Musique – Shout out louds – « 100 ° »

29 décembre, 2009

Image de prévisualisation YouTube

Livre – « Un complot de saltimbanques » d’Albert Cossery

29 décembre, 2009

Merci Philippe pour ton conseil de lecture, le bouquin est très bon !!

Livre -

Ecrit à 86 ans par cet auteur égyptien francophone, ce roman très rapide à lire, à peine 200 pages, a la grande qualité de mélanger suspens, ironie noire et désabusée et qualité d’écriture remarquable.

De retour de six ans passés à l’étranger où il n’a pas du tout fait d’études mais vécu aux frais de son riche père, le jeune Teymour revient dans sa ville natale, un faux diplôme en poche…acheté à prix d’or. Son père lui a coupé les vivres, il n’a pas le choix. Et le garçon, qui aime par dessus tout l’oisiveté et la luxure, déprime à l’avance à l’idée de passer le restant de ses jours dans cette petite ville de province où rien ne se passe. Mais c’est sans compter sur ses deux amis d’enfance, qui partagent la même vision de la vie à savoir ne surtout pas travailler et vivre le plus possible sur le patrimoine familial, histoire de se concentrer sur la débauche et la culture. Hélas pour eux, le gouvernement les suspecte fort de faire partie d’un vaste complot anarchique…

Le livre regorge de bons mots, d’un phrasé qui fait du bien car Albert Cossery maitrise la langue française parfaitement. Le verbe est riche et l’histoire des divers personnages amusante et intriguante car la finalité des diverses pistes est impossible à deviner, le sujet étant suffisamment original pour ne point sentir le déjà vu. Derrière ces jeunes gens parfois très agaçants qui s’opposent à la bonne morale bourgeoise tout en profitant au maximum, Cossery dépeint un idéal de vie pas si déplaisant que cela voir même fort sympathique, avec une poésie et une justesse des mots qui font mouche.

Bref, lisez le…c’est excellent !!

The Talking Cure: David Cronenberg revient avec un casting 4 étoiles, Fassbender et Christopher Waltz (Inglorious basterds)

29 décembre, 2009

L’histoire se concentre autour d’une belle jeune femme (keira knightey), rendue folle par son passé et deux médecins un peu connus, Carl Jung et Sigmund Freud…

Michael Fassbender (Fish Tank, Hunger) et Christopher Waltz (Inglorious Basterds) interpréteront le père de la psychanalyse et son ami…

The Talking Cure: David Cronenberg revient avec un casting 4 étoiles, Fassbender et Christopher Waltz (Inglorious basterds) dans Films michael_fassbender_as_bobby_sands Christophe-Waltz_basterds dans Films series - News de tournage

 

Bande annonce N°2 du « Choc des titans » avec Sam Worthington (Avatar), Ralph Fiennes, Liam Neeson…efficace aussi !!

29 décembre, 2009

Image de prévisualisation YouTube

Bande annonce N°2 d’ « Inception » de Christopher Nolan (the dark Knight)…efficace…

29 décembre, 2009

Image de prévisualisation YouTube

Les meilleurs films de l’année 2009 – classement subjectif…

20 décembre, 2009

Bien, je vais donc donner mon classement perso de films préférés sur 33 vus au cinéma en 2009, sachant que je sélectionne énormément en fonction des critiques de films…et que lorsque je vois en dvd ceux que j’ai loupés, il est rare que je passe à coté d’un film hallucinant…j’arrête les compteurs ici. Je verrai le « Tetro » de Coppola en janvier je pense…

N°15 – « Slumdog millionaire » de Danny Boyle

Les meilleurs films de l'année 2009 - classement subjectif... dans Dossiers slumdog_millionaire

Un bon film, qui donne la banane…un peu facile des fois, très film à oscar mais Boyle (Trainspotting) a du talent et l’idée d’une histoire à la Dickens située dans l’Inde d’aujourd’hui est efficace…

N°14 -  « Le bal des actrices » de Maiwen Le Besco
154908-l-affiche-du-film-le-bal-des-actrices-637x0-3 dans Films

Maiwen Le Besco a tout pour agacer mais il faut avouer que j’étais mort de rire une bonne partie du film et pas pour son ridicule, plutôt pour son culot et celui des actrices ayant accepté de jouer leur propre rôle, quitte à livrer une image ingrate d’elles mêmes…vision déformée et fausse bien entendu mais regard lucide sur le métier de comédien.

