Archive pour la catégorie 'Films – critiques perso'

« Spider-Man: No Way Home » de Jon Watts – critique du Blanc Lapin

22 décembre, 2021

Spider-Man No Way Home : y aura-t-il une suite avec Tom Holland ?

Pour le 3ème volet de la trilogie « Home » avec Tom Holland et Zendaya, Sony et Marvel n’ont pas que sortir le Docteur Strange. Autant le précédent volet m’avait vraiment gavé par son inconsistance scénaristique et les personnages décidément trop ados, autant celui-ci me surprend à plus d’un titre.

D’abord le film est plus sombre et le personnage de SpiderMan évolue et entre dans l’âge adulte, ce qui augure peut-être d’une nouvelle trilogie avec Tom Holland. Le film contient plusieurs scènes émouvantes qui fonctionnent et ne font pas trop fake en s’appuyant sur des sentiments universels autour de la construction d’une famille de choix, de souvenirs qui nous attachent au réel à aux raisons d’exister. Le film prend sur la fin une tournure vraiment inattendue.

Ensuite le blockbuster arrive à utiliser le multiverse ce que le dessin animé New Generation avait si brillamment servi. Et surtout il rend hommage aux trois films de Sam Raimi avec Tobey Maguire et aux deux films avec Andrew Gardfield. D’abord il ramène 5 des méchants les plus emblématiques des cinq films avec les deux précédents Spidey, expliquant le changement d’acteur par un changement de dimension.

Mais là où on aurait pu craindre un fan service basique, c’est tout le contraire. Les différents personnages ramenés à la vie sur grand écran ont un rôle prépondérant de premier plan. Et c’est tout l’intelligence du scénario de donner de vrais poids consistants à chacun, permettant vraiment aux fans de créer un lien entre les huit films produits depuis 2000.

C’est tout simplement la meilleure idée de blockbuster depuis des lustres.

Alors certes la réalisation n’est pas à tomber par terre, certes les héros sont un peu fades mais franchement le spectacle est présent et efficace.

Une réussite

La piste aux lapins :

3,75 lapins

« La main de Dieu » « The Hand of God » de Paolo Sorrentino – critique du Blanc Lapin

22 décembre, 2021

La Main de Dieu - film 2021 - AlloCiné

Le Pitch : Naples dans les années 80. Fabietto Schisa, adolescent mal dans sa peau, vit avec sa famille excentrique et haute en couleurs. Mais son quotidien est soudain bouleversé lorsque Diego Maradona, légende planétaire du football, débarque à Naples et le sauve miraculeusement d’un terrible accident. Cette rencontre inattendue avec la star du ballon rond sera déterminante pour l’avenir du jeune homme. Avec La Main de Dieu, Sorrentino revient dans sa ville natale pour réaliser son film le plus personnel, qui mêle le destin et la famille, le sport et le cinéma, l’amour et les illusions perdues.

Paolo Sorrentino est l’un des grands réalisateurs italiens du moment, qui tourne à l’international et nous a livrés L’Ami de la famille (2006), puis Il Divo (2008) sur l’homme politique italien Giulio Andreotti, This Must Be the Place avec Sean Penn, La Grande Bellezza sur un écrivain romain désabusé, qui reçoit l’Oscar et le Golden Globe du Meilleur Film étranger en 2014 et enfin le sublime Youth où Michael Caine et Harvey Keitel interprètent deux amis artistes au crépuscule de leur existence, un film magnifique. Puis il va marquer les critiques avec sa série en deux saisons géniales sur un Pape jeune mais ultra conservateur joué par Jude Law avec The Young Pope puis THe New Pop tout aussi excellente avec en plus le trop rare John Malkovich.

De par ses thématiques variées, sa mise en scène fluide et très esthétique, usant de bande son toujours originale et de scènes surréalistes venant agrémenter des rêves des personnages, Sorrentino a trouvé son style, assez vite reconnaissable.

