2ème Ba « Le Bonhomme de Neige », adaptation de Jo Nesbø avec Michael Fassbender par le brillant Tomas Alfredson

10 septembre, 2017

2ème Ba

L’adaptation du roman de John LeCarré, « La Taupe«   réalisé par Tomas Alfredson, a permis la plus belle adaptation de l’écrivain, louée par toutes les critiques en ce début d’année 2012. Le réalisateur suédois avait auparavant sorti l’excellent film de vampires Morse.

Mais Alfredson a remplacé Martin Scorsese sur l’un de ses nombreux projets, dont on se doutait qu’il n’aurait pas le temps  nécessaire pour le réaliser.

« The snowman » sera donc l’adaptation du roman de Jo Nesbø, livre Norvégien qui se déroule à Oslo, en 2004. On y suit un tueur en série  qui signe ses meurtres et les annonce en construisant un bonhomme de neige face à la maison de la victime. Hollywood s’intéresse de plus en plus à la littérature venue d’Europe du Nord, après l’adaptation du premier « Millénium » par David Fincher. J’ai lu le livre, il est en effet excellent de suspens et de rebondissements.

L’immense Michael Fassbender prêtera ses traits à l’inspecteur Harry Hole, personnage hors norme et ultra attachant, et fil directeur de bien des romans de Nesbø.

Sortie le 29 novembre 2017

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

Enregistrer

Deauville récompense The Rider et A Ghost Story

10 septembre, 2017

Deauville récompense The Rider et A Ghost Story dans Films series - News de tournage

Je vous ai parlé plusieurs fois du nouveau film du réalisateur de « Les amants du Texas« , David Lowery.

D’abord parcequ’il réunit de nouveau les excellents Casey Affleck et Rooney Mara.

Ensuite parceque A Ghost Story a un pitch original où un fantôme vient hanter son ex petite amie mais enfin et surtout parceque la presse à Sundance était excellente, vantant une mise en scène des plus originales.

Et bien le festival de Deauville vient de lui attribuer le Prix du jury soit le second prix. Le film sortira en 2018.

Le 1er prix revient à un film qui fait de plus en plus parler de lui depuis son passage à Cannes à la Quinzaine des réalisateurs. Il pourrait marquer 2018 également.

The Rider de Chloé Zhao, suit un jeune cowboy qui fait une très mauvaise chute et doit bouleverser sa vie et retrouver une nouvelle identité.

Le film s’intéresse à l’Amérique profonde de Trump et a l’air excellent.

5481239 A Ghost Story dans Films series - News de tournage

Enregistrer

Xavier Dolan rejoint Nicole Kidman dans un film sur l’homophobie dans une communauté religieuse

10 septembre, 2017

Xavier Dolan rejoint Nicole Kidman dans un film sur l'homophobie dans une communauté religieuse dans Films series - News de tournage Nicole-Kidman-Photos08HEDGE2-superJumbo homophobie dans Films series - News de tournageleffronte_0 Lucas Hedges

Xavier Dolan sera acteur aux côtés de l’immense Nicole Kidman pour la seconde réalisation de l’acteur Joel Edgerton

Lucas Hedges (Manchester by the Sea) jouera un fils d’un pasteur baptiste homosexuel dans une petite ville américaine.

Alors qu’il n’a que 19 ans, il va subir une thérapie pour le faire devenir hétérosexuel, sous peine d’être excommunié et rejeté de sa sa famille et ses amis.

Boy Erased aura également Russell Crowe et son réal Joel Edgerton au casting.

Le film est prévu pour une sortie en 2018.

Enregistrer

Le génial Guillermo Del Toro remporte le Lion d’Or à Venise

10 septembre, 2017

Le génial Guillermo Del Toro remporte le Lion d'Or à Venise dans Films series - News de tournage Guillermo del Toro dans Films series - News de tournage

L’excellent Guillermo Del Toro, qui a bien galéré avec ses projets ces dernières années, remporte le 74ème Lion d’Or de la Mostra de Venise pour The Shape Of The Water.

