’hui, détachés de la réalité, à la majesté de ces montagnes de l’Utah.

Danny Boyle dépeint au passage une manière d’appréhender la vie pour une génération de trentenaires globe-trotters, plus souvent portés vers ce type d’expérience que leurs ainés. Pour ma part, le film m’a touché particulièrement puisque j’ai connu ce sentiment d’abandon. Pas durant 127 heures, quatre seulement mais une éternité. C’était il y a quatre ans, dans un désert d’Argentine, la voiture embourbée dans le sable, sans eau, sans possibilité d’utiliser les portables, à marcher des heures pour trouver de l’aide dans un milieu où l’homme ne vit pas. J’ai vraiment connu le sentiment du personnage de « 127 heures », ce moment où l’on se dit que c’est très con mais que l’histoire va s’arrêter comme cela, pour un truc bête, pour ma part une erreur d’aiguillage. Tout d’un coup la nature devient hostile mais apaisante. L’idée fait son chemin. Et pourtant jusqu’au bout, l’instinct de survie est là, jusqu’au bout on cherche toutes les possibilités et on n’abandonne pas. On se résigne à la mort tout en gardant son sang froid et en tentant une issue. C’est très particulier comme expérience et ceci permet de mettre de la distance entre les contraintes du quotidien et les objectifs de vie, même si le stress revient au galop. Danny Boyle ne tombe à aucun moment dans le pathos gratuit. Il signe un film à la fois fun et détaché, certes tape à l’oeil mais pour ma part tout est question de virtuosité dans la mise en scène.

 

N°11- « Le discours d’un roi » de Tom Hooper

le-discours-d-un-roi-225x300

Ce film du jeune Tom Hooper, conte une petite histoire dans le tumulte de la grande et un casting impressionnant.

C’est le genre de film qui m’exaspère et tombe très vite dans le sirop pour s’y engluer définitivement. Mais voilà, dans ce film, l’idée géniale du réalisateur est de justement profiter de ce quasi huit clos entre deux acteurs monstres (Colin Firth et Geoffrey Rush) pour raconter de façon fort originale un moment clé de l’histoire tout en livrant devant nous la naissance d’une très belle amitié.

Les rapports entre la royauté et le petit peuple sont parfaitement retranscrits, donnant à voir à quel point un monarque britannique peut se sentir dévoué à son « métier » mais très loin de la réalité, ne côtoyant jamais ses sujets et se sentant finalement extrêmement seul.

La truculence du médecin campé par Rush se confronte alors en permanence à la suffisance de ce roi. Un roi qui se refuse à perdre de sa superbe en acceptant d’avoir recours et besoin d’un prolétaire et surtout, de reconnaitre qu’il devient peu à peu son ami, son confident et un homme indispensable à sa fonction.

Le réalisateur arrive donc à dresser deux portraits des deux cotés de la barrière, à ciseler avec finesse ce qui fait qu’une amitié peut naitre entre deux individus que tout oppose. Mais surtout, il laisse aux deux acteurs la pleine mesure de leur talent, en optant volontairement pour une mise en scène très sobre et un choix de lieux limité et relativement épurés, afin que le spectateur se sente comme un patient, en confiance dans le décor. Ce film drôle et loufoque remporte donc tous les suffrages, même si d’élections, il n’est pas question ici, bien au contraire !

 

 N°10 – « the Tree of life » de Terrence Malick

 TheTreeOfLife-Affiche-210x300

Terrence Malick était attendu pour ce long métrage tel le messie, le film ayant mis cinq ans à sortir des tiroirs et 35 à sortir de sa tête. Malick est un réalisateur rare et culte, respecté de tous pour son intégrité jusqueboutiste et son amour de la nature, pour la quasi perfection de ses oeuvres, des « moissons du ciel » au « nouveau monde« .

Son film a été accueilli par des sifflets lors de sa projection cannoise, symbole d’une attente cinéphile un peu trop forte et d’une réaction des critiques toujours aussi imbécile. On aime brûler ses icônes, quitte à le faire sans réfléchir.

Il faut dire que son film s’avère être d’une naïveté confondante, d’un lyrisme appuyé par une bande-son aux coeurs angéliques qui peut faire sourire pour un peu qu’on regarde son travail d’un air narquois.

Des chuchotements de phrases philosophico-religieuses ponctuent un récit au final ultra croyant en un dieu, EN un créateur, en cette nature si belle et si fragile. Un film qui rendra donc réfractaires les personnes athées et plus sensibles les croyants et les agnostics.

La mise en place de l’histoire est assez longue via une succession de tableaux de toute beauté sur la création du monde, comparable forcément à l’introduction culte de « 2001, l’Odyssée de l’espace » de Stanley Kubrick où l’on voyait des singes découvrir l’utilisation de l’outil et envoyer un os en l’air qui se transformait en vaisseau spatial.

Le film est déroutant à bien des titres. On est chez du pur Malick, son film le plus personnel, qu’il couve depuis qu’il a 30 ans, une ode à la nature et à la magie de la création, de l’évolution, de la vie et une relativisation des codes sociaux au regard de l’immensité de cette nature. L’homme et sa fierté, son égo, est bien peu de choses et passe à côté de l’essentiel.

Terrence Malick arrive à capter la construction d’un individu, d’un caractère par des sons et des images découpées de la vie quotidienne d’un jeune garçon des années 50. On le voit avec ses deux frères, sa mère douce et soumise et son père dur et soucieux d’élever des trois garçons à la baguette car la vie est pour lui une lutte où seuls les forts s’en sortent. Tiraillé entre les deux, entre la force et la douceur de cette même nature qui l’a créé, son père et sa mère, il va adorer l’une et détester l’autre avant d’en accepter la dualité, d’accepter la violence et la cruauté du destin, et de se tourner vers la foi en la création comme seul véritable réponse au sens de sa vie. « Père, mère, je vous porte en moi«   déclare Jack. Un beau résumé du film, un film sur l’acceptation de ses racines, et leur dépassement, qui est le sens même de l’évolution, au sein d’une espèce, au sein d’une vie d’homme, de l’infiniment grand à l’infiniment petit, tout est question de cycle.

La narration ou l’absence de narration est donc la clé de voute de ce poème, de cette prière qui divisera encore longtemps les critiques. Un vrai parcours spirituel vers Dieu. La mise en scène est sublime, les plans séquences contemplatifs, la photographie impeccable. Malick reste humble face à son propos. Son oeuvre est inclassable et lumineuse, de l’éveil à la mort tout comme à l’amour.

Il nous donne à voir un questionnement sur le sens de la vie et de l’évolution. Pourquoi connaitre tant de sentiments variés si c’est pour mourir de façon aussi rapide et vivre de façon aussi éphémère qu’un être moins évolué et moins doté de cette intelligence ? A quoi sert alors cet aboutissement supposé qu’est l’homme ?

 

 N°9 – « X-men first class » de Matthew Vaughn

X-Men-First-class-photo-21

« X-men first class » est l’adaptation très attendue d’une série de comics books déclinant les célèbres X-men au tout début, lors de la création de l’école du professeur Xavier et l’histoire de l’amitié puis de la lutte entre Xavier et Magneto.

L’objectif clairement affiché du long métrage était de faire oublier les deux derniers films de la franchise, catastrophiques sur le plan artistique. Rassurez-vous, le pari est non seulement réussi mais dépasse même toutes les attentes.

En effet, l’équipe de production utilise habilement le contexte socio politique de l’époque des années 60. Le film est intelligent et surfe sur une uchronie à la manière des « Watchmen » pour marquer les racines des prises de consciences des mutants mais avec le fun et la nonchalance des sixties. La musique, les costumes et les codes couleurs ancrent la naissance de leur positionnement politique dans une période où les plus grands dangers et les plus grands espoirs se côtoyaient.

Le scenario prend le temps sur quelques scènes de rendre crédible l’amitié et le respect des deux personnages et parceque les acteurs ont un charisme évident. James McAvoy tord le cou au coté froid et intello de Xavier en montrant un homme brillant mais jeune et fêtard tout en restant « so british ». Michael Fassbender apporte à son Erik — Magneto une subtilité et une graduation dans la violence que même l’excellent Ian Mckellen restituait moins bien en vieux Magneto dans les premiers X-mens. L’acteur donne à son personnage assez de froideur et de masculinité bien frappée mais aussi de fêlures pour nous le rendre sympathique et comprendre son choix. Et quoi de plus idéal qu’un futur méchant que l’on comprend… Les effets spéciaux sont maitrisés et le scenario réserve son lot se surprises, y compris de trouvailles de mise en scène comme lors de l’entrainement.

Mais ce fond intelligent si rare dans un blockbuster n’est jamais développé au détriment de l’action. Tout comme dans un bon comic book, il n y a pas de lenteurs. Et comme Matthew Vaughn nous empile des scènes intimes et des vrais scènes dignes d’un James Bond, la sauce prend. Ici, l’aspect badass assumé et l’écriture des personnages permet au film d’atteindre un statut rare dans celui des films de supers héros, celui d’étalon. Il est à ce titre à classer du côté de « Batman, the dark knight« , « Watchmen« , ou « spiderman » même si perso Spiderman et son traitement patriotique par Sam Raimi me gonflèrent très sérieusement.

Bref, le film est très bon bien que tourné-monté en très peu de temps. Chapeau bas à Matthew Vaughn, Bryan Singer et leur équipe de production. X men va probablement repartir sur une nouvelle série fort sympathique.

 

N°8-  « Une séparation » d’Asghar Farhadi

UNE_SP-1

L’ours d’or  2011 est un film brillant et original sur la place de la femme en Iran mais aussi l’investissement de l’homme et son positionnement dans le cercle familial.

Une mention spéciale doit être faite au casting (Sareth Bayat, Sarina Farhadi, Leila Hatami, Kimia Hosseini, Shahab Hosseini) , irréprochable et récompensé par l’ours d’argent tant pour la distribution féminine que masculine. Il est vrai que le film repose énormément sur eux mais aussi sur son scénario, malin, qui part d’une situation banale pour embrasser une étude de moeurs originale car peu vue au cinéma, celle du couple en Iran aujourd’hui, vu de l’intérieur.

La comparaison est donc faite des rapports sociaux entre une classe moyenne qui s’en sort et vit confortablement et une classe sociale pauvre, davantage tournée vers la religion. Que veulent dire justice et morale dans chacun des couples et quelles en sont les limites quand la survie de la famille en dépend ? Ces thèmes vont se dessiner peu à peu à partir d’une histoire a priori simple qui va basculer à cause d’un accident.