Vous retrouverez tout ceci dans cette production Netflix, prête à conquérir de nombreux prix début 2022 après son Lion d’argent à Venise en septembre dernier, car c’est probablement l’un de ses meilleurs si ce n’est son meilleur film.

« La main de Dieu » raconte son histoire à lui, totalement autobiographique, d’un jeune adolescent qui trouva sa voie après un drame familial d’une violence que je ne connaissais pas avant de lire sa bio, après le visionnage. En se livrant ainsi, Paolo Sorrentino nous offre un magnifique hommage à la création, à la liberté et l’insouciance de son adolescence et surtout à ses parents.

Toni Servillo et Teresa Saponangelo sont à tomber par terre et ne pourront que vous rendre fans absolus de leurs personnages, de leurs trahisons, leurs mensonges, leurs fêlures. Le regard sur ses parents de Sorrentino est tendre sans être trop mélancolique car il leur rend vie à travers ces deux portraits iconoclastes. Cette mère blagueuse qui fait des canulars est géniale, ce père volage communiste et banquier est excellent et haut en couleurs. Et toute la familia italienne autour donne lieu à des scènes où l’on est hilares.

Le film est au début très lumineux et très drôle et bien sur le réalisateur choisit la nuit pour les scènes de drame et post drame et le crépuscule pour son entrée dans l’âge adulte.

Filippo Scotti crève l’écran dans le rôle du réalisateur, à la fois naïf et solaire, qui découvre la vie peu à peu. On peut lui prédire une belle carrière.

Je rassure les non fouteux, Maradona n’est qu’un prétexte à un superbe film sur les illusions perdues de l’adolescence, la fin de l’enfance forcée avec toute une galerie de personnages denses, complexes ou tout simplement tellement originaux que le film passe à une vitesse incroyable.

On touche du doigts la solitude et le manque qui ont amené à façonner l’artiste qu’est devenu Paolo Sorrentino aujourd’hui.

Et c’est d’autant plus émouvant qu’avec ce film, il semble parler à ses parents et leur dire « voyez ce que vous m’avez transmis ! voyez ce que je suis devenu grâce à vous ! Pour tout cela je vous aime « . Il est difficile de ne pas être ému par ce message après avoir tant croqué la vie avec lui dans ce Naples magnifié.

Un film sublime.

La piste aux Lapins :

4,5 lapins

 

« Un Héros » de Asghar Farhadi – critique du Blanc Lapin

22 décembre, 2021

Un héros - film 2021 - AlloCiné

Pitch : Rahim est en prison à cause d’une dette qu’il n’a pas pu rembourser. Lors d’une permission de deux jours, il tente de convaincre son créancier de retirer sa plainte contre le versement d’une partie de la somme. Mais les choses ne se passent pas comme prévu…

Le plus célèbre des cinéastes iraniens revient et clôture une année cinéma 2021 marquée par trois grands films iraniens, La loi de Téhéran, Le diable n’existe pas et donc « Un Héros« .

Car avec cette histoire à la thématique surprenante et vraiment original, le maitre iranien, Asghar Farhadi, revient à son meilleur niveau avec un film qui fait penser à l’un de ses chef d’œuvre, Une séparation.

Asghar Farhadi commence d’abord par nous décrire une histoire qui se passe très bien autour d’un personnage naïf mais solaire, à qui la chance semble sourire. On a le sourire aux lèvres devant toutes ces portes qui s’ouvrent, un peu interloqué par l’attitude des geôliers avant de comprendre le poids de l’image et le fait qu’ils utilisent son acte héroïque pour faire oublier leur mauvaise image. Car et c’est là ce qui est très surprenant, l’Iran vit aussi au rythme des réseaux sociaux, de l’immédiateté, du qu’en diras t on ? qui dépend de l’image renvoyée à la société. Ce n’est que dans la seconde partie, lorsque l’histoire s’emballe dans le mauvais sens et que le personnage s’enfonce dans ses mensonges, que l’on comprend l’envers du décors, la face sombre de cet étalage public et de ses conséquences. Au final on n’est pas très loin d’un schéma occidental sauf qu’il est passionnant de le voir appliqué à la société civile iranienne. On voit les gens vivre, se déchirer, se soutenir. On voit le rôle d’associations qui aident les condamnés à mort ou les victimes d’injustices et surendettements. L’auscultation de cet Iran de 2020 est en soit fascinante.

