Sin City aura droit à une suite en série

8 juin, 2017

Sin City aura droit à une suite en série dans Ce qui vous attend en séries Tv ! 18425334

L’adaptation de la BD culte de Frank Miller n’a jamais été dans mes films de référence, le premier volet étant extrêmement violent visuellement, de façon gratuite et racoleuse et le second volet plus regardable mais au scénario pas plus intéressant.

Sin City aura donc droit à une suite mais cette fois-ci à la télévision.

La transposition du comics sera t-elle aussi fidèle que les film? Mais surtout, présentera t elle un intérêt ?

Il est permis d’en douter.

Enregistrer

« L’amant double » de François Ozon – critique du blanc Lapin

28 mai, 2017

François Ozon est l’un des cinéastes français les plus prolifiques et les plus doués, ce qui nous vaut quasiment chaque année un nouvel opus. Mais Ozon est aussi capable de mélanger les genres ou d’en changer, passant de la comédie pure avec « Potiche » ou « 8 femmes » au thriller psychologique (« Dans la maison« , « Sous le sable« ), en passant par le drame pur « Le temps qui reste« , « 5×2« , « Le refuge« , « Frantz« ), l’hommage à Fassbinder (« Gouttes d’eau sur pierres brûlantes »), la provocation habile (« Jeune et jolie« ), ou le fantastique (« Les amants criminels« , « Sitcom« , Ricky »).

18 films en 20 ans de carrière…Notre stakhanoviste cinéphile national revient donc avec un film à la limite du fantastique et du thriller et nous parle de gémellité, lorgnant vers « Faux-Semblants » de David Cronenberg.

Ozon convoque Freud à travers cette histoire de jeune femme qui tombe amoureuse de son psy mais nous ballade sans cesse entre plusieurs eaux troubles, usant à la merveille de la beauté effarouchée de son actrice, magnifique Marine Vacth. Découverte dans « Jeune et jolie« , elle a prouvé son grand talent d’actrice dans le récent « La confession« , aux côtés de Romain Duris.

Face à elle, Jérémie Renier compose un rôle exigeant, pervers et intellectuel, frustré et mystérieux, l’un de ses meilleurs rôles. On ne dirait pas comme cela mais Jérémie Renier, découvert chez les Dardenne, est devenu l’un des plus grands acteurs français de sa génération, à la filmographie dense et exigeante.

François Ozon choisit donc de laisser au spectateur imaginer le fin mot de l’histoire, perdu entre l’apparente simplicité du récit et le fait qu’il sente un secret plus profond qui ne demande qu’à émerger. L’érotisme parcourt le film avec tous les fils nécessaires au doute qu’il entretient.

La frayeur n’est jamais loin dans chaque scène, la tension et l’imminence d’un cataclysme étant palpable.

Et puis Ozon révèle son secret. J’aurais préféré une fin moins abrupte, des liens plus évidents entre les scènes de 95% du film et le dénouement voire des effets miroirs plus évidents. C’est le seul bémol d’un film qui demeure un bon opus de François Ozon.

La piste aux Lapins :

3,5 lapins

Enregistrer

Le retour d’Emir Kusturica, Ba de « On the Milky Road »

27 mai, 2017

Le retour d'Emir Kusturica, Ba de

Celà fait 14 ans que l’immense Emir Kusturica patauge dans la semoule et a perdu son inspiration. Niveau réalisation, depuis son bijou « Chat noir chat blanc » en 1998, le réal de « Underground » et « Le temps des gitans« , a pondu deux films mineurs, « La vie est un miracle » en 2004 et « Promets moi » en 2007.

Monica Bellucci lui donne la réplique dans « On the Milky Road ». L’histoire suivrait le femme d’un militaire, en temps de guerre, qui décède juste avant leur mariage… Moi j’espère juste qu’il retrouve son génie car il me manque. La bande-annonce ressemble à du Kustrurica pur jus !

Le film sort le 12 juillet 2017

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

Enregistrer

Enregistrer

« Rodin » de Jacques Doillon avec Vincent Lindon – critique du Blanc Lapin

27 mai, 2017

Vincent Lindon joue Auguste Rodin à 40 ans, alors que le succès arrive et que sa première commande d’Etat se concrétise avec « La Porte de L’Enfer« .

Je suis assez partagé sur le long métrage qui comporte du très bon et du très pénible en même temps. Vincent Lindon compose bien son personnage même si ce dernier parle souvent dans sa barbe et parfois c’est un peu relou. Izïa Higelin joue une Camille Claudel amoureuse et qui perd pied face au refus de s’engager de Rodin mais comment dire…cette partie de l’histoire n’est pas très intéressante…et comme c’est 70% du film, forcément, çà lasse. Ou tout du moins il aurait fallu de la fougue, de la fièvre, ressentir la passion des personnages.

