Archive pour la catégorie 'Non classé'

Le film de zombies de Jim Jarmusch avec Bill Muray élargit son casting 4 étoiles

7 août, 2018

Le film de zombies de Jim Jarmusch avec Bill Muray élargit son casting 4 étoiles Montage%20jarmusch%20murray%20driver

L’immense Jim Jarmusch est un sacré farceur. Il a traversé les 30 dernières années avec sa filmographie cool et son cinéma de climax. Souvent les personnages ne disent pas grand chose et il ne se passe pas non plus des tonnes d’évènements. Souvent c’est lent et pourtant Jarmusch est devenu un auteur très respecté à juste titre. « Down by Law« , « Dead Man » ou « Ghost Dog » sont des œuvres des plus puissantes, des films cultes.

Et puis si son « Paterson » il y a deux ans était très réussi, Jarmusch s’est laissé aller à surprendre avec notamment l’excellent film de vampires « Only lovers left alive« .

Et bien il appliquera son style à un autre genre avec l’un de ses acteurs qu’il adore et qui est hélas si rare, Bill Muray.

Lorsque l’on apprend qu’il s’agira d’un film de zombies comique, que Bill Muray interprétera un flic avec l’excellent Adam Driver (L’homme qui tua Don Quichotte) et Chloë Sevigny, aux prises avec des zombies, forcément, on trouve le projet génial.

Mais le mieux est que « The Dead Don’t Die » est en plein tournage et que personne n’était au courant ! Donc nous devrions les retrouver dès 2019 sur nos écrans et çà c’est une excellente nouvelle !

D’autres acteurs se joignent à l’aventure avec Selena Gomez, le talentueux Caleb Landry Jones, l’excellent Steve Buscemi et la toujours immense Tilda Swinton ! Classe !

caleb-landry-jones-three-billboards Adam Driverlandscape-1470152760-steve-buscemi-fargo Bill Murayimages_list-r4x3w1000-58373fb5879c7-tilda-swinton-dans-only-lovers Jim Jarmusch

« Beach Rats »(les bums de la plage) de Eliza Hittman – critique du Blanc Lapin

14 juillet, 2018

Frankie un adolescent paumé passe un été misérable entre son père malade et sa mère qui insiste pour que celui-ci se trouve une petite amie. Le jeune homme tente d’échapper à son quotidien en traînant avec ses amis, une bande de délinquants et en flirtant sur le net avec des hommes plus âgés.

Décidément c’est le mois gay avec ce nouveau film (disponible sur Netflix mais qui a cartonné en festivals) sur l’acceptation et la découverte de l’homosexualité par un adolescent. On est très loin de la comédie hollywoodienne et teenage movie « Love Simon« . Ici c’est la version plus glauque dirons nous.

Le film est assez touchant grâce à son jeune acteur, Harris Dickinson, avec sa gueule d’ange au regard complètement perdu. Perdu car ses copains bien machos avec qui il fume de l’herbe, voient en lui un exemple parfait de masculinité brute. Pour ne pas perdre la face, il se force à sortir avec une fille, à en faire un alibi alors qu’il sait qu’il dupe tout le monde. Son père en phase terminale et sa seule famille composée de sa mère courage et sa sœur de 13 ans, ne sont pas franchement là pour l’inciter à faire tomber le masque. Bien au contraire, il est le seul homme de la famille et sa seule vie sociale tient à l’image hétérosexuelle hormonée qu’il pourra renvoyer aux copains pour les et se rassurer. Mais au final il préfère draguer de vieux homos sur le net et faire des plans bien glauques dans les fourrées car il espère avoir moins de chances d’être reconnu par des vieux honteux. Son parcours est pathétique et touchant à la fois et si Eliza Hittman réussit son film, c’est parcequ’elle joue d’un cadrage serré sur ce visage derrière lequel on sent que tout est dans ébullition, en perdition. On sent qu’un immense ras de marrée va bouleverser la vie du jeune homme et qu’il a peur car il le sent inévitable et violent.