Mais le réalisateur créé une tension, une angoisse qui monte et étouffe le personnage avec le brio qu’on lui connaissait dans ses meilleurs opus. La mécanique kafkaïenne est terrible d’autant qu’on voit les rouages se gripper et l’histoire partir à conte sens, incapables d’agir et ayant envie de crier à cet individu gentil et naïf qu’il fait les mauvais choix.

L’idée de faire mentir un personnage aussi solaire et sympathique, juste par la facilité qu’il pense avoir à simplifier les problèmes, est géniale. Car si au début on se dit que ces mensonges ne portent pas à conséquences, le scénario nous les renvoie en pleine figure. Et le plus intéressant est que le réalisateur ne porte pas de jugement moral sauf sur la police manipulatrice et manquant de décence.

« Un Héros » est un thriller captivant de bout en bout et magistralement mis en scène et interprété.

La piste aux Lapins :

4,25 lapins

 

« The Power of the Dog » de Jane Campion – critique du Blanc Lapin

19 décembre, 2021

The Power of the Dog - film 2021 - AlloCiné

Il a fallu attendre 11 ans après « Bright Star » pour voir revenir la plus célèbre réalisatrice au monde derrière la caméra d’un long métrage. Et c’est Netflix qui a réussi à convaincre et produire ce film de la réalisatrice palmée de « La leçon de Piano« .

Originaires du Montana, les frères Phil et George Burbank sont diamétralement opposés. Autant Phil est raffiné, brillant et cruel – autant George est flegmatique, méticuleux et bienveillant. À eux deux, ils sont à la tête du plus gros ranch de la vallée du Montana. Une région, loin de la modernité galopante du XXème siècle, où les hommes assument toujours leur virilité et où l’on vénère la figure de Bronco Henry, le plus grand cow-boy que Phil ait jamais rencontré. Lorsque George épouse en secret Rose, une jeune veuve, Phil, ivre de colère, se met en tête d’anéantir celle-ci. Il cherche alors à atteindre Rose en se servant de son fils Peter, garçon sensible et efféminé, comme d’un pion dans sa stratégie sadique et sans merci…

Le film de Jane Campion a le défait de ses qualités. Ses acteurs Benedict Cumberbatch, Kirsten Dunst, Jesse Plemons et Kodi Smit-McPhee sont excellents mais le film se repose beaucoup sur leurs prestations. Surtout, la mise en scène de Campion est majestueuse, sa photographie impeccable au milieu de paysages à tomber par terre mais sa caméra est lente, teeeeellement lente qu’on pourrait s’endormir dans ses longs travellings.

Or le film dure 2h08 et en parait 3 heures et c’est un signe, on peut s’emmerder, grave ! Et c’est très dommage car lorsque l’histoire reprend, que les acteurs interagissent vraiment, on sent tout le talent de mise en scène et cette passion homosexuelle frustrée. Kodi Smit-McPhee est troublant de fausse innocence et Benedict Cumberbatch passe du personnage imbuvable à un type qui a souffert toute sa vie et a préféré la douleur du repentir dans une société où sa simple préférence sexuelle n’existait tout simplement pas. Son homophobie extravertie est le pendant de son incapacité à s’accepter lui-même. Ce personnage de tyran tiraillé au fond de lui est évidemment un rôle en or pour Benedict Cumberbatch.