Le film a reçu un accueil dithyrambique de la presse et c’est une excellente nouvelle car il est rare qu’un artiste à l’univers et l’imaginaire si personnel, spécialisé dans le fantastique, recueille une telle récompense. Ceci va probablement rebooster sa carrière.

Sally Hawkins et Richard Jenkins donneront la réplique au grand Michael Shannon dans le prochain opus de Guillermo Del Toro.

The Shape Of The Water reviendrait dans la veine du Labyrinthe de Pan.

Il s’agira d’un conte de fées où une manutentionnaire muette travaillerait en 1963 dans un mystérieux laboratoire.

Un homme amphibien y ferait l’objet d’études, on pensera évidemment aux deux Hellboy de Del Toro…

Del Toro a comme d’habitude un univers visuel incroyable mais pêche toujours un peu par la facilité de ses scénari…le grand film serait enfin là d’après la presse internationale.

Sortie le 21 février 2018.

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

Enregistrer

« Death Note » de Adam Wingard – critique du Blanc Lapin

10 septembre, 2017

L’idée d’adapter de nouveau le célèbre manga japonais de Tsugumi Ohba n’était pas dépourvue d’intérêt puisque les versions japonaises étaient franchement mauvaises.

Que Netflix s’y attelle et balance un bon gros budget était donc une bonne nouvelle.

Pour rappel, le concept est simple, on suit un lycéen qui trouve un carnet doté d’un pouvoir surnaturel. Lorsqu’il inscrit le nom de quelqu’un sur le carnet, ce dernier meurt comme il l’a décrit.

Sauf qu’évidemment, le jeune homme, poussé par un démon qui passe le livre de détenteur en détenteur, va vite perdre les pédales.

Et Death note permet de faire un 1er constat sur les productions Netflix. Pour l’instant, c’est franchement 80% mauvais. Seul « Okja » de Bong-Joon Ho était d’une grande qualité. On peut espérer que les productions à venir avec de grands noms comme Scorsese, les Coen, Duncan Jones relèvent le niveau.

Ici le film fait le miracle d’être encore plus nul que les versions asiatiques, avec un budget dix fois supérieur. Certes, les acteurs jouent assez mal et ont le charisme d’une demi douzaine d’huitres avariées. Certes, on devine la fin de l’histoire au bout de 15 minutes. Certes, il n’ y a aucun suspens. Certes, l’antagoniste est à exposer contre les murs et les incohérences sur ses interventions sont multiples tant le film coupe dans l’histoire, longue, du manga. Il n’ y a aucune magie, une noirceur de films pour ados un peu cons.

Le problème c’est que le manga est excellent et qu’il n’ y avait pas de raisons de rater le coche si de vrais scénaristes avaient été embauchés.

L’autre problème est que Netflix envisage une suite. Déjà que le 1er est horriblement chiant et affligeant, j’ai peur que la plateforme grille ses sousous pour rien. Enfin je ne verrai pas la suite. J’éviterai ainsi de perdre deux nouvelles heures précieuses d’une vie bien trop courte.

La piste aux Lapins :

Bad

Enregistrer

« Seven Sisters » de Tommy Wirkola – critique du Blanc Lapin

10 septembre, 2017

Le Pitch : 2073. La Terre est surpeuplée. Le gouvernement décide d’instaurer une politique d’enfant unique, appliquée de main de fer par le Bureau d’Allocation des Naissances, sous l’égide de Nicolette Cayman.

Ce film  Netflix, qui sort curieusement en salles en France alors que la plateforme de streaming l’exclue du circuit ciné ailleurs dans le monde, a un premier mérite, celui de revoir Noomi Rapace, qui depuis deux ans galère un peu. Si son étoile pâlît mais que vous l’adorez, vous allez donc la voir sept fois.

Si l’exercice de la multiplication n’est pas nouveau et pas non plus ultra original compte tenu de la caractérisation bien marquée de chaque sœur, le film est tout de même divertissant.