La réalisatrice arrive à capter ce moment où la vie de l’adolescent va basculer dans la vie d’adulte mais de façon bien plus violente que pour un hétéro. Car lui va devoir faire des choix ou se cacher pour garder son cocon. C’est cette acceptation de ce qu’il est qui est mise en scène avec beaucoup d’intelligence même si le côté austère peut rebuter certains. Hélas la linéarité du récit empêche le film de décoller totalement et sa fin reste hélas un peu frustrante car pas à la hauteur des promesses du film.

La piste aux Lapins :

3,5 lapins

Ba de « Sale temps à l’hôtel El Royale », casting de luxe Chris Hemsworth, Jeff Bridges, Russell Crowe, Dakota Johnson

10 juin, 2018

Ba de

Drew Goddard a eu son petit succès avec La Cabane dans les bois en 2012 puis a produit deux séries à succès avec Daredevil et The Good Place.

Son nouveau film peut être objectivement une bouse ou une très bonne surprise.

Sept étrangers arrivent dans un motel et sont précipités dans un piège ressemblant fort à l’enfer ou ou purgatoire.

« Sale temps à l’hôtel El Royale » annonce du scénar bien lourd mais un casting jouissif et une mise en scène soignée.

Chris Hemsworth, Jeff Bridges, Russell Crowe, Dakota Johnson seront en salle le 3 octobre prochain…

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

Brian De Palma veut traiter de l’affaire Weinstein

2 juin, 2018

Brian De Palma est attendu avec son prochain film Domino avec Nikolaj Coster-Waldau (Games of Thrones) où il reprendra le chemin du thriller même si visiblement la production s’est déroulée de façon chaotique et a été une « horrible » expérience pour le maitre.

A l’occasion de sa rétrospective à la Cinémathèque de Paris, Brian de  Palma déclare  » Je suis en train d’écrire un film sur ce scandale, dont je discute actuellement avec un producteur français. Mon personnage ne s’appellera pas Harvey Weinstein. Mais ce sera un film d’horreur, avec un agresseur sexuel, et cela se passera dans l’industrie du cinéma. »

En effet, on imagine très bien de Palma s’intéresser à ce type de sujet dont divers ingrédients ont irrigué sa filmographie…à suivre.

 

 

Netflix embauche le réalisateur de L’étrange Noël de Monsieur Jack !

17 mars, 2018

Netflix embauche le réalisateur de L'étrange Noël de Monsieur Jack ! dans Films series - News de tournage giphy

Henry Selick est culte notamment pour son magnifique chef d’œuvre « L’étrange Noël de Monsieur Jack« .

Depuis 2009 et Coraline, le cinéaste est absent.

Netflix vient de signer avec lui la production de son nouveau projet après 10 ans d’absence, Wendell And Wild.

Il s’agira bien entendu d’un film d’animation tourné avec la même technique en stop-motion.

Nous suivrons deux frères démons affrontant une nonne et des adolescents gothiques.

Le duo comique Key & Peele prêtera sa voix aux deux frères, Jordan Peele, étant au passage le réalisateur du film Get Out.

 

Ba de « Dans la Brume »de Daniel Roby avec Romain Duris et Olga Kurylenko

9 mars, 2018

 

Résultat de recherche d'images pour "Dans la Brume Romain Duris"

Ba de

Romain Duris et Olga Kurylenko joueront dans le film de science fiction « Dans la Brume« de Daniel Roby.

L’action se situe à Paris alors qu’une brume mortelle submerge la capitale. Les survivants s’isolent dans les derniers étages des immeubles et sur les toits.

Un couple tente de tenir alors qu’il ne dispose ni d’eau, ni d’électricité ni de nourriture. Face à la catastrophe, une évidence s’impose, il va bien falloir affronter le danger…

Sortie le 4 avril 2018

Image de prévisualisation YouTube

 

« The Age of Shadows » de Kim Jee-Woon – critique du blanc lapin

8 juillet, 2017

%25D8%25B51 L'armée des ombres dans Films - critiques perso

Kim Jee-Woon est l’un des grands maitres sud-coréens aux côtés de Bong Joon Ho et Park Chan Wook. Et heureusement qu’il est là car son talent est immense !