N°13- « Là haut »  de Pete Docter et Robert Peterson (studios Pixar)

affiche-disney-pixar-la-haut1

Première fois que je chiale devant un Disney ou plutôt…un Pixar !!! C’est plein de bons sentiments certes, mais c’est amené avec délicatesse, poésie. La maitrise de l’image de synthèse par  la firme à la lanterne est décidément bluffante à chaque fois…alliée à un scénario intelligent et drôle.

N°12 – « OSS 117, Rio ne répond plus » de Michel Hazanavicius

19057747_w434_h_q80

Une comédie française réussie, c’est rare mais une suite meilleure que le premier…Dujardin est parfait dans ce rôle et on rigole encore plus de cette France si fière d’elle même, en élargissant les thèmes de moquerie, en écornant l’image d’Epinal des années 60…vivement le N°3…

N°11- The Wrestler de Darren Aronofsky

Mickey Rourke trouve l’un des rôles de sa vie là où il aurait pu se ridiculiser un peu plus. Aronofsky, toujours aussi brillant, montre qu’il sait aussi changer de style, finis les montages qui impriment la rétine…un bon scénar, une caméra à l’épaule à la Dardenne et voici un Lion d’or 2008 fort mérité. 

the_wrestler-633f8

N°-10 « Boy A » De John Crowley 

Boy+A

Découverte d’un jeune acteur très doué, Andrew Garfield et drâme déchirant…qui ne tombe jamais dans le pathos ou la complaisance…

 N°9- « L’enfer d’henri Georges Clouzot »

l-enfer-d-henri-georges-clouzot-18781-2117080265

Histoire d’une autodestruction créatrice pour l’un des grands réalisateurs français des années 50…l’artiste confronté à ses démons, à son perfectionisme…et la beauté envoutante de Romy Schneider…

N°8 -  « Avatar » de James Cameron

Avatar-1 

 Pari réussi pour James Cameron qui révolutionne les effets spéciaux avec des êtres d’une crédibilité hallucinante, une planète, « Pandora » extrêmement riche. L’histoire ne suit hélas pas au même niveau mais sa naiveté est fort sympathique…c’est hélas ce qui manque au film pour en faire un chef d’oeuvre.

N°7- « Un prophète » de Jacques Audiard

prophete_audiard

Il doit être fier Michel…de son fils…5 films et autant de bijoux…une vision très crue du milieu carcéral magnifiée par une réalisation au cordeau et un jeune acteur Tahar Rahim, nul doute que nous le reverrons…

N°6- The Box de Richard Kelly Avec Cameron Diaz, James Marsden

the-box

Film qui a fortement divisé, qui pour moi est l’une des brillantes surprises de 2009…à la croisée des années 70, de la 4ème dimension, de David Lynch et d’Alfred Hitchcock…un grand film paranoiaque !!

 N°5 – Louise Michel de Gustave Kervern et Benoît Delépine

Une comédie bien grinçante par deux des auteurs du Groland, avec une équipe de luxe, Yolande Moreau toujours aussi spé et Bouli Lanners, l’acteur belge qui monte qui monte qui monte….

19012208

 N°2 ex-æquo – « Inglorious Basterds »de Quentin Tarantino

L’arlésienne de Tarantino (12 ans d’attente) enfin sur nos écrans pour un délire où le cinéphage revisite la seconde guerre mondiale avec humour, personnages hauts en couleurs et hommage au septième art très, euh…personnel…peut être son meilleur film avec Pulp Fiction…

 N°2 ex-æquo- « The Watchmen » de Zack Znyder

19002152

Une compilation de toute la pop culture américaine des 50 dernières années remixée en un terrible constat d’échec, mais un très bel enterrement des utopies !! 

N°2 ex-æquo - « L’imaginarium du docteur Parnassus » de Terry Gilliam

Pouvais-je ne pas aimer ce film ? Suis-je objectif ? Non, évidemment !!! Mais j’aime profondément ce film car il est la quintessence de l’univers de Gilliam…il est loin d’être parfait et ses aspérités en font un objet filmique très particulier et unique…tout le talent d’un conteur comme Terry Gilliam est de laisser s’envoler les histoires dans la tête des spectateurs suffisamment tôt pour qu’elles prennent de l’ampleur….et c’est ceci qui est très fort dans ce film, au delà de l’adversité qu’il a du traverser pour mener à bout son projet. Un très grand Terry Gilliam, à qui le temps donnera ses lettres de noblesse.