Disons que c’est de la SF qui digère plein de codes de films passés avec pas trop de balourdises et parfois quelques surprises même si la fin est balisée et qu’on la voit arriver de loin.

C’est un bon petit film du dimanche soir sans plus d’ambition que cela, bien ficelé, vite oublié.

La piste aux lapins :

3 étoiles

 

Enregistrer

Joaquin Phoenix dans le film choc de Cannes, « A Beautiful Day » (You Were Never Really Here) de Lynne Ramsay

1 septembre, 2017


Joaquin Phoenix dans le film choc de Cannes,

Lynne Ramsay avait fait sensation lors du Festival de Cannes 2011 avec son excellent « We Need to Talk About Kevin« .

Cette dernière a ensuite failli planter le western de Natalie Portman, « Jane Got a Gun« , en abandonnant le tournage au dernier moment, ce qui lui a valu pas mal d’inimitiés et c’est normal. Bon au final le film fut récupéré et raté.

Son  nouveau pfilm, « You Were Never Really Here« , rebaptisé en France « A Beautiful Day » a failli remporter la palme d’Or cette année, les critiques étant élogieuses.

L’immense Joaquin Phoenix a d’ailleurs remporté le prix d’interprétation. Il y sera un un vétéran consacrant sa vie à sauver des femmes victimes de prostitution et de trafic d’êtres humains.

Cette claque cannoise sortira sur les écrans français le 8 novembre 2017.

Bande-annonce :

Image de prévisualisation YouTube

Enregistrer

« 120 battements par minute » de Robin Campillo – critique Blanc Lapin

27 août, 2017

Le Grand Prix du dernier festival de Cannes, qui a bouleversé la Croisette sort enfin et c’est un film important.

La première réussite est la direction d’acteurs de Robin Campillo, qui a été membre d’Act Up et çà se sent profondément dans le détail des échanges entre les protagonistes. Le lieu récurrent est donc l’amphithéâtre dans lequel l’association d’activistes se réunissait chaque semaine afin de discuter des actions à mener pour sensibiliser l’opinion publique, faire de la prévention contre le VIH et bousculer l’état, les corps intermédiaires peu actifs et les laboratoires.

La justesse et le naturel du jeu des acteurs qui s’invectivent et discutent de fond est bluffante. Bien sûr l’histoire d’amour entre le très attachant personnage joué par Nahuel Perez Biscayart et le garçon plus en recul joué par Arnaud Valois, permet au film d’avoir une ossature et un fil directeur. Mais l’ensemble des acteurs donne corps à cette rage qu’avaient les militants de réveiller les consciences et de choquer le public endormi. D’ailleurs le film montre très bien des homos qui début des années 90 fustigeaient le comportement d’Act up car ceci les dérangeaient, leur faisait peur et ils préféraient se voiler la face et nier la réalité de l’épidémie. D’autres scènes montrent l’incrédulité des adolescents dans les lycées, l’irresponsabilité des adultes refusant de parler de sexe et de capotes quitte à mettre en danger la jeune génération. Act up dénonçait le retard considérable que les campagnes de préventions mirent à s’installer. On y voit même une homophobie violente de jeunes filles préférant considérer que c’était une maladie réservée aux Pd.

Robin Campillo nous fait revive ce parcours d’une bande dont la plupart étaient séropositifs, de leurs divergences d’opinions, de leur volonté d’agir et de combattre plutôt que de laisser la maladie s’installer et les emporter. A l’image de Nahuel Perez Biscayart, le film fonctionne comme une force portée par des êtres humains qui n’ont rien à perdre.

Le film est politique, romanesque, à la fois porté par l’espoir d’obtenir des avancées et l’immense tristesse face à la disparition de certains. Mêlant la joie de la gay pride ou de relations amoureuses, l’humour des activistes, la colère de leurs actions ou de leurs débats, « 120 battements par minute » nous déchire aussi et nous tire des larmes lorsque le rideau tombe sur certains. Mais il le fait sans mélo, sans violons, juste porté par ce jeu encore excellent des protagonistes, dont la sincérité crève l’écran de réalisme.