Toujours très inspiré par le cinéma français et l’âge d’or hollywoodien des westerns, le réalisateur de « 2 soeurs« , « A bittersweet life« , « Le bon la brute et le cinglé » ou encore le génial « J’ai rencontré le diable » revient en très très grande forme.

Le scandale c’est que le film est disponible sur internet mais n’a aucune date de sortie prévue au cinéma en France.

Le film se passe dans les années 1920, alors que la Corée est occupée par le Japon. Un capitaine de police coréen collabore avec la police japonaise pour détruire la résistance coréenne. Il va tenter se s’infiltrer auprès de l’un de ses leaders, Kim Woo-jin.

« The Age of Shadows« est tout d’abord une déclaration d’amour à « L’armée des ombres » de Jean-Pierre Melville, et comment dire…il y a pire comme référence.

On y trouve l’héroïsme, le sens du sacrifice d’un petit nombre face à l’oppresseur tout puissant mais aussi le déterminisme, la volonté farouche et l’inventivité de la dissimulation. Et lorsqu’il s’agit de jouer avec le spectateur, de surprendre ce dernier tant par le scénario, brillant, que par des effets de mise en scène d’une efficacité redoutable, on peut compter sur Kim Jee-Woon.

Quel plaisir que de regarder un film divertissant, intelligent sur le rapport à l’honneur et à la réussite, sur la résiliance mais qui brasse des tas de thèmes avec une fluidité qui ferait pâlir nombre de cinéastes occidentaux. Car le réalisateur n’oublie jamais de garder le spectateur sous tension tout du long.

Je me suis fait à plusieurs reprises la réflexion en me disant « wouah la classe ! çà c’est du cinéma d’action malin, du vrai !« . La photographie est comme d’habitude d’un excellent niveau.

Ce thriller d’espionnage est malin, porté par les trois acteurs ultra stars en Corée et que vous connaissez probablement, Gong Yoo (« Dernier train pour Busan« ),  Byung-Hun Lee (A bittersweet life, Hero,  Le Bon, la brute et le cinglé, « J’ai rencontré le diable« ), et le génial Song Kang-Ho (Sympathy for Mr. Vengeance, Memories of Murder, Lady vengeance, The Host, Le Bon, la brute et le cinglé, Thirst, Snowpiercer).

Ce jeu du chat et de la souris est juste excellent ! Le double jeu des personnages et les effets de surprises sont un vrai bonheur de cinéphile.

Jetez vous dessus ! Ce sera l’un des meilleurs films de l’année.

La piste aux lapins :

4,5 lapin

Enregistrer

Jude Law sera Dumbledore fâce à Eddie Redmayne et Johnny Depp

12 avril, 2017

Jude Law sera Dumbledore fâce à Eddie Redmayne et Johnny Depp 60332_ppl

Variety annonce que Jude Law sera Dumbledore jeune dans la suite du film « Les Animaux fantastiques« .

Eddie Redmayne reprendra son rôle et Johnny Depp sera Gellert Grindelwald, un sorcier tra tra méchant !

On peut dire que la Warner la joue secure niveau casting puisque Jude est excellent et ce dernier se démerde super bien à 44 ans et sécurise son côté bankable après quelques expériences plus risquées puisque le « Le Roi Arthur » qui sort début mai de Guy Ritchie peut marcher, le futur troisième « Sherlock Holmes » du même Ritchie aussi, la série « The Young Pop » a également bien fonctionné.

Good choice…même si perso les sorciers de Poudlard m’ont toujours un peu emmerdé mais bon…

 

Enregistrer

Enregistrer

Brad Pitt sur le film de SF du grand James Gray ?