Hélas le résultat est inégal et l’extension extrêmement inutile du temps tue le personnage de Kirsten Dunst, qui vire au ridicule plus qu’autre chose. Le film décolle sur sa seconde moitié après avoir éliminé bon nombre de spectateurs morts d’ennui.

Dommage.

La piste aux Lapins :

3 lapins

 

« Les choses humaines » d’Yvan Attal – critique du Blanc Lapin

19 décembre, 2021

Les Choses humaines - film 2021 - AlloCiné

Le pitch : Un jeune homme est accusé d’avoir violé une jeune femme. Qui est ce jeune homme et qui est cette jeune femme ? Est-il coupable ou est-il innocent ? Est-elle victime ou uniquement dans un désir de vengeance, comme l’affirme l’accusé ? Les deux jeunes protagonistes et leurs proches vont voir leur vie, leurs convictions et leurs certitudes voler en éclat mais… N’y a-t-il qu’une seule vérité ?

Yvan Attal est un très bon réalisateur et prouve à intervalles réguliers que sa maitrise de la mise en scène et sa rigueur donnent de très bons films. Ses récentes adaptations « Mon chien stupide » d’après John Fanté et « Le Brio » avec Camélia Jordana et Daniel Auteuil étaient vraiment d’excellents films.

Avec Les choses humaines, adapté du roman de Karine Tuil, il signe à nouveau un bon film sur la thématique très actuelle du consentement. A l’époque de #MeToo on voit régulièrement dans nos discussions les gens s’opposer entre l’effet de balancier que certains trouvent too much où l’accusé de violences sexuelles est mis au banc des coupables sans possibilité de se défendre, sali de fait et les tenant(e)s de la liberté de parole comme primordiale sur tout, y compris sur la présomption d’innocence. Le Problème est donc ce juste milieu complexe entre laisser des victimes s’exprimer et accéder à une justice efficace et des présumés coupables se défendre sans passer immédiatement pour des monstres sachant que souvent le tribunal médiatique les emporte. Et c’est justement ces thèmes qui sont au cente de ce long métrage extrêmement casse gueule.

Yvan Attal filme le doute dans le regard des parents mais aussi l’impact psychologique, la dimension de distinction de classe entre des élites de gauche nanties et une famille de victimes plutôt religieuse. Le jeu d’acteurs est brillant entre Pierre Arditi en présentateur de gauche bourgeois et profitant de son succès dans sa vie sentimentale, une Charlotte Gainsbourg géniale en mère de son propre fils dans la vie, Ben Attal (fils aussi de Yvan). Ce dernier fait de premiers pas excellents en premier rôle devant la caméra après son passage réussi dans « Mon chien stupide« . Enfin Suzanne Jouannet en victime sincère et perdue et Matthieu Kassovitz donnent un contrechamp troublant tandis que Benjamin Lavernhe joue un avocat d’une grande intelligence à la prestation marquante.

Bref, le casting quatre étoiles permet au film de servir un propos nuancé, éloge même d’un regard distant et de la noblesse de l’institution judiciaire tout en surprenant de part l’issue même du film. « Les choses humaines » prends le temps de l’écoute et c’est précieux dans notre société du jugement hâtif où l’on zappe au fait divers suivant de façon hiératique. Parfois le film aurait mérité quelques coupes pour gagner être un peu plus svelte et efficace.

On pense à Douze hommes en colère pour le film de procès ou au récent « Le dernier duel« , excellent film de Ridley Scott, qui exploite lui aussi cette thématique du viol, du consentement et de l’histoire vue sous l’angle des différents protagonistes.

La piste aux Lapins :

4 lapins

« Encounter » de Michael Pearce (II) – critique du Blanc Lapin

19 décembre, 2021

Encounter - film 2021 - AlloCiné

Riz Ahmed est un excellent acteur qui d’ailleurs porte cette année l’excellent « Sound of metal« .