Et là, c’est le drame. La mise en scène de Doillon est d’une platitude absolue, avec des ellipses ou des cartons inter scènes qu’on ne voit plus depuis 30 ans. C’est très lent et très caricatural du cinéma d’auteur français se regardant le nombril et donc de nombreux spectateurs trouveront le film juste chiant. Et puis bon le film comporte trois lieux en tout et ce huis clos est parfois pénible.

Et pourtant…et pourtant il y a aussi du très bon à s’attarder sur Rodin en train de modeler et non de sculpter, ce qui pour moi, qui aime modeler à mes heures perdues, m’a profondément touché. Je comprend en effet cet abandon dans la créativité du personnage, ce lien quasi paternel au résultat de son travail. J’ai beaucoup aimé également cette réflexion du personnage ventant les œuvres inachevées, justifiant le choix de l’inabouti par le fait que de nombreuses Cathédrales sont dans cet état, ou qu’on ne reproche pas à un arbre de continuer à pousser.

Ainsi le Rodin au travail est plutôt bien croqué, comme quasi documentaire de l’artiste composant certaines de ses œuvres de multiples morceaux sculptés à d’autres occasions. Mais cette pépite dans le film est noyée par la façon ascétique de filmer , qui ne va pas du tout avec la relation Rodin/Claudel.

La piste aux lapins :

3 étoiles

 

« Pirates des Caraïbes : la Vengeance de Salazar » – critique du Blanc Lapin

27 mai, 2017

On ne peut pas dire que les films « Pirates des Caraibes » constituent la série du siècle question aventure cool, surtout lorsque l’on compare à des ainés autrement mieux maitrisés comme Indiana Jones.

Cependant Johnny Depp surprenait son monde il y a 14 ans en créant un personnage iconoclaste au milieu d’un énorme blockbuster Disney qui sur le papier paraissait fort insipide. Le résultat était gentillet et distrayant mais regardable. Les deux suites mettaient le paquet sur les effets spéciaux au détriment d’un scénario pas toujours compréhensible par ses incohérences et Jack Sparrow  devenait la caricature de lui-même, en parallèle de la carrière de l’excellent Depp, qui préféra les billets verts à la construction d’une carrière. Le quatrième volet, « La fontaine de jouvence » était affreux et pathétique, les 90 M$ de salaire de Johnny Depp se voyant à l’écran puisque l’essentiel du film se passait sur une île avec très peu d’effets spéciaux, faute de fric, entièrement refilé à la star. On atteignait les cales et l’eau prenait de partout.

Ce cinquième film est donc une agréable surprise puisqu’il renoue avec le 1er volet avec un peu de fraicheur. Et on se demande si le fait que les héros soient différents à savoir Brenton Thwaites et Kaya Scodelario n’aide pas un peu. Non qu’ils jouent excessivement bien, ils font juste le job, mais bon Jack Sparrow qui grimace çà devient légèrement pénible. L’autre atout du film est son méchant, le génial Javier Bardem qui comme toujours excelle.

Et puis reconnaissons le, ce divertissement fonctionne. C’est ludique et après tout c’est l’objectif du film. Le long métrage respecte son public à défaut de surprendre mais on ne regarde pas ce type de long métrage pour une caution cinématographique qui marquera à long terme, c’est le moins qu’on puisse dire.

Certaines scènes comme la guillotine, les attaques de bateau fantôme ou de requins pas bien en point créent l’animation. L’aventure et les scènes d’action font le reste.

La piste aux lapins :

3 étoiles

Enregistrer

Enregistrer

BA finale pour le « Valérian et la Cité des mille planètes » de Luc Besson

24 mai, 2017

BA finale pour le

Mon réalisateur favori, Luc Besson (je déconne), n’arrêtera donc pas sa carrière comme promis au bout de neuf films puisque après ses très mauvais « Arthur et les Minimoy » ou son adaptation fadasse d’ »Adèle Blanc-sec (pauvre Jacques Tardi), son gentil « The Lady« , son pépère « Malavita », et son carton Lucy, il s’attaquera comme promis à Valérian !

Ce film de SF façon « Cinquième élément » sera l’adaptation de la BD culte Valérian ! L’œuvre de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières suit un couple d’agents d’un service secret spatio-temporel. Lauréline et Valérian ont le droit de se déplacer dans les époques mais ont interdiction de modifier le passé. Ils se baladent de planètes en planètes, rencontrent des monstres et extra terrestres divers et variés…

Son casting sera composé de la top model britannique Cara Delevingne et de Dane DeHaan, remarqué notamment dans Chronicle.

Clive Owen et Rihanna ont déjà intégré ce casting iconoclaste.

Mais c’est surtout l’excellent Ethan Hawke (« Before sunrise« , « Bienvenue à Gattaca« , « Assaut sur central 13« , « Lord of war« , « Training Day », « 7h58, ce samedi là« ,  « Boyhood« ) qui complétera ce casting international..