Au-delà du drame et de la tension de l’excellent scénario, l’intérêt majeur est donc cette vision moderne qu’il renvoie de l’Iran. Le couple qui se sépare est ancré dans le 21ème siècle. Nader éduque sa fille pour qu’elle soit libre et indépendante, qu’elle fasse ses propres choix et ne dépende de personne et surtout pas des hommes. D’ailleurs c’est sa femme qui souhaite partir pour vivre à l’étranger et ne plus supporter les contraintes sociales et politiques. Mais il ne la retient pas, il la laisse libre. Et à trop vouloir jouer à cette modernité, elle qui voudrait qu’il la retienne et lui trop fier pour lui courir après, ne va t-on pas vers une désagrégation du couple plus inéluctable ? C’est qu’en milieu européannisé, on se sépare plus vite car les carcans religieux et sociaux ont bien moins d’emprise pour faire tenir un couple dans la tourmente.

Mais le réalisateur ne critique pas l’Occident, non, il tente de comparer les deux voies pour en faire ressortir les défauts inhérents. La voie religieuse du couple pauvre qui accuse n’est pas non plus la plus solide puisqu’au nom d’un honneur sur la base du Coran, on préfère mentir à son conjoint et travestir le tout. Au final, le mensonge et la peur de renoncer à sa fierté sont partout et aboutissent à la même chose. La liberté ou la contrainte de dogmes n’y font rien. Quand la confiance n’est plus là, que les règles propres au couple lui même sont violées, ce dernier explose.

« Une séparation » parle des tabous de ce grand pays et de leurs limites très rapidement atteintes. Il parle aussi de la fin de l’adolescence, de l’entrée dans l’âge adulte, dur, où il faut apprendre à vivre à plusieurs et séparément car les parents disparaissent, les couples ne sont pas éternels, et la fierté de l’individu reste au final un point de repère essentiel pour suivre une route, quelle qu’elle soit.

Ce qui vous attend en 2011 au cinéma – Partie 2 : les films d’auteurs

2 janvier, 2011

Après le dossier sur les bons gros blockbusters qui vous attendent en 2011, voici les films d’auteur !

L’exercice de sélection auquel je me suis livré est plus délicat et parcellaire car de nombreux films seront découverts au sein des festivals et seront ou non prêts pour 2011. Et ce genre de films réserve bien plus de surprises que les grosses machines.

Voici en tout cas un avant-goût des premiers rendez-vous ciné que vous êtes certains de voir passer en 2011.

« Somewhere » de Sophia Coppola

Avec Stephen Dorff, Elle Flanning 

Ce qui vous attend en 2011 au cinéma - Partie 2 : les films d'auteurs dans Bandes-annonces Somewhere_affiche

La fille de papa Francis-Ford revient donc après son très controversé « Marie-Antoinette » avec ce film centré sur une star un peu paumée qui va devoir changer sa vie quotidienne de débauche quand sa fille adolescente débarque chez lui. Le film fut auréolé du lion d’or à Venise en septembre 2010 mais dans un rumeur de favoritisme de la part de Quentin Tarantino, président du jury et ex de Sophia Coppola. La raison ? Le film est semble t il mineur dans la filmo de cette dernière. Nous jugerons sur pièce.

Sortie le 5 janvier 2011

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

« Les chemins de la liberté » de Peter Weir

Avec Ed Harris, Colin Farrell, Jim Sturgess

Les-Chemins-de-la-Liberte-Affiche-poster-France dans Ce qui vous attend au cinéma (sélection du Blanc Lapin)

Le réalisateur de « The truman show » revient avec un film adapté d’un grand classique de la littérature, « A marche forcée » de Slavomir Rawicz, soldat polonais ayant travaillé dans des
goulags. Une troupe de prisonniers s’évade d’un camp de travail sibérien dans les années 1940.

L’accueil critique de ce film est impressionnant et le casting aussi. Probablement le film de ce mois de janvier à ne pas louper.

Sortie le 26 janvier 2011

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

« Animal Kingdom » de David Michod

Avec Guy Pearce

animal_kingdom_ver2 dans Dossiers

C’était la surprise du festival de Sundance 2010 où il a remporté le grand prix.

Un jeune homme de 17 ans devient témoin sous haute protection contre sa famille mafieuse. Un policier tente de gérer la situation et de le protéger.

Sortie le 27 avril 2011

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

« Le discours d’un roi » de Tom Hooper

Avec Colin Firth et Geoffrey Rush

le-discours-d-un-roi-affiche_335337_34270 dans Films

C’est l’un des grands favoris pour les oscars. Colin Firth confirme sa côté d’amour auprès des critiques et du ciné indépendant en interprétant le Roi Georges VI d’Angleterre suite à l’abdication de son frère Édouard VII, lui même un peu trop proche de régime Nazi. Le film se concentre sur sa relation avec son thérapeute du langage, qui va l’aider à surmonter ses troubles d’expression extrêmement gênants pour sa fonction.

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

« Black Swan » de Darren Aronofsky

Avec Natalie Portman, Vincent Cassel, Mila Kunis

black_swan_xlg dans Films - critiques perso

Mon chouchou dans les réalisateurs quadras, auteur de « the fountain » ou « Requiem for a dream » devient enfin reconnu de tous. Après « the Wrestler » avec Mickey Rourke et un lion d’or à Venise, il revient avec cette histoire de ballerine prête à tout pour obtenir un rôle dans « Le lac des Cygnes ». Mais une nouvelle recrue rivale va la faire basculer dans bien des traumas. Natalie Portman est parait-il impressionnante et la critique est unanimement excellente. L’un des moments forts de 2011, probablement.

Sortie le 9 février 2011

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

« True Grit » de Joel et Ethan Coen

Avec Jeff Bridges, Matt Damon, Josh Brolin

 dans Films series - News de tournageCoen-Brothers-True-Grit-Poster-2010

Les frères Coen sont de nouveau en pleine forme et enchainent les succès, retrouvant the Dude, Jeff Bridges.

Une jeune fille de quatorze ans veut venger la mort de son père, tué de sang-froid. Elle engage un Marshall alcoolique réputé pour avoir la gâchette facile.

La critique est bonne, le premier week-end au box-office américain a réussi à rembourser le budget, le plus gros succès des Coen. Ce western est un remake de « 100 dollars pour un shériff » avec John Wayne mais gageons que la vision des Coen sera moins républicaine.

Sortie le 23 février 2011

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

« 127 heures » de Danny Boyle

Avec James Franco

127-heures

Le réalisateur de « Trainspotting » a le vent en poupe depuis son multi oscarisé « slumdog millionaire » et ses deux précédents succès « sunshine » et « 28 jours plus tard« . Il engage l’acteur qui monte, James Franco, pour interpréter Aron Ralston, un alpiniste se retrouvant bloqué au fond d’un canyon isolé de l’Utha. Le film est basé sur une histoire vraie.

Il est favori pour nombre de prix tant la critique est excellente. Le jeu de James franco tout comme les idées de mise en scène de Danny Boyle sont louées par la presse.

Sortie le 23 février 2011

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

« Never let me go » de Mark Romanek

Avec Keira Knightley, Andrew Garfield, Carey Mulligan

never-let-me-go-poster

Trois amis, élevés dans un pensionnat à l’écart du monde, vont découvrir qu’ils sont en réalité des clones dont l’existence a pour unique objectif le don de leurs organes…

Le film est précédé d’un bon buzz et la bande-annonce donne envie. Avec Andrew Garfield, le prochain Sider man, qu’on va voir dans pas mal de films en 2012…
Sortie le 2 mars 2011

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

« Route Irish » de Ken Loach

route-irish-ken-loach

Ken Loach débarque en Irak et s’intéresse à la vie de deux agents de sécurité et à leur quotidien.

Le film a été bien accueilli à Cannes sans provoquer d’enthousiasme, comme tous les Ken Loach, la critique faisant souvent la fine bouche face à l’un des plus grands réalisateurs britanniques. A trop leur pondre de bons films, ils ne font plus la distinction !

Sortie le 9 mars 2011

 

« Ma part du gâteau » de Cédric Klapisch

Avec Karin Viard, Gilles Lellouch, Audrey Lamy

karin_viard_reference

Gilles Lellouch confirme sa montée en puissance en décrochant le premier rôle du nouveau film du réalisateur de « l’auberge espagnole« . Karin Viard est toujours excellente. Klapisch en revanche a plutôt moyennement réussi ses dernières oeuvres. Je l’attend avec curiosité mais sans plus.

Sortie le 16 mars 2011

 

« Cirkus Columbia » de Danis Tanovic

Cirkus-Columbia-1-32605

Le réalisateur bosniaque avait frappé fort avec « No Man’s land » puis s’est vautré avec « l’enfer » puis avec « eyes of war » dans une moindre mesure. Il retourne au pays et raconte l’histoire du retour d’un bosniaque dans son pays justement, en pleine guerre.

Espérons que Tanovic revienne aussi à une chronique sociale plus pertinente et moins ambitieuse.

Sortie le 16 mars 2011

 

« Les géants » de Bouli Lanners

25aout10_blogcasbe

Autant « Ultranova » m’avait emmerdé, autant « Eldorado » m’avait enthousiasmé par son humour farfelu et ses longs silences. Le copain belge de Poelvoorde, Bouli Lanners, n’est pas qu’un second rôle qui monte, et ce nouveau filme m’intrigue. Zak, 14 ans, et Seth, 13 ans, se retrouvent seuls et sans argent dans la maison de campagne familiale, leur mère ayant déserté.

Sortie en mars 2011

 

« Chez Gino » de Samuel Benchetrit

Avec José Garcia, Anna Mouglalis, Samuel Benchetrit, Bouli Lanners, Sergi Lopez, Jean-Louis Trintignant

jean-louis-trintignant_brigitte-enguerrand.1261839131

Benchetrit m’avait sérieusement gonflé avec « Janis and John« . En revanche son « j’ai toujours rêvé d’être un gangster » était une belle réussite de film à sketches avec un Edouard Baer et une Anna Mouglalis excellents. Ici l’intérêt pour moi est de pouvoir revoir Jean-Louis Trintignant dans un bon film, 15 ans après l’arrêt de sa carrière. Espérons que ce soit réussi !

Sortie en le 6 avril 2011

 

« La proie » de Eric Valette

Avec Albert Dupontel, Alice Taglioni, Sergi Lopez

Albert-Dupontel-tres-Vilain-envers-un-presentateur-TV_image_article_paysage_new

Un braqueur s’évade de prison pour retrouver son ex codétenu, tueur en série qui lui attribue tous ses crimes.