11 février, 2017

Résultat de recherche d'images pour "brad pitt 2017"

James Gray est l’un de mes chouchous.

J’ai adoré « little odessa » et « la nuit nous appartient » ainsi que « two lovers« , mais son dernier film, « The immigrant« , avec Marion Cotillard et Joaquin Phoenix a été accueilli très froidement.

Il reviendra avec son arlésienne de 10 ans, « The Lost City of Z » le 15 mars prochain, soit l’un des évènement de l’année (bande-annonce ici). Et alors que ce projet devait se faire avec Brad Pitt et que ce dernier a finalement co-produit The Lost City of Z » sans y jouer, les deux artistes devraient se retrouver pour un projet très excitant ! D’autant qu’ils avaient eu un autre projet en commun, The Gray Man, qui ne fut pas développé. La troisième tentative sera t’elle la bonne ?

Brad Pitt subit des avaries sur le développement du film World War Z 2 et cherche un projet pour combler son agenda décalé !

James Gray parlait déjà en 2013 d’un film de SF qui suivrait des astronautes en mission pour ramener un colon rebelle vers la terre.

Ad Astra est donc toujours d’actualité et Brad Pitt jouerait un cosmonaute dont le père, parti à la recherche de vie extraterrestre sur Neptune il y a vingt ans, n’a plus donné signe de vie. Le fils cherche à comprendre l’échec de la mission et embarque pour un voyage spatial à travers le Système Solaire.

Lorsqu’il s’exprimait sur le film en 2013 dans The Playlist, le film était limite Kubrickien façon 2001…

« Je veux faire quelque chose de différent et mon intention est de faire un film qui soit factuellement scientifique et qui se déroule entièrement dans l’espace. J’ai lu par le passé que la NASA essaie de trouver des personnes ‘non développées émotionnellement’ afin de voyager sur Mars, car être dans un vaisseau pendant un an et demi est très difficile. Donc mon idée était de mixer une histoire à la ‘Au Cœur des Ténèbres’ de Conrad avec l’idée selon laquelle la NASA aurait mal jaugé l’un de ses astronautes, qui en pleine mission, ne parvient pas à gérer sa présence dans l’espace. L’idée est ainsi de parler d’une dépression nerveuse dans l’espace et de tourner dans le style des images d’archive d’une mission Apollo, de manière extrêmement réaliste – pas de son dans l’espace, donc. Le tout pour me pencher sur l’idée que, d’une certaine manière, l’être humain a besoin de la Terre. Car si vous lisez sur les astronautes qui sont allés sur la Lune, tous ont souffert de traumas mentaux d’une manière ou d’une autre. Pour eux, c’était presque insupportable de voir la Terre au loin, comme une petite bille. Edgar Mitchell a commencé à parler d’aliens dans la zone 51, Neil Armstrong s’est retiré dans sa ferme, Buzz Aldrin a parlé de son alcoolisme et de sa dépression… Donc l’idée qui sous-tend le film est que l’infini est insupportable, que l’espace est insupportable et que nous avons besoin d’être sur le plancher des vaches.  »

Bref, si Brad Pitt confirme, ceci deviendra l’un des projets les plus excitants !

Isabelle Huppert et Gaspard Ulliel chez Benoit Jacquot

27 décembre, 2016

Isabelle Huppert et Gaspard Ulliel chez Benoit Jacquot dans Films series - News de tournage 4907367

Benoit Jacquot (Les adieux à la reine, A tout de suite), fera tourner Isabelle Huppert dans le remake de Eva de Joseph Losey dont Jeanne Moreau était la star.

Adaptation du roman de James Hadley Chas, l’histoire suit Tyvian Jone, faux écrivain qui utilise le talent de son frère pour se faire passer pour ce qu’il n’est pas. A Venise, il tombe amoureux de Eva, femme indépendante et libre. Éconduit, il se marie à une autre femme mais n’arrive pas à l’oublier.

Gaspard Ulliel jouerait l’auteur de théâtre Bertrand Valade.