Ici il porte le film sur ses épaules et joue comme à son habitude très bien.

Mais voilà, si l’idée originale du pitch était bonne, le film ne tient pas sur la durée et s’avère horriblement long, à tel pont qu’ont prie pour que le personnage principal se prenne une balle et qu’on clôture la trop longue fuite en avant du personnage.

L’idée de film d’invasion extraterrestre est assez originale et le basculement dans la paranoïa aurait pu faire un bon twist de fin. Sauf que lorsque le film change de style, déjà on est déçus et surtout la saveur du spectacle qu’on attendait est remplacée par une course poursuite sans aucun intérêt tant on connait la fin, courrue d’avance.

C’est long, fastidieux et au final raté.

La piste aux Lapins :

2 lapins

« Le diable n’existe pas » de Mohammad Rasoulof – critique du blanc lapin

19 décembre, 2021

Le Diable n'existe pas - film 2020 - AlloCiné

L’année 2021 sera extraordinaire pour le cinéma iranien puisqu’après le génial « La loi de Téhéran » et avant « Un héros » d’Asghar Farhadi, voici un autre grand film, une réussite sobre et sans concession sur la thématique de la peine de mort en Iran, de nos jours.

Il n’est pas étonnant que le film ait été censuré en Iran tant il est dénonciateur de la violence du régime autocratique et l’absence d’empathie qu’il faut pour imposer à des jeunes miliaires qui font leur service, qui sont appelés, de se transformer en bourreaux. On y voit de jeunes hommes tout a fait normaux, qui vivent et aiment mais qui ont été détachés dans l’unité qui amène les condamnés se faire exécuter.

Évidemment les victimes de ce jugement sociétal qui trouvent la mort sont souvent de simples opposants au régime. Mohammad Rasoulof trouve le ton juste en abordant la thématique sous forme de quatre petites histoires toutes liées entre elles par la thématique. Il est juste dommage que les quatre segments ne soient pas plus davantage reliés, ce qui aurait permis au film d’atteindre une marche plus haute dans son impact déjà fort.

Le film trouve sa lumière dans le combat, la résistance des intellectuels ou jeunes hommes qui refusent de servir cette société là et décident de ne pas se soumettre et de résister.

L’ours d’or à Berlin en  2020 sort avec presque deux ans de retard mais allez le voir !

C’est un film sur le libre arbitre, toujours prégnant même dans une dictature religieuse car obliger un individu à en tuer un autre ne peut gagner sur le mental des bourreaux forcés sans les détruire.

La liberté de conscience est portée aux nues avec simplicité et tellement de force qu’on ne peut qu’adhérer au propos et à la réussite du film.  »Le diable n’existe pas » touche à des thèmes universels et s’impose comme un grand film politique.

La piste aux Lapins :

4 lapins

« Sos Fantômes : l’héritage » de Jason Reitman – critique du Blanc Lapin

19 décembre, 2021

S.O.S. Fantômes : L'Héritage - film 2021 - AlloCiné

Voici donc enfin le 3ème opus des chasseurs de fantômes, annoncé depuis 25 ans, qui a eu droit à un épisode navrant avec des chasseuses qui fit à juste titre un four milieu des années 2010.

Cette fois-ci on nous promettait du fan service et le retour des héros d’origine, Bill Murray, Dan Aykroyd et tout le casting sauf Harold Ramis, décédé en 2014.

Mieux, Jason Reitman, le fils du réalisateur des deux premiers épisodes prenait la tête du projet, gage de respect du travail de popa.

Et bien tout ce que vous ne vouliez surtout pas voir, dites vous que tout sera présent et rien de vous sera épargné.

Dans un film pudding totalement inconsistant au scénario décalqué sur l’original qui reprend à l’identique des scènes en moins bien, Jason Reitman vomit sur l’héritage familial à force de s’empiffrer du guimauve. C’est au mieux un hommage au fantôme glouton vert « bouffe tout » qui empiffre de n’importe quo pour le recracher.