Après « une affaire d’état » avec Dussolier et Thierry Frémont, on attend ce nouveau thriller dont le casting est plutôt sympathique.

Sortie en le 13 avril 2011

 

« Detective Dee » de Tsui Hark


34rg8dx

Le réalisateur hong kongais est très inégal et réalise plus vite que son ombre. Mais ce film fut très bien accueilli par la presse dans les festivals.

En 690, une série de morts mystérieuses frappe les membres de la cour de l’impératrice Wu. Elle demande au détective Dee de démasquer le criminel.

Sortie en le 20 avril 2011

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

« Source code » de Duncan Jones

Avec Jake Gyllenhaal et Michelle Monaghan

duncan-jones-source-code-gets-a-trailer-00-470-75

Après son excellent premier film, « Moon« , le fils de David Bowie revient avec cette histoire de soldat chargé de déjouer un attentat dans un train, revivant sans cesse sa journée.

Cà sent le bon film…ce type est ultra doué.

Sortie en le 4 mai 2011

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

« A dangerous method » de David Cronenberg

Avec Viggo Mortensen, Michael Fassbender, Keira Knightley

59144792

David Cronenberg retrouve son fidèle Viggo Mortensen après deux de ses plus grands films, « history of violence » et « les promesses de l’ombre« . Viggo endosse le rôle de Sigmund Freud et Fassbender celui de Carl Jung, confrontés à une patiente de Jung. C’est un candidat idéal pour Cannes 2011.
Sortie en indéterminée

 

« La peau que j’habite » de Pedro Almodóvar

Avec Antonio Banderas, Marisa Paredes

19505776

Almodovar retrouve son acteur de ses débuts, Antonio Banderas, pour un film qui s’annonce comme sombre et violent. Probablement à Cannes.

Sortie en indéterminée

 

« La conquête » de Xavier Durringer

Avec Denys Podalydès, Florence Pernel, Hippolyte Girardot

La-conqu%C3%AAte

Durringer ose raconter la conquête du pouvoir par Nicolas Sarkozy de 2002 à 2007. Il confie le rôle à Podalydès, pas très ressemblant mais bon…

Sortie en le 11 mai 2011


« The Tree of life » de Terrence Malick

Avec Brad Pitt, Sean Penn

brad-pitt-the-tree-of-life-terrence-malick

Terrence Malick est l’un des grands maitres d’aujourd’hui, il n’a signé que des bijoux, “la ligne rouge“, “les moissons du ciel“, “badlands“, “le nouveau monde“.

On attend son nouveau chef d’oeuvre depuis 1 an…il devait le présenter à Cannes, puis à Venise mais il prend son temps pour le monter son “Tree of life“, un trip sur la vie, le cycle de la vie, le destin, l’incidence des choix individuels sur plusieurs vies…son film est très ambitieux, un vieux projet de 30 ans et certains rêvent déjà que le cinéaste nous offre son « 2001, l’odyssée de l’espace » à lui.

Cette première bande-annonce est magnifique et laisse présager que l’un des grands films de 2011 sera probablement « Tree of life »!

Sortie en mai 2011

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

« Habemus Papam » de Nanni Moretti

Avec Michel Piccoli

swisstxt20090217_10341698_3

Le réalisateur italien le plus connu en activité s’intéresse à la vie d’un pape tout juste nommé. Etrange de la part du cinéaste et très bonne nouvelle de voir sieur Michel Piccoli en premier rôle. Une sélection cannoise est à prévoir.

Sortie le 7 septembre 2011

 

« L’ordre et la morale » de Mathieu Kassovitz


l-ordre-et-la-morale-polemique-chez-mathieu-kassovitz1
Kassovitz revient à un cinéma plus engagé, ses films de SF ou ses thrillers ayant été des échecs commerciaux et critiques. Il s’intéresse à la prise d’otage de la grotte d’ouvéa en 1988 par des indépendantistes Kanaks où tout dérapa dans l’entre deux tours de la présidentielle entre Chirac et Mitterrand.

Sortie le 7 septembre 2011


« Un heureux évènement » de Rémi Bezançon

Avec Louise Bourgoin, Pio Marmai, Josiane Balasko


pio-marmai
Après le succès de « le premier jour du reste de ta vie« , Rémi Bezançon est attendu. Le sujet, celui de la paternité et de la maternité, de la révolution qu’elle implique sur une vie, peut être très casse gueule. On espère qu’il en sortira la tête haute.

Sortie le 21 septembre 2011


« Intruders » de Juan Carlos Fresnadillo

Avec Clive Owen, Daniel Bruhl, Carice Van Houten

Inglo2-300x199

Le réalisateur de « 28 semaines plus tard » revient à l’horrifique avec une fillette de 11 ans confrontée à ses démons…on espère qu’il transformera l’essai et tout le bien que je pense de lui.

Sortie le 12 octobre 2011


« Polisse » de Maïwen

Avec Karin Viard, Marina Fois, Joey Star, Nicolas Duvauchelle

18673884
Après son excellent « le bal des actrices« , la jeune femme qui agace 50% des critiques va t-elle renouveler l’essai ? En tout cas le casting est sympa.
Sortie le 19 octobre 2011

 

« Restless » de Gus Van Sant

Restless-film-Affiche-01-675x1000

Gus Van Sant fait ce qu’il sait le mieux faire, s’intéresser aux émois d’adolescents. Ici, un garçon et une fille sont fascinés par la mort et tombent amoureux. La bande-annonce fait un peu peur et comme Gus est capable du pire (« Will Hunting », « A la recherche de Forrester ») comme du meilleur (« Mala Noche », Drugstore Cowboys », « Elephant », « My Own private Idaho »)…on attend gentiment les critiques…

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

« Poulet aux prunes » de Marjane Satrapi, Vincent Paronnaud

POULET_AUX

Après « Persepolis« , la réalisatrice adapte son autre succès en BD.

Sortie le 26 octobre 2011

 

« L’Invention D’Hugo Cabret » de Martin Scorsese

 7056ead0201e4f179feaddb1c15d735f

Avec Jude Law, Ben Kingsley, Sacha Baron Cohen

Scorsese réalise son premier film « familial » et ceci fait peur mais bon, je vois mal le grand Martin tomber dans le sirop. Il s’agit d’un film « steam punk » se déroulant en 1931 à Paris, où un enfant de 12 ans orphelin va rencontrer George Méliès, un robot et bien d’autres évènements dans le but de retrouver des traces de son père défunt.

Sortie à Noel

 

« The Girl With The Dragon Tattoo » de David Fincher avec Daniel Craig

 Dragon-Tattoo_1544980f

David Fincher est aujourd’hui un maitre reconnu et son « the social Network » devrait asseoir définitivement son statut de grand réalisateur bankable. Avant de s’attaquer à sa propre version sombre de « 20.000 lieues sous les mers », il met en boite la version américaine du premier livre de la série « Millénium ». Dans la mesure où des films viennent juste d’être réalisés et sont plutôt réussis, ce projet semble plus mineur et commercial dans sa filmographie. Mais son talent de mise en scène devrait aider.

 

« Now » d’Andrew Niccol

 ee4998df89311160-11

Avec Amanda Seyfried, Cillian Murphy, Justin Timberlake

Le réalisateur de « Bienvenue à Gattaca » revient à la science-fiction avec Justin Timberlake qui après « the social Network » confirme qu’Hollywood le prend au sérieux en tant qu’acteur et ne considère pas que la pop star fait juste un caprice. Notez, il est plutôt bon acteur. Avec les traits toujours aussi intrigants de Cillian Murphy, cette histoire où l’humanité a trouvé la jeunesse éternelle moyennant finances peut être une nouvelle réussite de la part d’Andrew Niccol dans le genre SF.

 

« Melancholia » de Lars Von Trier

 VMAN_10_007

Avec Charlotte Gainsbourg, Kiefer Sutherland, Alexander Skarsgard

Charlotte Gainsbourg retrouve celui qui lui a valu le prix d’interprétation à Cannes en 2009 avec le pétard mouillé qu’était « Antichrist ». Le réalisateur danois réunit Monsieur « 24 heures » qui tente son come-back au grand écran ainsi que le vampire le plus sexy de « True blood ». On sait peu du film à part qu’il s’agira de science-fiction. Je n’aime pas Lars Von Trier mais je ne demande qu’à être surpris.

 

« Contagion » de Steven Steven Soderbergh

 slice_contagion_steven_soderbergh_marion_cotillard_matt_damon_jude_law_gwyneth_paltrow_kate_winslet_01

Avec Matt Damon, Kate Winslet, Jude Law, Gwyneth Paltrow, Marion Cotillard

Soderbergh continue à tourner deux films par an et revient à la SF en s’intéressant à la propagation d’un virus mortel sur la planète. Soderberg est inégal de film en film, nous verrons.

 

« The Grandmasters » de Wong Kar-Wai

 The-Grandmasters-Poster-3

Avec Tony Leung, Gong Li

Le célèbre réalisateur sera t il prêt pour Cannes avec ce film sur le maitre en arts martiaux de Bruce Lee. Un sujet très original pour le réalisateur de « In the mood for love » et un casting brillant avec les deux superstars asiatiques, Tony Leung et Gong Li.

 

Voilà, bien des oublis bien entendu, surtout côté asiatique où les annonces de sorties ne sont pas encore déterminées mais ça vous donne une idée des premiers rendez-vous assurés cette année !

Ce qui vous attend en 2011 au cinéma – Partie 1 : les blockbusters et les comédies grand public

1 janvier, 2011

Comme l’an dernier, je me suis amusé à répertorier quels sont les futurs films qui feront parler d’eux en mal ou en bien en 2011. Nous aurons des surprises, fort heureusement, au grès des festivals.

Commençons par les bons gros blockbusters !

« The green hornet » de Michel Gondry

Avec Seth Roghen, Cameron Diaz, Christoph Waltz

Ce qui vous attend en 2011 au cinéma - Partie 1 : les blockbusters et les comédies grand public dans Bandes-annonces the-green-hornet-3858-786091847

Le français le plus américain du cinéma, qui s’est fait connaitre sur les clips de Bjork puis sur « Eternal sunshine of the spotless mind« , « la science des rêves » ou « rembobinez, soyez sympas », va donc sortir son premier gros film d’action. Pour cette adaptation d’une série TV des années 70, il a choisit le kitsch en conservant le look daté de la série et en optant pour l’humour. Si la première bande-annonce laissait craindre le pire, les premiers retours des screen tests sont excellents.