   

N°1- « Les noces rebelles » de Sam Mendes

Un véritable choc émotionnel et une prestation remarquable de Leonardo Di Caprio et Kate Winslet. La destruction d’un idéal de liberté, d’un projet de couple aveugle et fou, de l’utopie de pouvoir échapper à un destin normé et fadasse…un équipage trop beau et trop emprunt de non-conformisme pour ne pas se briser contre le mur froid et imposant de l’american way of life des années 50. Un thème original brillamment mis en scène par Sam Mendes, un cinéaste éclectique (American beauty, les sentiers de la perdition, Jarhead) qui sait intelligement mener sa carrière d’auteur au sein du système hollywoodien. Une réussite majeure.

les-noces-rebelles

« Avatar » de James Cameron – ma critique perso – 4/5

20 décembre, 2009

Le film tant attendu de James Cameron est loin d’être exempt de défauts. En premier lieu, pour réussir un film de SF, il faut souvent un bon méchant. Or, les méchants d’Avatar sont caricaturaux et ne se posent aucune question, ils ne sont même pas binaires, ils sont unidimentionnels, dans un film en 3D, c’est plutôt marrant. Ensuite, les humains sont quand même peu nombreux à réfléchir…mais bon, les cows boys et les indiens qui nous sont présentés ne sont pas plus ridicules que les personnages du « nouveau monde » de terrence Mallick, une pocahontas extraterrestre et un colon humain se découvrent l’un l’autre. C’est naif mais naiveté et mièvrerie ne sont pas synonymes ou alors c’est que vous êtes devenus trop cyniques pour faire la différence.

Maintenant passons aux qualités car elles sont nombreuses. Tout d’abord Avatar est une révolution technologique et la « performance capture » donne à voir pour la première fois des personnages extra terrestres d’une finesse telle qu’on ne fait pas la différence avec les vrais acteurs. Les animaux et la flore sont aussi extrêmement riches pour la rétine. La planète Pandora vit et le spectacle est ébouriffant. C’est un peu le même pari fou que pour « le seigneur des anneaux », rendre un monde totalement fantasmé palpable si ce n’est que les personnages qui y évoluent ont une âme et sont attachants, contrairement aux froids personnages de la célèbre trilogie adaptée de Tolkien. Et là, une autre qualité et non des moindres est à mettre à l’actif de Cameron, il créé pour la première fois depuis des lustres un monde entier, sans l’avoir adapté de quelque bouquin ou remake. Depuis Star Wars, avions nous vu une telle immersion dans un monde étranger aussi bien construit, avec une telle évidence ?

Et puis Cameron est maitre en matière d’action, ça dépôte !! Ses clins d’oeil à son « Aliens » avec les robots manipulés par des humains (quasiment les mêmes) ou via Sigourney Weaver, toujours aussi classe, sont aussi de petites pépites.

J’ai été agréablement surpris par un scénario simple mais pas débile, pas surprenant mais qui se suffit à lui même car la faune, la flore et les Navi’s (personnages bleus) sont assez impressionnants pour balayer le reste des réserves. 

James Cameron a réussi donc à faire avancer d’un grand pas le cinéma de demain. Il nous a pondu un bon film de SF à qui on reprochera éternellement son simplisme au message écolo-anti militariste…je dois être bon public !!!!

« La route » de John Hillcoat – ma critique perso – 3/5

20 décembre, 2009

 

Dans le genre film post apocalyptique, « la route » fait preuve de qualités aussi fortes que ses défauts et c’est une déception de les voir s’annihiler à ce point.

Viggo Mortensen est parfait de justesse, comme d’habitude. La vision sans concession d’un monde où l’humanité n’existe plus, où les hommes sont obligés de devenir cannibales ou de mourir de faim est très réussie. La sobriété des décors de désolation permet au récit d’être crédible. L’espoir fait vivre et c’est bien de cela dont il est question, l’espoir pour le personnage principal de voir son fils lui survivre, son unique dieu puisque Dieu a tourné le dos au genre humain. Mais voila, passé cette relation filiale et la description du néant, pas grand chose d’autre n’est traité ou tout du moins pas assez en profondeur. Et surtout les scènes soit se répètent soit font preuve d’un manque terrible de tension là où le spectateur devrait être en empathie avec les personnages…une réalisation bien trop académique et des décors plutôt lassants…or le film souffre de la comparaison avec d’autres films du même genre pour lesquels les visions du monde sans l’homme étaient bien plus percutantes, que ce soit « je suis une légende » pour le décorum (pas les vampires évidemment) ou « Blindness » pour le rythme et la richesse des thèmes mixés les uns aux autres. « La route » est un film trop sage et trop linéaire pour réellement m’emporter. J’étais agréablement surpris de ne pas tomber dans du pathos mais à force de vouloir livrer un film sec à l’image du monde qui nous est décrit, la substance du bouquin (pas lu mais parait-il brillant) semble s’être elle aussi répandue ailleurs que sur la bobine.