L’idée de donner le rôle principal à des adolescent est nullissime, ces derniers étant super agaçant et donnant des envies de meurtre à épisodes réguliers. Le film a zéro humour là où le film d’origine surfait sur le talent comique de ses interprètes. Le pire est qu’on attend 90% du film, très long de 2h04, pour apercevoir le casting d’origine durant quelques minutes où ils sont excellents en deux répliques et font entrapercevoir ce qu’aurait été un film avec eux de bout en bout.

Encore aurait-il fallu écrire un scénario digne de ce nom ce qui n’est pas du tout le cas présentement. Pire, l’hommage à Harold Ramis est navrant et je serait sa famille je porterait plainte pour viol de sépulture en osant raviver son fantôme dans des scènes aussi culcul et inutiles.

Une des pires idée de suite concrétisées ses vingt dernières années. Horrible !

La piste aux lapins :

1 lapin

« House of Gucci » de Ridley Scott

5 décembre, 2021

House of Gucci - film 2021 - AlloCiné

Le fameux « House of Gucci » sort enfin avec son casting 5 étoiles ultra hype et un réalisateur cultissime en la présence du stakhanoviste Ridley Scott qui sort deux films en deux mois après le génial « Le dernier Duel« .

Alors le film a divisé, certains le trouvant too much, caricatural des personnages ayant réellement existé. Je ne sais pas mais en terme de pur cinéma, c’est un excellent film sur une famille ultra célèbre, ultra riche et déchirée par une petite italienne de la classe moyenne, vorace et décidée à devenir riche et célèbre elle-même.

Le personnage de vamp de Lady Gaga est génial ! La chanteuse prouve qu’elle sait jouer. Sa partition s’oppose au génial Adam Driver qui poursuit sa carrière fulgurante, prouvant de film en film qu’il peut tout jouer et qu’il est LE nouvel acteur hype d’Hollywood, d’un physique particulier mais d’un charisme qui rappelle les Robert de Niro et les Al Pacino.

Cà tombe bien car Al Pacino est de retour dans un très grand rôle après son excellente prestation dans « The Irishman » de Martin Scorsese. Et c’est un immense plaisir de voir ce monstre sacré dans le rôle du pater familia manipulateur et égocentré qui va se faire faucher dans la tourmente des évènements. Jared Leto en fait un peu trop mais il est assez bon et méconnaissable dans le rôle de ce fils au destin raté, médiocre mais qui se croit avoir un talent alors qu’il est invisible vis à vis de son père.

Et puis il y a la classe incarnée qu’est Jérémy Irons en Rodolpho Gucci, il est juste génial dans chacune de ses scènes. Là aussi ceci fait immensément plaisir de savourer la prestation de cet immense acteur dans un très bon rôle écrit avec soin au sein d’un film réussi.

La réussite de « House of Gucci«   tient au mélange entre saga familiale qui rappelle Le Parrain et autres grandes fresques et le pur thriller avec un suspens bien dosé. Ridley Scott est en très grande forme à 84 ans ! Impressionnant l’animal.

La passion des personnages, leurs secrets et manipulations font froid dans le dos et aucun ne peut rattraper l’autre. Mais c’est prenant et fascinant et puis surtout, divertissant !

Ridley Scott est un maitre de la précision, de l’exigence et pour transposer cet univers du luxe, évidemment, ceci fait mouche.

Le film est élégant et tragique comme je m’attendais à ce qu’il le soit.

Une grande réussite.