Sortie le 12 janvier 2011

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

« Le dernier des templiers » de Dominic Sena

Avec Nicolas Cage, Ron Perlman 

 154109_136040016450610_136039463117332_173004_925815_n dans Ce qui vous attend au cinéma (sélection du Blanc Lapin)

Un ex croisé et son compagnon de route sont chargés d’escorter une jeune femme accusée de sorcellerie jusqu’à un monastère où elle sera jugée.

C’est parceque je n’attend rien de ce film ni d’aucun film avec Nicolas Cage depuis dix ans, à part sa nouvelle coupe de cheveux, que ce film m’intrigue. Ce peut être une surprise ou un nanar de plus dans sa filmo récente.

Sortie le 12 janvier

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

« Au-delà » de Clint Eastwood

Avec Matt Damon et Cécile de France

Au-Dela-film-hereafter-Affiche-France-747x1000 dans Dossiers 

Clint passe à la science fiction pour un film centré sur le drame du tsunami avec notre petite française Cécile de France en haut de l’affiche. La bande-annonce fait très très peur, dans le sens « ça a l’air bien consensuel et bourré de bons sentiments ». Eastwood est capable du pire comme du meilleur et la fournée de cette année a l’air aussi mauvaise que celle de l’an passé avec son sirupeux « invictus ». Clint, vous avez 81 ans, tentez de réussir le prochain, le « Hoover » avec Di Caprio…ce serait sympa.

Sortie le 19 janvier

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

« Rien à déclarer » de Dany Boon

Avec Dany Boon et Benoit Poelvoorde

 2523 dans Films

Avec cette histoire de douanier avec un Poelvoorde visiblement en grande forme, Dany Boon tente le second carton après « bienvenue chez les ch’tis ». Il n’arrivera pas à faire aussi bien car ce genre de phénomène au box-office est très rare. Mais ce peut être LE numéro un du box office français 2011 puisqu’il sort en février, période idéale où tous les gros cartons comiques français sont sortis et car Boon dispose d’une grosse côte d’amour auprès du public. Niveau critique, il est probable qu’il se fasse dézinguer, c’est un sport national pour ceux qui ont eu du succès. Moi perso, je n’apprécie pas forcément son humour mais j’apprécie encore moins le lynchage. Et c’est ce qui pourrait arriver.

Sortie le 2 février 2011

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

« Numéro quatre » de DJ Caruso

I-am-number-Four-Numero-4-film-affiche-poster-01-675x1000 dans Films - critiques perso 

Voici un film de SF pour ados dont la bande-annonce est sympa mais qui risque de faire l’effet d’un soufflet. Des extraterrestres déguisés en jeunes ados trop beaux et trop intelligents sont poursuivis par des tueurs extra-terrestres. Whouah ! ça sent le film mémorable.

Sortie le 16 mars 2011

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

« Devil » de John Erick Dowdle

devil0010 dans Films series - News de tournage 

C’est une production Shyamalan, l’homme qui rate tous ses films depuis « Incassable ». Alors, en tant que producteur ça donnera quoi. Le teaser est marrant. Des personnes se trouvent coincées dans un ascenseur avec…le diable. Sympa.

Sortie le 20 avril 2011

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

« Water for Elephants » de Francis Lwrence

Avec Christoph Waltz, Robert Pattinson, Reese Witherspoon

 Pattinson-Water-For-Elephants-7

Un  jeune homme qui s’apprète à devenir vétérinaire, perd ses parents dans un accident. Il décide de rentrer dans un cirque ambulant. Le film se passe dans les années 30. Mais surtout, Robert Pattinson, le chouchou « twilight » des adolescentes va avoir un rôle trop mais alors trop taillé pour lui. Il va pleurer, vivre des trucs trop tristes et peut être jouer dans un bon film ? Non ? Faut pas rêver non plus, ce n’est que du cinéma ;-) )

Sortie le 20 avril 2011

« La fille du puisatier » de Daniel Auteuil avec Daniel Auteuil, Kad Merad

C’est la première réalisation de l’acteur, l’un des meilleurs de sa génération. Mais voilà, avec un titre pareil qui sent bien la France profonde et un casting pareil, j’ai comme un peu peur…peut-être un succès, le genre de film taillé pour en tout cas.

Sortie le 27 avril 2011

 

« Rise of the Apes » de Rupert Wyatt

Avec James Franco, Freida Pinto

 Rise-of-the-apes

Remake du quatrième film de la série de longs métrages des années 70 au tour de « la planète des singes », le film raconte comment Caesar, le premier singe intelligent, prit la tête de la rebelion contre les hommes. James Franco confirme son statut de star montante et en cas de succès, il sera lancé en orbite. Le film ne pourra pas être pire que l’original et sera probablement supérieur au très mauvais film de Tim Burton. Je suis curieux de voir le résultat.

Sortie le 20 juillet 2011

« Cars 2″ de John Lasseter

La suite du film Pixar me laisse perplexe car c’est le seul film du studio qui m’a vraiment donné envie de dormir…

sortie le 27 juillet

 

« Les Schtroumpfs » de raja Gosnell

 .affiche-schtroumpfs-le-film_m

L’adaptation en film avec de vrais acteurs et des schtroumpfs de synthèse de la BD belge est une idée assez saugrenue. Je pense qu’on peut faire pire que « scooby doo ». Si si. Mais les producteurs ont ils mangé tous les champignons ? that’s the question !

Sortie le 3 août

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

« The Eagle »

Avec Channing Tatum et Jamie Bell

channing-tatum-the-eagle-poster

Le film « Centurion » sorti cette année avec l’excellent Michael Fassbender s’est copieusement planté au box-office et au niveau critique. Le film directement concurrent s’appelle « the Eagle » et les producteurs doivent bien flipper de le sortir… La tête d’affiche est l’ancien mannequin Channing Tatum, qui tout doucement se creuse une place à Hollywood, de comédies nunuches en buddy movies puis en tentant peu à peu d’élargir les genres. Stratégie de carrière assez réfléchie. Le film se situe en Ecosse au deuxième siècle après JC. Un centurion romain et son esclave celte se confrontent à la disparition inexpliquée 20 ans plus tôt de toute une légion romaine, la Neuvième Légion, et aux mystères qui entourent ce cas.Jamie Bell (Billy Elliot) et le cultissime Donald Sutherland complètent le casting.Le réalisateur n’est pas manchot puisque Kevin MacDonald a signé « le dernier Roi d’Ecosse ».

La bande-annonce pulse !

Image de prévisualisation YouTube 

 

Green Lantern de Martin Campbell

 Ryan%20Reynolds%20Green%20lantern

Avec « Thor » et Cap’tain America », c’est l’autre super-héro super connu qui attend son adaptation depuis des lustres. Ryan Reynolds endosse le costume vert et tente un hold up sur les rôles bodybuildés pas trop cons genre Bruce Willis. L’échec est-il possible au box-office ? Peu probable. En tout cas la bande-annonce est carrément kitsch.

Sortie le 3 août

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

« Super 8″ de JJ Abrams

super-8-affiche_335438_34284 

Le créateur des séries « Alias » et « Lost » et réalisateur de « mission impossible 3″ et « star trek le reboot » revient avec un projet dans la même veine commerciale que « Cloverfield« , dont il était producteur. A savoir aucune info à part une bande-annonce ultra efficace (cf. ci-dessous).

Sortie le 3 août

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

« Captain America » de Joe Johnston

Avec Chris Evans, Samuel L. Jackson, Hugo Weaving

 cap11

Le plus patriotique des supers-héros américains, créé comme instrument de propagande voit donc enfin le jour au grand écran après 15 ans de tentatives.  Il faut dire que sortir un tel film sous l’administration Bush aurait été périlleux. Le réalisateur a pondu un honorable « Jurassik park 3″ et un gros navet l’an dernier, « the wolfman ». Quel angle les scénaristes auront-ils pris pour éviter de se prendre des tomates ou des bombes dans la tronche de la part de tous les peuples qui sont légèrement agacés de l’hégémonie culturelle américaine ? Même si le film est très mauvais au final, il sera intéressant de voir si il fonctionne au box-office mondial. ce n’est pas si certain que cela…

Sortie le 17 août 2011 

 

« Cowboys et envahisseurs » de Jon Favreau

Avec Daniel Craig et Harrison Ford

 cowboys+and+aliens

Le réalisateur des deux premiers « Iron Man » s’occupe de l’adaptation d’un comic book très récent à succès, où des Aliens envahissent la terre à l’époque du Far West, en 1800. Harrison Ford revient en haut de l’affiche en méchant repenti tandis que Monsieur James Bond, Daniel Craig, endosse un nouveau rôle de sauveur, histoire de préparer l’après James Bond ? En tout cas la bande-annonce est explosive !

Sortie le 31 Août

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

« Tron, l’héritage » de  Joseph Kosinski

Avec Jeff Bridges et  Garrett Hedlund

 Tron+legacy+New+movie+Poster

La suite du film « Tron » des studios Disney est en préparation depuis des lustres. Je n’attend pas vraiment ce film de SF dont l’original était dépassé avant sa sortie et qui est plutôt un film culte malade qu’un film culte tout court. Les critiques sont moyennes, le score au box office américain honorable mais il arrivera difficilement à rembourser son budget énorme de 170 M$ sur le sol américain.

Sortie le 9 février 2011

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

« World Invasion : Battle Los Angeles » de Jonathan Liebesman

Avec Aaron Eckhart, Michelle Rodriguez

battle-los-angeles 

Des extra-terrestres surgissent de nul part et détruisent tout, l’armée est envoyée sur Los Angeles. Le pitch n’a rien d’original et pourtant…le film est attendu et fait son buzz grâce à son casting avec Aaron Eckhart (Double Face dans Batman) mais surtout sa bande-annonce, qui donne très envie. Après le pitoyable « skyline » et les précédents navets comme « Independance day », va t’on enfin avoir droit à une invasion extra terrestre qui fait flipper ?

Sortie le 6 avril 2011

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

B.A.T. (bon à tirer) des frères Farrelly

Avec Owen  Wilson

B.A.T.-Bon-a-Tirer-film-poster-Hall-Pass-01

C’est le retour des réalisateurs de « fou d’irène », « dumb and dumber », « Mary à tout prix » ou encore « la femme de ses rêves ». Il s’agira d’un couple qui s’autorise une relation sexuelle avec une autre personne juste une fois.

Dans la finesse, on a fait mieux que les Farrelly mais ces derniers sont restés assez déjantés et d’un humour potache pour nous décrocher des bons sketchs. Ils osent tout et c’est cela qui est bien. Parfois c’est juste lourd façon Bigard, parfois c’est regressif et jouissif.