Et puis le film a un scénario très bien construit, allant du collectif vers son couple de héros, de la force du groupe à la solitude face au déclin et c’est particulièrement fin dans la mise en abîmes.

« 120 battements par minute » est parsemé de morts mais il respire le désir de vivre et c’est ce qui fait que c’est un très grand film. Il vibre de la palpitation de ses héros qui ne veulent pas se laisser aller au déterminisme d’une maladie dont certains se foutent car elle vise les Pd.

Le film est passionnant de part ce qu’il décrit de cette lutte, emballant par sa vigueur et l’énergie des personnages, très émouvant et il aurait mérité la palme d’Or.

Il restera l’un des plus beaux films de l’année, digne, fier, et bouleversant.

La piste aux Lapins :

5 étoiles

uploads%2F392ac53d-1dc8-4ec3-9b0f-803682286a8e%2Ftetu-24-05-17-120-battements-par-minute 120 battements par minutes dans Films - critiques perso

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

« Valérian et la Cité des Mille planètes » de Luc Besson – critique du Blanc Lapin

27 août, 2017

Je vais peut être vous surprendre mais j’ai trouvé le nouveau Besson moins pire que ce que je ne pensais. Bien sûr, l’animal est toujours doué pour la mise en scène, son univers SF est bourré d’imageries et de designs assez bluffants dont bien des blockbusters américains pourraient s’inspirer.

Ce cinquième élément 20 ans après et beaucoup plus cher a donc déjà son univers de réussi et s’avère être un bon divertissement trèèès grand public.

C’est fun et coloré, gentillet bien sûr mais bon çà, il ne faut pas s’attendre à du Bergman.

Et puis le scénario est un peu moins con que d’habitude chez Besson, qui sait très mal écrire et refuse obstinément de laisser d’autres se charger de ses scenarii, ce qui est à mon avis la grave erreur de sa carrière. Bon je vous rassure,on comprend très vite la fin …

L’apparition de Rihanna et Ethan Hawke ne cassent pas trois pâtes à un canard mais ce n’est pas raté non plus. C’est juste simpliste.

Le seul truc, c’est qu’au bout d’un moment j’ai trouvé çà too much, trop riche en effets visuels, en bestiaire délirant et parfois indigeste pour la rétine. Car oui, si le budget est pharaonique, on ne peut pas dire que Besson se fout de son public, çà se voit à l’écran et il en met plein la vue.

Donc Besson réussit son pari d’un spectacle différent des blockubusters américains, inventif visuellement, sincère de la part de son auteur et c’est déjà une réussite. Après, le film a plus des aspects de fête foraine que de long métrage dont on retiendra quelquechose.

La piste aux Lapins :

3 étoiles

Enregistrer

Un spin-off sur le célèbre Joker, sans Jared Leto, produit par Scorsese, What the Fuck ?

25 août, 2017
Un spin-off sur le célèbre Joker, sans Jared Leto, produit par Scorsese, What the Fuck ? dans Films series - News de tournage Batman-Arkham-Origins-Joker1
Selon Deadline, Martin Scorsese serait co-producteur pour la Warner d’un spin-off sur le célèbre Joker !
La présence est déjà surprenante mais attendez la suite
Le film serait écrit certes par un bon scénariste, Scott Silver (Fighter, 8 Mile) mais il recasterait le Joker, qui ne serait pas joué par Jared Leto.
Ce serait une origin story dévoilant tout de la naissance du Némésis de Batman le plus flippant de l’univers DC Comics.
Et cependant, Jared Leto continuerait à jouer son rôle potentiellement dans le futur film « The Batman » mais aussi dans Suicide Squad 2 ainsi que dans Gotham City Sirens, qui suivra ses aventures solo de criminel aux côtés d’Harley Queen.
Le film serait ultra violent et classé Rated-R au même titre que Logan.
Enfin, Todd Philipps, réalisateur de Very Bad Trip, serait à la mise en scène.
Celle-là, on ne l’avait pas vue venir et on peut s’interroger sur l’opportunité de lever le voile sur ce mystérieux ennemi culte de Batman tout comme sur le fait de déconnecter le film des autres longs métrages de l’univers étendu DC Comics. C’est un choix stratégique des plus curieux.