Le tournage commence mi-janvier à Paris, Lyon et Annecy.

 

Enregistrer

Enregistrer

« Moi, Daniel Blake » de Ken Loach – critique du Blanc Lapin

27 novembre, 2016

Afficher l'image d'origine

Alors qu’il avait annoncé se retraite il y a trois ans, le pourfendeur de la cause sociale est de retour, à 80 ans, avec la verve intacte, les mots justes. Il s’est fait étrier à Cannes avant de recevoir sa seconde palme d’or pour ce « Moi, Daniel Blake« , jugé trop en deçà par la presse…trop facile, trop attendu, trop gentil, trop caricatural. Et puis comme par magie, ces mêmes critiques changent leur fusil d’épaule à la sortie et encensent le film.

Ce seraient-ils acheté un cœur passé le jeu de massacre cannois?  En tout cas, « Moi, Daniel Blake » est un très bon Ken Loach pour ma part. Oui, il est du côté de ceux qui ne vivent pas la mondialisation du bon côté, pointant du doigt, lourdement mais surement le désengagement de l’état, ce qui est très à la mode en ce moment. Le problème c’est lorsque par une politique qui établit des règles à l’aveugle, on perd tout sens de l’humain, parceque la loi est appliquée à la lettre par des individus qui sont de l’autre côté.

Alors oui, ses personnages sont franchement dans la merde et supers sympas et ils se battent contre des fonctionnaires trop zélés.

Le problème c’est qu’un discours simple et efficace comme celui de Loach, on en voit de moins en moins, comme si la population se résignait et se soumettait à des choses parfois absurdes. Et Ken Loach reste un maitre de l’émotion et de la dénonciation d’abus idiots dans un monde égoïste et violent. Ceci fait tout simplement du bien d’entendre autre chose, un autre son de cloche. On n’est pas obligé d’être d’extrême gauche pour apprécier ce type de film, il faut juste avoir du cœur et pas juste des chiffres et des ratios en tête. Car la pensée unique çà rend con, tout simplement, qu’elle soit de gauche ou de droite. Parfois ce type de film permet de rééquilibrer les dérives idéologiques un peu faciles justement. Et Loach le fait de façon simple, évidente, nous arrachant des larmes de tristesse devant son constat particulièrement sombre.

Son film est épuré de tout effet de style, en colère et pourtant humble et fier. C’est ceci que le jury de Cannes a voulu récompenser mais aussi le parcours d’un maitre du septième art qui n’a jamais perdu de vue un idéal. Et même si on peut être en désaccord avec ses idées politiques, on peut avoir un profond respect pour son combat car il est juste.

Ken Loach nous manquera probablement, sa présence étant salvatrice pour toutes les raisons que j’ai évoquées. Il est indispensable à la diversité de pensée, comme une mauvaise conscience pour toutes celles et ceux qui sont du bon côté, comme moi, et qui se sentent trop peu concernés par cette violence sociale. Un très bon Ken Loach, qui mérite sa palme.

La piste aux Lapins :

4 étoiles

Mark Wahlberg retrouve David O. Russell (Les Rois du désert et The Fighter)

5 novembre, 2016

Mark Wahlberg retrouve David O. Russell (Les Rois du désert et The Fighter)  The-Fighter-Mark-Wahlberg

Après leurs collaborations sur « Les Rois du désert », « I Heart Huckabees » et « The Fighter« , Mark Wahlberg retrouve David O. Russell.

Il s’agirait de l’histoire d’un homme sportif, rencontrant la foi assez tard, devenant prêtre et mourant assez jeune, à 50 ans…suite à une maladie dégénérative des muscles. Il s’agira d’un film inspiré d’une histoire vraie, de Stuart Long, qui se fit ordonner prêtre alors que sa maladie était très avancée.

Wahlberg est très croyant et ce type de film cartonne aux Usa…en revanche en France, çà risque de passer moins bien.

Enregistrer

1234