Sortie le 20 avril 2011

 

THOR de Kenneth Branagh

Avec Chris Hemsworth, Anthony Hopkins, Natalie Portman

452_Thor_Affiche_Officielle
Voici enfin l’adaptation d’un des comics books les plus connus de l’écurie Marvel du coté ricain, « Thor » où comment utiliser le dieu de la guerre des légendes d’Asgard pour en faire un super-héro. Natalie Portman s’essaie à nouveau au gros film après la saga « star wars » histoire d’assoir un peu plus son statut en alternant de film exigeant d’auteur (le black swan d’Aronofsky) avec des grosses productions. Kenneth Branagh revient à la réalisation dans un style très éloigné de ses adaptations shakespeariennes et tente un come-back. En tout cas, il est doué en tant que réalisateur. Le résultat, nous verrons. Curiosité.

Sortie le 27 avril 2011

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

« Sucker Punch » de Zack Snyder

Sucker_Punch_Poster_Awesome

Deux ans après avoir adapté l’inadaptable « Watchmen » et quatre ans après son premier gros carton, « 300« , Zack Snyder revient avec du lourd et ce n’est pas la bande-annonce qui démentira. Avec cet espèce d’Alice au pays des défoncés, ça va saigner ! Une jeune femme est internée afin d’être lobotomisée et tente de s’évader par son imaginaire. Au programme de la baston, des effets spéciaux et un imaginaire très développé et de grosses bombasses. On verra si c’est juste lourd et violent comme « 300″ ou si c’est plus fin comme « Watchmen ». Snyder doit encore prouver qu’il n’est pas qu’un simple faiseur et c’est l’occasion parfaite.

Sortie le 30 mars 2011

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

Pirates des Caraibes – la fontaine de jouvence

affiche-pirates-des-caraibes-4-sur-des-mers-inconnues 

Voici le film pour lequel Johnny Depp a lâché comme un con Terry Gilliam sur son Don quichotte. Pour 45 M$ de salaire…mais il aime tellement Jack Sparow qu’il va en faire encore plus dans la surenchère de jeu. Pénélope Cruz vient cachetonner et maintenir son aura d’actrice mondialement connue. Le réalisateur est Rob Marshall à qui l’on doit des comédies musicales insupportables comme « chicago » ou nine », ça promet !

Sortie le 18 mai

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

 

« X-Men first class » de Matthew Vaughn

Avec James McAvoy, Michael Fassbender, Kevin Bacon, Nicholas Hoult

xmen-first-class-500x3431 

C’est LE film blockbuster que j’attend le plus cette année car l’univers X-men est touffu et passionant et l’idée de raconter la jeunesse de Magneto et du professur Xavier est plutôt bonne. En effet, si Bryan Singer avait réussi les deux premiers films, Brett Ratner, en bon bourrin, avait pondu un film très mais alors très mauvais par la suite. Le « wolverine » de Gavin Hood fut aussi exceptionnellement vide. En confiant les reines au réalisateur de « kick ass » et en conservant Bryan Singer à la production, le film a plus de chances d’être réussi. Même si j’ai trouvé assez mauvais « kick ass », j’avais apprécié « stardust », le précédent film de Vaughn. Dans la mesure où Darren Aronofsky s’occupe de « Wolverine 2″, le studio a semble t’il cherché à s’entourer de talents pour la suite. La grosse attente.

Sortie le 1er juin 2011

« Don’t be afraid by the dark » de Troy Nixey avec Guy Pearce et Katie Holmes

Une enfant vient habiter un manoir avec son père pour le restaurer. Mais des monstres se tapissent au fin fond de la maison.

Ce film d’épouvante devait être réalisé par Guillermo del Toro, superstar du film d’héroic fantasy. Ce dernier se contente de produire le film après l’avoir développé. Il attire donc logiquement la curiosité.

Sortie le 15 juin 2011

 

Transformers 3 de Michael Bay

Le retour des robots du poète Michael Bay, l’homme à qui tout blockbuster réussit, même le plus con. Et il arrive à nous suprendre en faisant de plus en plus débile. Respect.

Sortie : on s’en fout

 

L’âge de glace 4 : la dérive des continents

affiche-l-age-de-glace-4-la-derive-des-continents 

Les trois premiers ont eu un tel succès critique et public que forcément, on a droit à un quatrième. La lassitude ne pourrait-elle pas gagner le public ?

Sortie le 4 juillet 2011

 

Harry Potter et les reliques de la mort partie 2

AfficheHarryPotter7onewayonefateonehero080836 

Enfin ! C’est finis! Et vous savez-quoi ? Tant mieux. J’ai vu tous les films et fait plein d’efforts pour accrocher mais au final, je me suis très souvent ennuyé. Certes, les effets spéciaux sont top, voir grandir les enfants c’est trop sympa. Mais je trouve vraiment le scénario global vide. Tout ça pour ça! Huits films pour raconter un truc pareil ? J’adore l’héroic fantasy mais quand elle est un peu plus fun, qu’elle se prend moins au sérieux ou au contraire plus au sérieux. Là, c’est mou, flasque, chiant. Je ne regretterai pas le binoclard, certainement pas.

Sortie le 13 juillet 2011

 

« Les aventures de Tintin : Le secret de la Licorne » de Steven Spielberg

17604_les_aventures_de_tintin__le_secret_de_la_licorne_the_adventures_of_tintin_secret_of_the_unicorn__tintin003 

Ce film est en gestation depuis au moins 15 ans et en post production depuis 3 ans puisque Steven Spielberg, le roi du succès au box-office avec James Cameron, a justement utilisé la technologie d’Avatar pour donner des traits fidèles aux héros d’Hergé tout en les faisant interpréter par de vrais acteurs.

Le résultat est attendu de pied ferme par les fans du reporter mais aussi des cinéphiles qui se demandent si Spielberg réussira de nouveau cet exploit technologique et artistique de respecter l’oeuvre et l’esprit de la bande-dessinée tout en lui donnant un vrai relief. Peter Jackson, Monsieur « seigneur des anneaux », s’est associéc avec Spielberg pour produire le film et réaliser sa suite…mais un certain « Hobbit » pourait contrarier le planing en cas de succès…

Sortie le 26 octobre

« On ne choisit pas sa famille » de Christian Clavier avec Christian Clavier, Jean Reno, Muriel Robin

Et bien si ! On choisit sa famille. La preuve avec le casting de fidèles que Clavier a réuni pour son premier film. Christian Clavier s’est auto-caricaturé ces vingt dernières années voguant de navets comiques en d’autres navets avec son complice Jean-Marie Poiré, auteur des « Visiteurs ». Ce n’est pas du snobisme de ma part. C’est juste que son humour ne me fait pas rire. Je le trouve grotesque et souvent irrespectueux de son public. On n’enquille pas des comédies comme des boites de conserve.

Sortie le 9 novembre 2011

 

« Or noir » de Jean-Jacques Annaud

Avec Tahar Rahim, Antonio Banderas

tahar_medium 

Annaud est le roi du box-office hexagonal question grosses productions et se trouve être le seul réalisateur français à franchir régulièrement les frontières et à exercer son métier à Hollywood. D’un début fulgurant avec « La victoire en chantant« , « Coup de tête » ou « la guerre du feu« , il a réussi le grand plongeon hollywoodien avec « le nom de la rose« , « l’ours« ,  »l’amant », « stalingrad », « sept ans au tibet », « deux frères ». Que des succès. Son seul four fut le précédent, « Sa majesté Minor » avec Vincent Cassel et José Garcia, un film lourdeau brisé par la presse et boudé par le public.

Si je n’aime pas tout ce que fait Annaud, trouvant  que ses films manquent de consistance, je reconnais bien volontier qu’il a de la suite dans les idées, qu’il est talentueux comme metteur en scène. Et je trouve ceci dommage qu’il n’atteigne plus le niveau du « nom de la rose ». Avec ce film, il renoue avec une histoire imaginaire dans un royaume arabe au temps de la découverte du pétrôle et embauche la découverte de l’an dernier dans « un prophète » de Jacques Audiard, Tahar Rahim ainsi qu’Antonio Banderas, qui tente de redresser une carrière en berne.

J’espère qu’Annaud réussira son coup et pas seulement au box-office.

Sortie le 23 novembre 2011

 

« Mission impossible 4″ de Brad Bird

Le réalisateur des studios Pixar, à la tête de « Ratatouille » et « les indestructibles » passe à la mise en scène de longs métrages sans animation, avec de vrais acteurs. Tom cruise a failli ne pas être engagé une quatrième fois tant sa côte à Hollywood est en chute libre depuis cinq ans, les divers flops et sa scientologie un peu trop voyante ayant eu raison de la patience des studios. J’en suis navré pour lui. Moins pour le cinéma dans son ensemble. Je n’ai jamais apprécié cet acteur. Fade.

new344x44113322649-1-fre-FRTom-Cruise-accepte-une-nouvelle-Mission-Impossible

Sortie le 21 décembre 2011 

 

« Life of Pi » de Ang Lee

 

Un jeune indien fait naufrage lors d’un voyage vers le Canada. Il se retrouve sur un radeau de survie avec un orang-outang, un zèbre, une hyène et un tigre du Bengale. Ce film est en projet depuis dix ans et c’est Jean-Pierre Jeunet qui devait s’y coller. Finalement, le film atterit entre les mains du réalisateur de « Brokeback moutain », « garçon d’honneur » ou « tigre et dragons ». Projet curieux en perspective…

Sortie le 12 décembre

Voici donc la première partie des évènements 2011 au ciné. Vous avez dû constater en lisant que moins de la moitié de ces films présentent pour moi un intérêt. On va se rattraper avec les films d’auteur dans la seconde partie de ce dossier…

Ce qui vous attend au ciné en 2010…Partie 3 : Les films d’auteurs

7 janvier, 2010

Suite et fin du dossier…
« Tree of life » de Terrence Mallick Avec Brad Pitt et Sean Penn

Synopsis : De la Préhistoire à la Première Guerre mondiale, une vision métaphorique de la génèse le Terre et de l’Humanité.

Ce qui vous attend au ciné en 2010...Partie 3 : Les films d'auteurs dans Ce qui vous attend au cinéma (sélection du Blanc Lapin) treeoflife

Pourquoi est-il attendu ?  Parceque ce sera peut-être le film de l’année voir de la décennie !! Depuis la mort de Stanley Kubrick, un seul réalisateur provoque un tel engouement. il faut dire que signer deux excellents films, « les moissons du ciel » et « badlands », se planquer durant 20 ans puis revenir pour pondre deux chefs d’oeuvres, « la ligne rouge » et « le nouveau monde »…c’est comment dire ? pas banal !