Voilà, j’ai hâte de voir ce nouvel opus qui sera visuellement très réussi mais scénaristiquement faible, comme tout ce qui sort de chez notre blondinet victime des critiques tra

tra méchants et snobs…et qui n’ont rien compris à son souhait, faire du cinéma de divertissement.

Sortie le 26 juillet 2017 !

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

Enregistrer

Enregistrer

Ba excellente de Games of Thrones saison 7

24 mai, 2017
Ba excellente de Games of Thrones saison 7 dans Bandes-annonces game-of-thrones-saison-7-affiche-988438
L’avant dernière saison de Game Of Thrones commencera avec retard le 16 juillet sur HBO…

Cersei Lannister, Jon Snow et Daenerys Targaryen vont se foutre sur la tronche et les Marcheurs Blancs ne sont pas loins.

Cette saison 7 sera constituée de 7 épisodes diffusés à compter du 16 juillet prochain !

Image de prévisualisation YouTube

Enregistrer

Cannes 2017 : Ba de la claque Cannoise « 120 battements par minute »

22 mai, 2017

Cannes 2017 : Ba de la claque Cannoise

« 120 battements par minute » de Robin Campillo, a ému la croisette et figure comme le favori pour la palme d’Or à la moitié de la compétition.

Début des années 90. Alors que le sida tue depuis près de dix ans, les militants d’Act Up-Paris multiplient les actions pour lutter contre l’indifférence générale.
Nouveau venu dans le groupe, Nathan va être bouleversé par la radicalité de Sean.

Bande-annonce du film qui sortira le 23 août 2017.

Image de prévisualisation YouTube

Enregistrer

Cannes 2017 : Ba de « La Lune de Jupiter »

22 mai, 2017

Cannes 2017 : Ba de

La Lune de Jupiter, le nouveau film du Hongrois Kornel Mundruczo, a divisé la presse lors de sa présentation Cannoise la semaine dernière, en compétition pour la palme d’Or.

Le film suit un jeune migrant qui après avoir pris des coups de feu de gardes frontières, se découvre le pouvoir de léviter.

Il est enfermé dans un camp de réfugiés puis s’échappe avec l’aide du Dr Stern…ce dernier souhaitant exploiter son extraordinaire secret…

La Lune de Jupiter sortira le 1er novembre en France.

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

Enregistrer

Cannes 2017 : BA du très attendu « Okja » de Bong Joon-Ho (« The host », « Snowpiercer ») avec Jake Gyllenhaal et Tilda Swinton

22 mai, 2017

Cannes 2017 : BA du très attendu

Jake Gyllenhaal, Paul Dano, et Tilda Swinton sont dans le nouveau film du maitre coréen Bong Joon-Ho, deux ans après Snowpiercer. « Memories of muder« , « The host » et « Mother » ont fait de lui est l’un des plus grands réalisateurs du cinéma mondial.

Okja a reçu un très bon accueil jeudi dernier à Cannes, en compétition officielle pour la palme d’Or. En revanche il y a un scandale autour du film, qui est une exclusivité Netflix qui ne sortira pas au cinéma…

Bong y raconte l’histoire d’une jeune  campagnarde, de la province de Gangwon, qui va voyager de la Corée aux États-Unis…elle s’occupe d’un animal nommé Okja…conçu par des généticiens pour être mangé …  Quand on se souvient de The Host, on peut s’attendre à un délicieux jeu de brouillage de pistes entre les genres.

Le film a été tourné pour 40% aux États-Unis et le reste en Corée pour un budget de 25 à 30 M$…produit par Netflix !

Mise en ligne sur Netflix le 28 juin prochain !

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

Enregistrer

Bong Joon-Ho (Memories of Murder, The Host et Snowpiercer) sur un nouveau film coréen

20 mai, 2017

Bong Joon-Ho (Memories of Murder, The Host et Snowpiercer) sur un nouveau film coréen dans Films series - News de tournage memories_of_murder_4

Le génial Bong Joon-Ho (Memories of Murder, The Host et Snowpiercer) sortira Okja prochainement sur Netflix avec Tilda Swinton et Jake Gyllenhall.

Son film suivant sera Parasite qui suivra une famille confrontée à des troubles inquiétants.

La star coréenne Song Kang-Ho,retrouvera son cinéaste fétiche…

On ne sait pas grand chose du projet à ce stade.

Rosamund Pike en Marie Curie pour Marjane Satrapi

20 mai, 2017

Rosamund Pike en Marie Curie pour Marjane Satrapi dans Films series - News de tournage 0001b921ddc8d46a5b276e5136018986

Marjane Satrapi va changer carrément de style après son excellente adaptation d’elle même via le dessin animé Persépolis et la comédie noire The Voices.

Il s’agira d’un biopic de Marie et Pierre Curie intitulé Radioactive.

Adapté Radioactive: Marie & Pierre Curie: A Tale of Love and Fallout de Lauren Redniss, le film aura pour interprète l’excellente Rosamund Pike, l’actrice de Gone Girl de David Fincher.

12345...355