Max et les Maximonstres – Ma critique perso – 3,5/5

19 décembre, 2009

Max et les Maximonstres - Ma critique perso - 3,5/5 dans Bandes-annonces
Max et les maximonstres de Spike Jonze (dans la peau de john Malkovitch) est donc l’adaptation du célèbre bouquin pour enfants de Maurice Sendak…moi je ne l’ai pas lu enfant et parait-il, il y’a peu de mots, quelques dessins et beaucoup de suggestion. Et au final, ce film m’a surpris. A tel point qu’en sortant, je ne savais pas quoi en penser. Pas d’avis clair. Juste des compliments variés qui fusaient de partout, sans réel lien, un peu comme ce qui se passe dans le film. Tout d’abord le film est d’une incroyable poésie. Je sais, ce mot est galvaudé mais ici, des peluches de 2 mètres de haut ont réussi à m’émouvoir par leur réalisme, l’humanité palpable qui s’en dégage. Assez fort et assez étrange comme sentiment. On est très loin de chewbaka. Les expressions des personnages, leurs yeux, mélangés à cet aspect peluche donnent un résultat troublant. Et puis la réalisation est limpide, classe, avec une manière de filmer un désert, une forêt ou un bord de mer qui concrétise une réelle impression de liberté…mais bloquée sur une île, celle des maximonstres. Le jeune comédien est lui aussi bluffant. Quant à l’histoire, elle se résume en trois phrases donc je ne vais pas vous la résumer. Simplement, l’enfant est traité pour une fois comme un individu cruel, mélancolique, en recherche d’amour, un peu perdu et très seul.

D’où le recours à son imaginaire, à ses sept maximonstres qui chacun représentent une part de son introspection. Il y’a bien « tideland » de Terry Gilliam ou « la nuit du chasseur » qui traitent les enfants de manière « non niaise » mais ce Max là est particulièrement attachant car il est bourré de tout ce qui agace chez un gosse si ce n’est qu’on est à coté de lui et que forcément, l’angle de vue change un peu le jugement.

Bref, ce film a divisé la presse et le public, il ne vous plaira peut être pas du tout ou vous ennuiera. Moi, il m’a intrigué par sa conception, il m’a ému et m’a évidemment rappelé mon enfance, solitaire elle-aussi…et bourrée de personnages sortis de nul part.

Marlon Brando, Paul Newman et Marilyn rejoueront-ils au cinéma ?

17 décembre, 2009

Marlon Brando, Paul Newman et Marilyn rejoueront-ils au cinéma ? dans Films m_1235643284_0_2620 dans Films

paul-newman

C’est une question que je me pose depuis longtemps…quel intérêt auront nous à les revoir ? en fake…

La motion capture utilisée sur Avatar permet aujourd’hui de restituer une finesse d’expression impressionante…

Et bien la question a été posée à James Cameron qui a répondu très simplement. Le jeu d’acteur ne serait bien entendu pas le même et ceci se verrait à l’écran. Ce serait toc. J’ajouterais à ceci les problèmes éthiques et un casse tête en matière de droits à l’image,  droits de suite et divers droits de la propriété intellectuelle et artistique…d’autant que ces droits sont différents dans chaque pays…

En revanche, Cameron précise que pour des acteurs ayant joué des personnages de synthèse en motion capture aujourd’hui, ces derniers pouront les rejouer 30 ans plus tard sans qu’ils aient pris une ride et ceci, c’est révolutionnaire en soit…

Superbe nouvelle BA de « Alice au pays des merveilles » de Tim Burton

16 décembre, 2009

Moi qui crache régulièrement sur la disneysation de Tim Burton, y’aurait il un espoir de voir enfin un bon film ?

Image de prévisualisation YouTube

 

« Inception » de Christopher Nolan, le poster

16 décembre, 2009

Prévu pour sortir chez nous le 21 juillet 2010, le nouveau film de Christopher Nolan (the dark knight, Memento) s’affiche enfin sur la toile avec un casting de luxe pour un projet mystère, Léonardo Di Caprio, Marion Cotillard, Ellen Page, Joseph Gordon-Levitt, Tom Hardy, Cillian Murphy, Tom Berenger, Lukas Haas et Michael Caine. 

 

1...353354355356357...359