Avec Brad Pitt (décidément inspiré) et Sean Penn, Malick va tenter son film le plus ambitieux, qu’il prépare depuis 35 ans…et si lui aussi signait son « 2001, l’odyssée de l’espace’ »?

« Route Irish » de Ken Loach

Synopsis : L’histoire de deux amis agents de sécurité en Irak risquant leur vie dans une ville ravagée par la violence.

Pourquoi est-il attendu ? Ken Loach est un maitre et son sujet est pour le moins intéressant de sa part à lui.

17434 dans Dossiers

« Gino Story » de samuel Benchetrit avec José Garcia, Jean-Louis Trintignant et Bouli Lanners


jean_louis_trintignant dans Films

Pourquoi est-il attendu ? on ne sait rien de l’histoire mais c’est LE retour de Jean-Louis Trintignant, qu’on reverra peut être dans le prochain Hanneke. L’acteur a arrêté le cinéma il y’a 15 ans. Il revient pour son ex beau fils pour qui il a joué de nombreuses fois au théâtre, notamment avec sa fille, Marie. Le casting est à la hauteur, Bouli Lanners (de tous les bons projets) et José Garcia.  Le réal a pondu une merde avec « janis et john » puis un bon film avec « j’ai toujours rêvé d’être un gangster ». Une montée en puissance ?

« Une exécution ordinaire » de Marc Dugain avec Andué Dussolier, Marina Hands, Edouard Baer 

Andre-Dussolier-La-personne-qui-a-le-plus-compte_imagePanoramique500_220

Synopsis : L’automne 1952. Une jeune médecin urologue et magnétiseur qui pratique dans un hôpital de la banlieue de Moscou cherche désespérément à tomber enceinte de son mari, un physicien désabusé qui ne survit que grâce à l’amour qui le lie à sa femme. Cette dernière est à son grand effroi appelée secrètement à soigner Staline, malade, au seuil de la mort, et qui vient de se débarrasser de son médecin personnel.

Pourquoi est-il attendu ?  Parceque le réalisateur est Marc Dugain, écrivain, auteur de « la chambre des officiers » et de « la malédiction d’Edgar ». Et puis bien entendu, Dussolier dans le rôle de Staline, moi je prends tout de suite !!! et puis Edouard Baer quoi !!

« Brothers » de Jim Sheridan (03/02) avec Jake Gyllenhaal, Tobey Maguire, Nathalie Portman


311950-des-images-de-brothers-de-jim-sheridan-diapo-2

Synopsis : Sam & Grace forment un couple parfait et sont les parents de deux petites filles. Sam est envoyé par l’ONU en mission à l’étranger et confie à Tommy, son frère tout juste sorti de prison, le soin de s’occuper de sa famille.

Pourquoi est-il attendu ? Les critiques du film sont élogieuses, les acteurs étant parait-il très bons et Jim sheridan (« Au nom du père ») signe son retour.

« Les chèvres du Pentagone » de Grant Heslov 10/02 Avec George Clooney, Ewan McGregor, Jeff Bridges, Kevin Spacey


136356-affiche-les-chevres-du-pentagone

Synopsis : Bob Wilton, un journaliste désespéré fait l’heureuse rencontre de Lyn Cassady, un soldat aux pouvoirs paranormaux combattant le terrorisme. Ils se rendent ensemble en Irak ou ils rencontrent Bill Django, le fondateur de l’unité.

Pourquoi est-il attendu ? Le casting est impressionnant, la bande annonce hilarante, les critiques très bonnes et la comparaison avec les comédies des frères Coen.

 

« I love you Philip Morris » de Glenn Ficarra, John Requa 10/02 Avec Jim Carrey, Ewan McGregor

i-love-you-phillip-morris

Synopsis : L’histoire vraie d’un ex-flic, ex-mari, ex-arnaqueur aux assurances, ex-prisonnier modèle et éternel amant du codétenu Phillip Morris. Steven Russell est prêt à tout pour ne jamais être séparé de l’homme de sa vie.

Pourquoi est-il attendu ? La presse était bonne à Cannes l’an dernier pour cette comédie où Jim Carrey et Ewan Mc Gregor vivent une histoire d’amour passionnelle. Je me méfie cependant du côté faux cul des critiques, qui sous prétexte de ne pas être homophobes ne tarissent pas d’éloges sur des bouses comme « In and out » ou « la cage aux folles »…

« 12 » de Nikita Mikhalkov 10/02

Poster-Film-12-Nikita-Mikhalkov

Synopsis : 12 jurés doivent se prononcer sur le sort d’un jeune garçon tchétchène accusé d’avoir tué son père adoptif, un officier de l’armée russe.

Pourquoi est-il attendu ? Parceque le Tsar du cinéma Russe est de retour !!! Et on l’attend !!!

 

« A single Man » de Tom Ford 24/02 Avec Colin Firth, Julianne Moore, Nicholas Hoult

A+Single+Man

Synopsis : Los Angeles, 1962. Depuis qu’il a perdu son compagnon Jim dans un accident, George Falconer, professeur d’université Britannique, se sent incapable d’envisager l’avenir.

Pourquoi est-il attendu ? Tom Ford quitte les défilés de haute couture pour devenir réalisateur…et remporte un prix d’interprétation pour Colin Firth et de très bonnes critiques. 

 

« Liberté » de Tony Gatlif 24/02 Avec Marc Lavoine, Marie-Josée Croze, James Thiérrée

liberte-affiche
Synopsis : Théodore, vétérinaire et maire d’un village situé en zone occupée pendant la Seconde Guerre mondiale, a recueilli P’tit Claude, neuf ans, dont les parents ont disparu depuis le début de la guerre.

Pourquoi est-il attendu ? Tony Gatlif (Gadjo Dilo) ne réussit pas tous ses films mais ce dernier est précédé d’une bonne presse, aborde le thème de la déportation des gitans, rare au cinéma et donne à James Thiérrée, petit-fils de Charlie Chaplin dont les spectacles de danse sont très réputés, son premier grand rôle où, parait-il, il est excellent…

 

« Pièce montée » de Denys Granier-Deferre Avec Clémence Poésy, Jérémie Renier, Jean-Pierre Marielle

jeanpierremarielle2006

Pourquoi est-il attendu ? il faut profiter de Jean-Pierre Marielle tant qu’il est là…le casting est bon, le réalisateur a pondu un excellent film il y’a…euh…30 ans… »que les gros salaires lèvent le doigt ! »…

 

« Chicas » de Yasmina Reza Avec André Dussollier, Carmen Maura, Emmanuelle Seigner, Bouli Lanners

bouli_lanners_bw10364-andre-dussolier-637x0-1

Synopsis : Un dimanche, à Paris, dans son appartement, Pilar présente son nouveau compagnon à ses filles et à son gendre. Une réunion improbable où chacun s’efforce de bien se tenir.

Pourquoi est-il attendu ? La célèbre écrivain passe à la réalisation avec un casting excellent…impatience !!!

 

« Soul Kitchen » de Fatih Akin – 17/03

Synopsis : Zinos, jeune restaurateur à Hambourg, traverse une mauvaise passe. Sa copine Nadine est partie s’installer à Shanghai, les clients de son restaurant, le Soul Kitchen, boudent la cuisine gastronomique de son nouveau chef, un talentueux caractériel, et il a des problèmes de dos !

Pourquoi est-il attendu ? Le réalisateur germano-turc revient après « head on » et « de l’autre côté », deux grands films, avec une comédie qui a enchanté le festival de Venise.

1106278_Soul_Kitchen_1

 

« White materiel » de Claire Denis Avec Isabelle Huppert, Isaach de Bankolé, Christophe Lambert, Nicolas Duvauchelle

Synopsis : Dans un pays d’Afrique, pendant une période troublée par une rébellion. Dans une province agricole dont un des chefs rebelles est issu, Maria, une femme blanche, farouche et brave, refuse de renoncer à sa récolte de café, refuse de voir le danger qu’elle fait courir à sa famille. Pour elle, baisser les bras c’est faire preuve de mollesse, de lâcheté.

 

« Gardiens de l’ordre » de Nicolas Boukhrief – avril Avec Cécile de France, Fred Testot, Julien Boisselier

Synopsis : Lors d’une ronde de nuit qui tourne mal, Simon et Julie, deux simples gardiens de la paix, blessent un jeune cadre qui a abattu sans raison un de leurs coéquipiers. Accusés à tort de bavure et lâchés par leur hiérarchie, ils décident de prouver leur innocence en enquêtant sur la drogue responsable du coup de folie de leur agresseur.

19099752
Pourquoi est-il attendu ? Boukhrief est super agaçant quand il parle de son travail mais il est doué. Après « le convoyeur » avec Dupontel et « Cortex » avec Dussolier, le voici avec un casting surprenant, Fred de « Omar et Fred » décrochant là son premier rôle sérieux.

 

« Mammuth » de Gustave Kervern, Benoît Delépine – avril Avec Isabelle Adjani, Gérard Depardieu, Yolande Moreau, Bouli Lanners

Synopsis : Lors de son pointage régulier à l’ANPE, une chômeuse jette son dévolu sur un homme rencontré au hasard…

Biarritz-jaialdia-2008092322054813hg2

Pourquoi est-il attendu ? Les deux compères du Groland ont atteint un sacré niveau avec « Louise Michelle », peuvent-ils confirmer ? Avec un casting pareil, on attend de l’outrance !!!

 

« Biutifull » de Alejandro González Inárritu- août

Avec Javier BardemSynopsis : Est-ce qu’en voulant protéger ses enfants, on préserve leur avenir ?
Est-ce qu’en voulant aider les autres, on leur fait du bien ?
Est-ce que se savoir condamné vous rend meilleur ?

Pourquoi est-il attendu ? Inarritu est désormais incontournable après « amours chiennes » et « Babel ». Avec l’un des meilleurs acteurs au monde en premier rôle, Javier Bardem, la croisette Canoise devrait probablement accueillir le film au mois de mai.

oscar


« Achilles et la tortue » de Takeshi Kitano

Pourquoi est-il attendu ? Kitano a obtenu le lion d’argent en 2008 pour ce film qui marque son retour à un cinéma moins explosé dans tous les sens et plus cohérent. La presse était bonne mais le film tarde à sortir…

achille-et-la-tortue-01

 

« The Rum Diary » Avec Johnny Depp, Amber Heard, Aaron Eckhart

Synopsis : Paul Kemp, un journaliste sans avenir, travaille pour un journal sur le point de fermer…

Pourquoi est-il attendu ? Le personnage d’Hunter Thompson revient sous les mêmes traits de Johnny Depp après « Las vegas Parano ». Ce projet traine depuis 10 ans, Depp était très proche de l’écrivain. Hélas, ce n’est pas Terry Gilliam à la réalisation mais un illustre inconnu, réalisateur de Jennifer 8…il y’a 20 ans…croisons les doigts. Au passage vous noterez que Depp a pris un sacré coup de vieux !!

the_rum_diary_johnny_depp

« La princesse de Montpensier » de Bertrand Tavernier – avec Mélanie Thierry, Louis Garrel, Gaspard Ulliel

Synopsis : La romance entre le Duc de Guise et Melle de Mézières, contrainte d’épouser le Prince de Montpensier. 