La piste aux Lapins :

4 lapins

« Bergman Island » de Mia Hansen-Løve – critique du Blanc Lapin

5 décembre, 2021

Bergman Island en DVD : Bergman Island DVD - AlloCiné

Le pitch : Un couple de cinéastes s’installe pour écrire, le temps d’un été, sur l’île suédoise de Fårö, où vécut Bergman. A mesure que leurs scénarios respectifs avancent, et au contact des paysages sauvages de l’île, la frontière entre fiction et réalité se brouille…  

« Dis moi Blanc Lapin, c’est quoi un film chiant ? »

Ben, là j’ai un super exemple. Une réalisatrice adulée par quelques critiques snobes cinéphiles parisiens, sélectionnée systématiquement en festivals, qui nous livre un film, sélectionné à Cannes pour la Palme d’Or, d’une ineptie assez confondante.

Déjà on se prend facile 50 minutes avant de voir apparaitre la moitié du casting, Mia Wasikowska et Anders Danilsen Lie n’arrivant que très tard, ce qui rend la bande-annonce ultra trompeuse. D’autant qu’elle est rythmée, à l’inverse du film. Alors certes, le film est imprégné du grand Ingmar Bergman de partout et le réalisateur suédois était réputé pour l’extrême lenteur de son cinéma.

Sauf que la réalisatrice n’a pas son talent et que pour donner envie à la jeune génération de se pencher sur l’œuvre du maitre, c’est mal barré avec ce film.

Pauvre Ingmar Bergman, qui se serait bien passé d’un hommage pareil, d’un poncif aussi plat, sans histoire, sans relief, sans la profondeur qui caractérisait et irriguait son œuvre.

Le film est long, pénible et sans aucun souffle. Il est en roue libre à l’image des personnages qui font du vélo dans de nombreuses scènes et pédalent dans la semoule, amenant le personnage vers une autre scène sans intérêt.

Le peu de fantaisie qu’elle essaie de créer tombe à plat et s’avère factice à tel point que je me demandais pendant tout le film si le scénario avait été écrit avant ou pendant le tournage voire après lors du montage.

On dirait un film réalisé en mode Bergman soit avec le rythme ultra lent mais sans les thématiques passionnantes qui faisaient tout l’intérêt du cinéma du maitre suédois. C’est donc du Canada drye de Bergman, où on ne garde que le coté le moins sympa, sa lenteur ! C’est balaise !

« Bergman Island » est un film paresseux et désincarné et heureusement que je l’ai vu en Vod payante et non au cinéma car çà m’aurait encore plus gonflé de faire le déplacement pour voir çà. Je mets un lapin pour les acteurs que j’aime bien.

La piste aux Lapins :

1 lapin

 

« The Suicide Squad » de James Gunn – critique du Blanc Lapin

5 décembre, 2021

The Suicide Squad - film 2021 - AlloCiné

Pitch : Bienvenue en enfer – aka Belle Reve, la prison dotée du taux de mortalité le plus élevé des États-Unis d’Amérique. Là où sont détenus les pires super-vilains, qui feront tout pour en sortir – y compris rejoindre la super secrète et la super louche Task Force X. La mission mortelle du jour ? Assemblez une belle collection d’escrocs, et notamment Bloodsport, Peacemaker, Captain Boomerang, Ratcatcher 2, Savant, King Shark, Blackguard, Javelin et la psychopathe préférée de tous : Harley Quinn. Armez-les lourdement et jetez-les (littéralement) sur l’île lointaine et bourrée d’ennemis de Corto Maltese. Traversant une jungle qui grouille d’adversaires et de guerilleros à chaque tournant, l’Escouade est lancée dans une mission de recherche et de destruction, avec le seul Colonel Rick Flag pour les encadrer sur le terrain… et la technologie du gouvernement dans leurs oreilles, afin qu’Amanda Waller puisse suivre le moindre de leurs mouvements. Comme toujours, un faux pas est synonyme de mort (que ce soit des mains de leurs opposants, d’un coéquipier ou de Waller elle-même). Si quelqu’un veut parier, mieux vaut miser contre eux – et contre eux tous.