Enregistrer

Michael Sheen et David Tennant dans l’adaptation en série du cultissime « Good Omens » de Neil Gaiman

25 août, 2017

Michael Sheen et David Tennant dans l'adaptation  en série du cultissime

Le livre « Good Omens » ou »De bons présages » est un excellent bouquin de Terry Pratchett et Neil Gaiman dont j’avais rédigé une critique que vous pouvez lire en cliquant sur ce lien. On y suit Aziraphale et Crowley, un ange et un démon qui vivent parmi les humains depuis des millénaires et voient d’un très mauvais œil l’arrivée de la fin du monde via l’Antéchrist. C’est une comédie loufoque, bourrée d’imagination et souvent très drôle.

Mon Terry Gilliam préféré chercha à le mettre en scène pendant 15 ans, avec Johnny Depp et Robin Williams.

La firme Amazon vient d’acquérir les droits pour une adaptation en série télévisée qui sortirait en 2018 et dont Neil Gaiman serait le showrunner.

La série serait coproduite avec la BBC pour être diffusée sur la BBC et Amazon Prime Video. On se souvient qu’un autre roman culte de  Neil Gaiman, Americans Gods vient de cartonner dans sa première saison diffusée en mai dernier.

Selon Variety ce sont Michael Sheen et David Tennant qui tiendront les rôles titres.

15634239-large dans Films series - News de tournageMadToBe-NormalGIFFPix2

 

Enregistrer

Nouvelle superbe Ba pour « Blade Runner 2049″ de Denis Villeneuve (Prisoners)

25 août, 2017

Nouvelle superbe Ba pour

Après avoir réexploitté l’univers d’Alien dans Prometheus, l’annonce de ce projet n’enthousiasme pas forcément ou tout du moins, est vue avec crainte, sa reprise de l’univers Alien ayant pas mal déçu. Et puis dans la mesure où l’adaptation de Philip K. Dick est la meilleure de l’auteur et l’un des meilleurs films de SF de tous les temps, nous avions de quoi prendre un billet pour Hollywood pour leur péter la gueule !

Apparemment, il ne s’agira ni d’un remake ni d’un reboot mais d’une autre histoire dans le même univers.

Le film n’aura pas Harrison Ford comme acteur principal puisque que Scott, a annoncé que ce dernier sera bien de la partie, mais dans le dernier tiers.

Ryan Gosling tiendra le rôle principal. Ceci serait une première incursion de l’acteur dans la SF. Étant plutôt doué, on ne peut que s’en réjouir.

Le scénariste de l’adaptation de K Dick, Hampton Fancher, est de nouveau scénariste de ce second film.

En revanche Ridley Scott passe la main niveau réalisation et reste producteur.

C’est une bonne nouvelle car Ridley Scott ne m’a pas convaincu ses dernières années. « Gladiator » m’était assez pénible à regarder tant il se vautrait dans les clichés et l’invraisemblance, Robin des bois et Une grande année m’ont emmerdé. Hannibal était juste très mauvais.

Denis Villeneuve est l’un des réalisateurs du moment après ses excellents « Incendies » et « Prisoners« .

L’histoire se déroule trente ans après le premier film. L’Officier K (Ryan Gosling) est un Blade Runner. Il déterre un secret bien gardé et se voit au fil de son enquête poussé à retrouver Rick Deckard (Harrison Ford), porté disparu depuis 30 ans.

Voici la première vraie bande-annonce et elle est géniale ! Tout l’univers y est ! Des personnages puissants avec Jared Leto et Robin Wright !

Plus que quelques semaines avant le 4 octobre 2017 !

Image de prévisualisation YouTube

 

Enregistrer

123456...363