Pourquoi est-il attendu ? ben, c’est Tavernier et il revient au film en costumes !!!

 

« Le bruit des glaçons » de Bertrand Blier Avec Jean Dujardin, Albert Dupontel

Synopsis : C’est l’histoire d’un homme qui reçoit la visite de son cancer.  » Bonjour, lui dit le cancer, je suis votre cancer. Je me suis dit que ça serait peut-être pas mal de faire un petit peu connaissance… « 

JeanDujardindupontel372

Pourquoi est-il attendu ? A votre avis ? un des plus grands réalisateurs français avec eux au casting…Blier a perdu son inspiration il y’a 15 ans après son dernier grand film, « mon Homme », espérons qu’il la retrouve enfin et que ce ne soit pas un pétard mouillé…

 

« Black Swan » de Darren Aronofsky Avec Natalie Portman, Mila Kunis, Meryl Streep, Vincent Cassel

Synopsis : L’affrontement psychologique d’une danseuse de ballet sur le déclin face à l’une de ses rivales.

Pourquoi est-il attendu ? L’un de mes réalisateurs préférés avec Gilliam. un retour attendu après le succès de « the Wrestler ». Un sujet bien tordu, l’un des évènements ciné de l’année.

264095~NATALIE-PORTMAN-Affiches

 « Enter the void » de Gaspard Noé

1800_PHOTO1_EN
Pourquoi est-il attendu ? Pas de pitch car l’idée du film est géniale, ne pas la découvrir avant. Gaspard Noé est extrêmement doué mais un peu trop provoque parfois, au risque de tomber dans la facilité qu’il dénonce. Son « irréversible » avec Vincent Cassel, Dupontel et Monica Bellucci était navrant, poseur, un vrai foutage du gueule et un manque de respect pour son public. Derrière un film à message, il n’y avait qu’une coquille vide et une fausse nouvelle idée (remonter l’histoire à l’envers), Noé n’étant en rien un précurseur en la matière. Le dernier en date s’est copieusement fait siffler à Cannes 2009 ou a été encensé. Comme d’hab…moi j’irai pour la curiosité mais si il nous refait le coup du précèdent, j’abandonne.

  »Triage » de Danis Tanovic avec Colin Farrell

Poster-de-Triage

Pourquoi est-il attendu ? Le réalisateur du très bon « No man’s land » revient avec un film sur un photographe de guerre durant la boucherie de Bosnie-Herzégovine. Candidat idéal pour Cannes 2010.

 

« Invictus » de Clint Eastwood avec Morgan Freeman et Matt Damon

Pourquoi n’est-il pas du attendu ? Ben parceque Clint a visiblement sombré dans la facilité et que Morgan Freeman ne s’est pas foulé…enfin, ce sont les échos…choisir Morgan Freeman pour interpreter Nelson Mandel, c’est une excellente idée au demeurant. 

 Bien, voici la fin du dossier sorties 2010, merci à ceux qui l’ont lu. Bises.

Ce qui vous attend en 2010 au ciné…Partie 2 – Les blockbusters et les films SF, fantasy…

4 janvier, 2010

Suite de mon panorama des films attendus en 2010 et connus à ce jour…les blockbusters et les films de SF et heroic fantasy (car ils coûtent des sousous!).

Daybreakers de Michael Spierig, Peter Spierig – 17/03 Avec Ethan Hawke, Sam Neill, Willem Dafoe

Synopsis : En 2019, les vampires ont pris le contrôle de notre planète. Les humains ne sont plus qu’une petite minorité, entretenue uniquement pour nourrir la population dominante. Edward Dalton est un vampire qui travaille dans la recherche. Il refuse de se nourrir de sang humain et oeuvre sans relâche à la mise au point d’un substitut qui pourrait à la fois nourrir ses semblables et sauver les derniers spécimens d’hommes.

Pourquoi est-il attendu ? L’histoire a le mérite d’être originale, la bande annonce et les photos prometteuses et surtout, toutes les premières critiques qui paraissent sont bonnes !! En attendant la sortie américaine mi janvier pour voir si la tendance critique se confirme.

Ce qui vous attend en 2010 au ciné...Partie 2 - Les blockbusters et les films SF, fantasy... dans Ce qui vous attend au cinéma (sélection du Blanc Lapin)

L’autre Dumas de Safy Nebbou 10/02 Avec Gérard Depardieu, Benoît Poelvoorde

Dans-Signe-Dumas-Gerard-Depardieu-et-Benoit-Poelvoorde-s-offrent-un-duo-croustillant._pics_390 dans Dossiers

Synopsis : Alors qu’Alexandre Dumas et Auguste Maquet, son nègre littéraire, sont au sommet de leur collaboration, Maquet décide de se faire passer pour Dumas afin de séduire Charlotte, une admiratrice de l’illustre écrivain.

Pourquoi est-il attendu ? Le film a l’air sobre et le jeu de Depardieu et Poelvoorde également. Curieux.

Sherlock Holmes de Guy Ritchie 03/02 Avec Robert Downey Jr., Jude Law

sherlock_holmes_poster_affiche_robert_downey_jr_jude_law_1 dans Films

Pourquoi est-il attendu ? Le réalisateur de « Snatch » et « Crimes arnaques et botanique » semble revenir en forme pour ce blockbuster avec un casting de luxe (Jude Law / Robert Downey Jr) et une histoire inspirée d’une bande dessinée inspirée du célèbre détective. Les critiques outre-atlantiques sont plutôt bonnes. Le film a fait une entrée remarquable au box office à 65 M$ face à un Avatar qui ne s’essouffle pas. Il y aura donc un Sherlock Holmes N°2, le scénario est prêt et Brad Pitt serait courtisé pour jouer le professeur Moriarty…ennemi juré de Sherlock Holmes…

Wolfman de Joe Johnston 10/02 Avec Benicio Del Toro, Anthony Hopkins, Emily Blunt

wolfman-2009

Synopsis : Lawrence Talbot est un aristocrate torturé que la disparition de son frère force à revenir au domaine familial. Contraint de se rapprocher à nouveau de son père, Talbot se lance à la recherche de son frère…

Pourquoi est-il attendu ? Benicio Del Toro en loup Garou, c’est une excellente idée. Le film sera t’il réussi ? Il a été remonté plusieurs fois, sa date de sortie reportée mais bon, ça ne veut rien dire, des précédents ont révélé de bons films au final.

Shutter Island de Martin Scorsese 24/02 Avec Leonardo DiCaprio, Mark Ruffalo, Ben Kingsley

Shutter-Island-le-nouveau-film-de-Martin-Scorsese-avec-Leonardo-Di-Caprio-promet

Synopsis : 1954. Teddy Daniels et Chuck Aule enquêtent sur la disparition d’une patiente échappée d’un hôpital psychiatrique à sécurité maximale. L’hôpital en question est basé sur Shutter Island, une île située à environ une heure au large de Boston.

Pourquoi est-il attendu ? Martin Scorcese est l’un des rares maitres à exercer en toute liberté à Hollywood. Son dernier opus est bien entendu attendu, avec son alter ego, le toujours très bon Leonardo Di Caprio. Que ceux qui regrettent Robert De Niro se rassurent, Martin et Robert ont un projet ensemble…

The ghost writer de Roman Polanski 10/03 Avec Pierce Brosnan, Ewan McGregor

the-ghost
Synopsis : The Ghost, un  » écrivain – nègre  » à succès est engagé pour terminer les mémoires de l’ancien Premier ministre britannique, Adam Lang. Mais dès le début de cette collaboration, le projet semble périlleux : une ombre plane sur le décès accidentel du précédent rédacteur, ancien bras droit de Lang…

Pourquoi est-il attendu ? Parceque Polanski sera en prison !!! Ahahah…

Moon de Duncan Jones Avec Sam Rockwell

Synopsis : Sam Bell vit depuis plus de trois ans dans la station lunaire de Selene, où il gère l’extraction de l’hélium 3, seule solution à la crise de l’énergie sur Terre. Souffrant en silence de son isolement et de la distance le séparant de sa femme et de sa fille, il passe sont temps à imaginer leurs retrouvailles.

Pourquoi est-il attendu ? Le fils de David Bowie réalise son premier film et la critique dans les différents festivals et outre-atlantique était tout simplement élogieuse. Sam Rockwell est parait-il prodigieux.

sam_rockwell_moon

Inception de Christopher Nolan – juillet – Avec Leonardo DiCaprio, Marion Cotillard, Ellen Page, Cillian Murphy, Michael Caine, Joseph Gordon Levitt

Pourquoi est-il attendu ? après « the dark knight », Nolan est très attendu et son film sent bon la réussite, casting de luxe, projet SF top secret, bande annonce excellente…

inception02inception-image-accueil

Legion de Scott Charles Stewart – 17/03 Avec Paul Bettany

Synopsis : Que se passe-t-il quand Dieu perd foi en l’humanité et envoie une légion d’anges pour exterminer la race humaine ? Un groupe de résistance se constitue en plein désert autour de l’archange Michael…

legion2

Pourquoi est-il attendu ? Un film avec des anges ? Wouahhhh !!! avec des vampires ? Wouahhhh !!!! Bon, ça peut être une véritable bouse, probablement même. Le réalisateur sort ici son premier film. La photo a l’air léchée. En fin d’année, le même mec avec le même acteur, Paul Bettany, sortira « Priest, adaptation d’un manga post apocalyptique avec des vampires, comme c’est original. Si il réussit ces deux entrées dans ce genre sinistré, il pourait se faire un nom. Ou alors dans le genre du nanar…

Le choc des titans  de Louis Leterrier – avril Avec Sam Worthington

clashofthetitans-aff
Pourquoi est-il attendu ? le petit français, Louis Leterrier, fils d’Alexandre Arcady dont je suis un grand fan (je déconne), voit les portes d’hollywood s’ouvrir à lui après le succès de « l’incroyable hulk », le deuxième film avec Norton. Avec Liam Neeson en Zeus, Ralph Fiennes en Hades, on est forcément intrigués.