L’ayant loupé cet été avec la tonne de films qui sortaient et s’embouteillaient, je peux enfin grâce à la sortie vidéo-Vod faire une séance de rattrapage pour la seconde adaptation et reboot de Suicide Squad, le film affreux et raté sorti en 2016.

Le film de David Ayer avait cartonné au box office, dépassant les 800 M$ au box office mondial avec des critiques accablantes.

James Gunn a donc fait une infidélité à Marvel suite aux dissensions avec la firme (l’histoire des vieux tweets qui lui étaient reprochés) bavant de revenir pour Les Gardiens de la Galaxie 3 dans le giron de Disney.

Pour cette insertion chez les concurrents de Warner et DC Comics, le réalisateur signe un long métrage assez surprenant. Et c’est dommage qu’il ait fait un four au box-office et recueilli des critiques de malade soit l’inverse total du film qu’il reboote.

D’abord le film surprend dès les 10 premières minutes avec un retournement de situation inattendu et hyper surprenant. C’est gonflé et très drôle.

The Suicide Squad est foncièrement débile et délirant mais c’est totalement assumé et la liberté donnée au réalisateur a été totale.

Le résultat est donc gore et irrévérent à tous les niveaux, bourré d’action et de blagues potaches qui font mouche.

C’est coloré et surprenant, stupide de par son scénario mais on s’en fout totalement tant on se prend au jeu de savoir jusqu’où le réalisateur ira. Et en fait il se comporte comme un sale gosse qui dit sans cesse « pas cap ? moi ? attends ! ».

Le jeu de massacre est total avec des morts à la pelle et de l’hémoglobine de partout en mode cartoonesque irrévérencieux. C’est jouissif et rock’n'roll, multivitaminé voire sous mélange coke ecstasy, et ultra critique de la bien bienpensance américaine. Les services secrets sont de véritables connards cyniques et entre les bons et les méchants, il n’y a en gros aucune différence notable. Les héros sont souvent décérébrés et stupides donc il les sacrifie sans se poser de question quand çà justifie la blague.

Bref, rafraichissant mais à ne pas montrer aux enfants car c’est trash.

La piste aux Lapins :

3,75 lapins

« Ibrahim » de Samir Guesmi – critique du Blanc Lapin

5 décembre, 2021

Ibrahim en DVD : Ibrahim - AlloCiné

Face à Netflix et Disney, UniversCiné se lance dans la SVOD - Born to Watch

La vie du jeune Ibrahim se partage entre son père, Ahmed, écailler à la brasserie du Royal Opéra, sérieux et réservé, et son ami du lycée technique, Achille, plus âgé que lui et spécialiste des mauvais coups. C’est précisément à cause de l’un d’eux que le rêve d’Ahmed de retrouver une dignité se brise lorsqu’il doit régler la note d’un vol commis par son fils et qui a mal tourné. Les rapports se tendent mais Ibrahim décide alors de prendre tous les risques pour réparer sa faute…

L’acteur Samir Guesmi signe un très bon premier long métrage avec cette chronique d’un adolescent de quartiers populaires de Paris qui se cherche.

Abdel Bendaher dans le rôle du fils, Samir Guesmi incarnant le père, est une véritable révélation.

Le cadre erré sur les personnages et la grande délicatesse de la caméra donnent au film un charme très particulier.

Le réalisateur s’attache plus aux regards qu’aux dialogues et c’est loin d’être évident. Il arrive à capter cet amour d’un fils pour son père et réciproquement et ce mélange de honte sociale et de volonté de s’en sortir, de sauver ce père qui vraiment merdé par le passé. Et ce père intransigeant mais protecteur, aimant mais incapable de l’exprimer, absent par son travail, et son incapacité à communiquer est un très beau personnage. Il a peur que son fils sombre comme lui mais ne peut non plus donner des leçons étant donné son passé.

Ce film sorti en plein été 2021 est désormais disponible en VOD, regardez le, c’est une réussite.

La piste aux Lapins :

3,75 lapins

12345...71