Alice au Pays des Merveilles de Tim Burton – avril avec Johnny Depp, Helena Bonham Carter

Pourquoi est-il attendu ? Tim Burton adapte en fait la suite d’Alice au pays des merveilles, Alice étant adulte. La bande annonce est superbe mais Burton s’est soit disneysé ces dernières années avec son insupportable « charlie et la chocolaterie » soit autocaricaturé pour définir un ensemble vide avec « les noces funèbres » ou pire, « sweeney todd ». Alors ? Fin de la récré Tim ?

alice_au_pays_des_merveilles_burton_01
Iron Man 2 de Jon Favreau

Pourquoi est-il attendu ? pour son score au box office et voir Mickey Rourke une nouvelle fois dans une combi ridicule après the Wrestler…

Un monstre à Paris de Eric Bergeron

Pourquoi est-il attendu ? Le film d’animation français dont on parle depuis six ans pour son budget et sa réunion de talents importants, qui a eu des tas d’ajournements et qui devrait se retrouver sur la croisette. « M » pour la BO, Vanessa Paradis pour le doublage principal…Gros ramdam en perspective. Surtout que c’est Luc Besson qui produit…

monstreaparis01 

« Les aventures extraordinaires d’Adèle Blanc sec » de Luc Besson avec Louise Bourgouin, Mathieu Amalric, Jean-Paul Rouve

Pourquoi est-il attendu ? Il fallait oser adapter Tardi, l’un de nos meilleurs dessinateurs de BD. Luc Besson l’a fait.Vous êtes contents ? Pas moi. Passé ses Minimoys, je pensais être peinard 4 ans avant de revoir le gentil réalisateur que personne n’aime, bouh!! et qu’il est victime de son succès, ouain!! et qu’il est incompris par les critiques parceque ses films ben, ils marchent !!! Et dire qu’il nous avait promis d’arrêter le cinéma à son neuvième film et là c’est son 11ème. Il ne faut pas abuser des bonnes choses Luc, arrêtes, s’il te plait !!!Enfin, d’un autre côté reconnaissons que ses succès financent le cinéma français…

Prince of Persia de Mike Newell Avec Jake Gyllenhaal

Pourquoi est-il attendu ? pour voir si Brukeimer arrive a refaire une OPA comme avec Pirattes des Caraibes…en revanche, pour le cinéma, on repassera….

prince_of_persia_poster1
 

L’Agence tout risque de Joe Carnahan

Pourquoi est-il attendu ? par curiosité et en dvd…on craint le pire…

Le dernier maître de l’air de M. Night Shyamalan
Pourquoi est-il attendu ? c’est l’adaptation d’un dessin animé, Avatar (rien à voir avec james Cameron) dont j’ai vu les trois saisons et qui doit faire l’objet d’une trilogie en film non animé cad avec de vrais acteurs, si ça marche. Le réalisateur de « sixième sens » s’est planté à intervalles répétés durant la décennie que nous quittons. Il joue toute sa carrière sur ce projet extrêmement ambitieux. L’univers visuel est très riche, un monde entier recréé. Seul problème, le dessin animé était quand même assez niais par moments…tout la question sera de savoir ce qu’il a gardé du matériau d’origine…mais ça peut être excellent…enfin, j’y crois moyen…

Avatar1

Harry Potter et les reliques de la mort – partie 1 de David Yates – novembre 

Mais que va t’on devenir sans Harry Potter ? euh…joker…argh…heureusement, il reste un film après parceque c’est trop compliqué le dernier tome pour tenir en un seul film…c’est celà oui !!

The Priest de Scott Charles Stewart – Avec Paul Bettany

Synopsis : Dans un monde ravagé par des siècles de guerre entre l’homme et les vampires, un prêtre guerrier se retourne contre l’église afin de traquer une bande de vampires meurtriers qui ont kidnappé sa nièce.

Pourquoi est-il attendu ? c’est donc le manga dont je parlais plus haut par la même équipe que pour Légion. Gros pari.
 
priest-paul-bettany-devoile-L-1 

Le Frelon vert de Michel Gondry – décembre

Pourquoi est-il attendu ? un deuxième réalisateur français à la tête d’un blockbuster et pas pas n’importe lequel, Gondry…qui est très original pour ce job…
 
Centurion

Neil marshall narre la guerre que livra la 9ème région romaine au nord de l’Angleterre avec Michael Fassender en personnage principal…

19188842
The eagle of the ninth

Kevin MacDonald (le dernier roi d’écosse) narre la guerre que livra la 9ème région romaine au nord de l’Angleterre avec Channing Tatum (le top model) et le grand Donald Sutherland.

 

Pourquoi sont-ils attendus ? Héhé, parceque les deux films parlent du même sujet, sacrés studios hollywoodiens, tout dans l’originalité !!! Le « 300″ de zach Snyder a relancé le film en jupettes…nous verrons bien !

Kick-Ass de Mattew Vaughn avec Nicolas Cage

Pourquoi est-il attendu ? Le film que l’on pourrait traduire en français par « coup pied dans ton cul » est l’adaptation d’un comic book récent où les supers héros n’ont pas grand chose de super, sont très violents, et orduriers. Le film est présenté comme trop underground et non-conventionnel…tellement qu’on se demande pourquoi ils le clament autant….c’est louche…enfin, c’est sencé être drôle et très acide, nous verrons bien !! Si le traitement est aussi lamentable que l’adaptation de l’excellente bd Wanted (film avec avec Angelina Jolie), ben, vous aurez gagné un billet !!

 

Suite et fin de ce panorama des films 2010 avec les films d’auteurs

Ce qui vous attend en 2010 au cinéma…Partie 1 – LE MOIS DE JANVIER

2 janvier, 2010

Je vais tenter de dresser un tableau des plus grosses attentes ciné de cette année à venir…de ce que j’ai lu des projets en cours et des sorties annoncées…bien entendu, c’est subjectif et certains films non attendus surgiront des différents festivals.

Je vais classer en trois fois car c’est long :

Partie 1 : Le mois de janvier

Partie 2 : Les blockbusters et les films de SF et fantasy

Partie 3 : les films d’auteurs

Partie 1 – LE MOIS DE JANVIER – chargé !!!

Sorties le 13 janvier

Mr. Nobody de Jaco van Dormael

Le pitch : Un enfant sur le quai d’une gare. Le train va partir. Doit-il monter avec sa mère ou rester avec son père ? Une multitude de vies possibles découlent de ce choix. Tant qu’il n’a pas choisi, tout reste possible.

Pourquoi est-il attendu ? parce que le réalisateur de « Toto le héros » se fait rare et que son film de SF intrigue et a mis un temps fou à sortir. L’accueil du film à Venise fut moyen-bon…pas certain d’aller le voir, une curiosité quand même.

Ce qui vous attend en 2010 au cinéma...Partie 1 - LE MOIS DE JANVIER dans Ce qui vous attend au cinéma (sélection du Blanc Lapin) tumblr_kt0q18YPOx1qa36sh

Le Tsar de Pavel Lounguine

Le pitch : 1565. Ivan le Terrible, tsar de Russie, subit une défaite dans la longue guerre qui l’oppose à la Pologne. Il ne voit autour de lui que trahison.

Pourquoi est-il attendu ? parce que le russe Pavel Lounguine est plutôt doué comme réal et le sujet déjà traité par Eisenstein est un classique du cinéma soviétique, interessant d’avoir la vision moderne de Lounguine.

Sorties le 20 janvier

Gainsbourg – (vie héroïque) de Joann Sfar

serge-gainsbourg-vie-heroique-2009-2-g%5B1%5D dans Dossiers 

Le pitch : biopic autour de Serges Gainsbourg…

Pourquoi est-il attendu ? c’est la mode si ce n’est que le film semble être une biographie filmée traitée de manière plus originale que d’habitude par un type venu de la BD puisque c’est l’auteur du « Chat du Rabbin » qui s’y colle. Curieux…et ressemblance troublante de l’acteur qui tient le rôle titre.

A serious Man de Joel Coen, Ethan Coen 

Le pitch : 1967. Larry Gopnik, professeur de physique dans une petite université du Midwest, vient d’apprendre que sa femme Judith allait le quitter. Elle est tombée amoureuse d’une de ses connaissances, le pontifiant Sy Ableman.

Pourquoi est-il attendu ? A votre avis ? ben parceque ce sont les frères Coen !!! qui ont retrouvé leur rythme de production tout en étant inspirés. La presse n’est pas unanime outre atlantique mais frôle l’unanimité et les critiques sont tout simplement excellentes. Aucun acteur connu. Pas grave !!
a-serious-man dans Films
Le livre d’Eli de Albert Hughes, Allen Hughes – Avec Densel Washington, Gary Oldman

Le pitch : Dans un futur proche, l’Amérique n’est plus qu’une terre désolée dont les villes sont des ruines et les routes autant de pièges infestés de bandes criminelles.

Pourquoi est-il attendu ? parceque les frères Hugues sont soit-disant talentueux…ça ne les a pas empéchés de foutre en l’air l’adaptation du roman graphique « From hell » avec Johnny Depp. Et puis le sujet post apocalyptique est un peu trop à la mode. Mais bon, un film proche de mad max ça serait cool…

Sorties le 27 janvier

Le refuge de  François Ozon Avec Isabelle Carré, Melvil Poupaud

Le pitch : Mousse et Louis sont jeunes, beaux et riches, ils s’aiment. Mais la drogue a envahi toute leur vie. Un jour, c’est l’overdose et Louis meurt. Mousse survit, mais elle apprend qu’elle est enceinte.

Pourquoi est-il attendu ? parceque François Ozon a fait de bons films…enfin ça date un peu mais bon, on lui pardonnera ces deux trois derniers films. Isabelle Carré est une actrice brillante et le sujet original chez Ozon, curieux.

undefined_03a29093ba171251e6f91f90ee737b22

Mother de Joon-ho Bong

Le pitch : Une veuve élève son fils unique Do-joon qui est sa seule raison d’être.A 28 ans, il est loin d’être indépendant et sa naïveté le conduit à se comporter parfois bêtement et dangereusement ce qui rend sa mère anxieuse.

Pourquoi est-il attendu ? parceque le réalisateur sud coréen de « the host » film de monstre marrant et de « memories of murder », brillant film de tueur en série, revient avec une oeuvre très appréciée au festival de Cannes 2009.

 

Voilà, fin de la première partie, suite avec les blockbusters…

123